Comme un "Bloomberg de la tech", Skopai veut qualifier les start-up et dérisquer les transactions - commentaires