Une présidente à la tête de French Tech One Lyon Saint-Etienne le 9 juin 2020 Fédérer pour représenter au mieux la French Tech à l’international

, dans le réseau de Virginie Delplanque

Après un mandat de deux ans à la présidence de l’association French Tech One Lyon Saint-Etienne (FTO), Renaud Sornin cède sa place. Le conseil d’administration a élu le 9 juin 2020 son nouveau bureau et a procédé au renouvellement d’un tiers de ses administrateurs.


Emilie Le Goff, dirigeante de la start-up Troops et présidente de French Tech One Lyon Saint-Etienne

L’association French Tech One Lyon Saint-Etienne (FTO) change de visage. Suite à un conseil d’administration le 9 juin 2020, l’actuel président Renaud Sornin cède sa place. C’est la volubile Émilie Le Goff, fondatrice et dirigeante de la start-up Troops, créée à Lyon en 2016, qui lui succède à la présidence du réseau fédérant les écosystèmes des start-up tech et du numérique lyonnais et stéphanois.

French Tech One Lyon Saint-Etienne, association née il y a six ans sous le nom de Lyon French Tech et désormais réunie sous la même bannière que la French Tech Saint-Etienne, compte environ 750 start-up dont une petite vingtaine de scale-up (start-up en hypercroissance). « Je suis heureuse de prendre la présidence de cet outil associatif génial, qui relie l’univers institutionnel et les entreprises, deux univers qui d’habitude sont en opposition  », commente Émilie Le Goff. « Au sein de French Tech, tout le monde œuvre dans le même sens – Ville, Métropole, Urssaf, Direccte, impôts… –, une communauté qui entend résoudre collectivement les difficultés pour faire avancer les entreprises et leurs dirigeants », salue cette diplômée d’école de commerce, pourtant peu encline au politiquement correct.

JPEG - 140.5 ko
Dirigeante de la start-up Troops, Emilie Le Goff a été élue le 9 juin 2020 présidente de French Tech One Lyon Saint-Etienne (FTO). (Photo : Troops)

Un événement international à H7 ?

JPEG - 211.1 ko
L’accélérateur H7, au 70 quai Perrache à Lyon, est aussi le lieu Totem de French Tech One Lyon Saint-Etienne. (Photo : Brice Robert)

Élue pour deux ans, Émilie Le Goff succède à Patrick Bertrand et Renaud Sornin, élu en avril 2018.

Ses projets de mandat : structurer davantage la communauté pour rendre davantage lisible son identité et ses actions. Mais surtout la rendre visible.

Émilie Le Goff souhaite organiser un grand événement dans un an à H7, le lieu totem du numérique lyonnais, réunissant l’ensemble du réseau French Tech basé en France, mais aussi en Europe et ailleurs dans le monde. «  Il faut profiter de l’essaimage des French Tech aux quatre coins de la planète pour partager les bonnes pratiques et ainsi permettre aux start-up de grandir plus vite, argumente-t-elle. Une rencontre internationale à Lyon serait une bonne occasion de mieux se connaître. »

Arrivée de Laurent Fiard et Juliette Jarry

Elle pourra pour cela compter sur Renaud Sornin, fondateur et dirigeant de la start-up « Attestation Légale », qui demeure membre du conseil d’administration, et de Laurent Fiard, le président du Medef Lyon Rhône et de l’ETI Visiativ, qui fait son entrée à French Tech One Lyon Saint-Etienne comme membre de l’advisory board.

De même que Juliette Jarry, vice-présidente de la région Auvergne-Rhône-Alpes en charge du numérique.

À noter également l’entrée de la SATT (Société d’Accélération du Transfert de Technologies) Pulsalys au sein de l’association, via sa présidente Sophie Jullian et Daphné Thomas sa directrice des relations extérieures.

Du côté de l’équipe des permanents, Virginie Delplanque déléguée générale de French Tech One Lyon Saint-Etienne (FTO) sera désormais assistée de Catherine Wable, nommée déléguée adjointe.

JPEG - 9.7 ko
Virginie Delplanque déléguée générale de French Tech One Lyon Saint-Etienne (FTO)

Quant à Karine Dognin-Sauze, vice-présidente de Lyon Métropole en charge du numérique, elle demeure pour l’heure coprésidente de l’association aux côtés d’Emilie Le Goff. Démissionnaire de la liste LR formée par Gérard Collomb pour les prochaines élections municipales (ce qui en théorie pourrait la contraindre à quitter sa place au sein de French Tech One), elle a reçu le soutien par écrit de l’ensemble des administrateurs. « Son sens politique, avec un grand « P », est guidé par des valeurs que nous partageons : le sens du collectif, l’inclusion, l’ambition et l’humilité  », ont indiqué les signataires de la missive. « Elle est un pilier de l’écosystème French Tech local. Qu’elle ait ou non un mandat, nous avons besoin d’elle  », confirme Émilie Le Goff.

JPEG - 201.2 ko
Pour Karine Dognin-Sauze, vice-présidente de Lyon Métropole, le rapprochement des French Tech de Lyon et Saint-Étienne, et l’ouverture du lieu totem H7 à Lyon, "marquent la fin d’un cycle et le début d’un autre" pour l’écosystème numérique. (Photo : Audrey Henrion)
JPEG - 154.1 ko
Karine Dognin-Sauze, coprésidente de l’association French Tech One Lyon Saint-Etienne (FTO), a reçu le soutien de l’ensemble des administrateurs.

Publié par Audrey Henrion, le mardi 09 juin 2020 dans https://www.lejournaldesentreprises.com


JPEG - 41.9 ko
Cédric O @cedric_o · 09 juin 2020
Une présidente à la tête de ⁦@FrenchTechOneLS ⁩ ⁦@emilielegoff ⁩ et merci ⁦⁦@RSornin ⁩ ! cc ⁦@LaFrenchTech

Pour en savoir plus :

- Lyon French Tech : interview de Virginie Delplanque
- La Soirée Annuelle Lyon French Tech #1 le 14 novembre 2018
- Lyon : Les lauréats Pass French Tech s’impliquent dans la gouvernance de la future Capitale French Tech en décembre 2018
- Annonce des labellisations Capitales & Communautés FrenchTech le 03 avril 2019 à @FrenchTechCtral Paris
- Une présidente à la tête de French Tech One Lyon Saint-Etienne le 9 juin 2020