Une plateforme d’impression 3D pour créer des dispositifs médicaux en février 2019

, dans le réseau de Christophe Juppin

La plateforme 3d.Fab1 et les Hospices civils de Lyon2 mutualisent leurs moyens et leurs compétences pour créer, par impression 3D, des dispositifs médicaux personnalisés destinés aux plus grand nombre de patients.

L’impression 3D permet de produire des objets de géométries complexes, difficiles voire impossibles à réaliser par des procédés traditionnels comme le moulage. Elle ouvre en particulier la voie à la création de dispositifs médicaux innovants et personnalisés pour chaque patient. Pour accélérer le développement et l’utilisation de cette nouvelle génération de dispositifs médicaux, la plateforme 3d.Fab1 et les Hospices civils de Lyon (HCL)2 ont décidé de mutualiser leurs moyens et leurs compétences. Ils ont signé un contrat-cadre pour créer ensemble une plateforme d’impression 3D spécifiquement axée sur la fabrication de dispositifs médicaux.

Les Hospices civils de Lyon apportent leur expertise en matière médicale, chirurgicale et recherche clinique, et constituent un vivier d’applications potentielles pour des dispositifs imprimés en 3D.

De son côté, 3d.Fab, à la pointe des technologies de fabrication additive, invente et met en œuvre de nombreuses méthodes d’impression 3D, pour fabriquer des objets en céramique, en silicone, en métal, et même pour imprimer des tissus vivants. « Les praticiens des Hospices civils de Lyon sont les mieux placés pour faire émerger des projets de recherche clinique, tandis que 3d.Fab leur donne accès aux technologies de fabrication les plus innovantes », explique Christophe Marquette, coordinateur de 3d.Fab et directeur de recherche CNRS à l’Institut de chimie et biochimie moléculaires et supramoléculaires.

Plusieurs projets sont déjà lancés et certains sont bien avancés. Ainsi, avec des chirurgiens pédiatriques coordonnés par le Dr Hameury et la cellule innovation des HCL, 3d.Fab a pu fabriquer des modèles anatomiques de thorax de nourrissons (poumons en matière souple, côtes rigides, trachée et vaisseaux sanguins) devant subir une opération. Le modèle permet de préparer, en la simulant, une opération par voie endoscopique, afin de la réaliser ensuite plus rapidement et avec moins de séquelles.

Dans le domaine de la chirurgie maxillo-faciale, des prothèses imprimées en titane et conformes à la morphologie du patient, pourraient éviter de recourir à l’autogreffe. L’évaluation des avantages médico-économiques de la prothèse imprimée 3D est en cours par le Dr Bachelet et la cellule innovation des Hospices Civils de Lyon pour aboutir à un remboursement par l’assurance-maladie.

3d.Fab et les Hospices Civils de Lyon travaillent également sur l’impression de tissus vivants, et notamment la bio-impression de peau directement sur les patients, pour la prise en charge de grands brûlés.

Une vingtaine de personnes, issues à parts égales de 3d.Fab et des Hospices Civils de Lyon, sont amenées à participer aux projets communs. Avec pour objectif de transformer des innovations technologiques en véritables innovations cliniques accessibles au plus grand nombre de patients.

1 « 3D Fabric of advanced biology » (3D.Fab) est une plateforme technologique innovante (PTI) de recherche et de prestation en impression 3D, créée en 2015 par l’Institut de chimie et biochimie moléculaires et supramoléculaires (Université Claude Bernard Lyon 1/CNRS/INSA Lyon/ École supérieure de chimie, physique éléctronique de Lyon), le laboratoire de chimie (Université Claude Bernard Lyon 1/ENS de Lyon/CNRS) et le laboratoire Mateis (INSA Lyon/CNRS/Université Claude Bernard Lyon 1). Elle mène des projets de fabrication additive de matériaux innovants pour la santé sur le site Axel’One Campus.

2 Les Hospices Civils de Lyon (Centre Hospitalier Universitaire) regroupent 14 hôpitaux pluridisciplinaires ou spécialisés, intégrant toutes les disciplines médicales et chirurgicales.

Contact :
Christophe Marquette
/ Coordinateur scientifique de 3d.FAB / christophe.marquette@univ-lyon1.fr


Publié par Christophe Marquette le 12 février 2019 dans http://www.cnrs.fr



Pour en savoir plus :

- Le médical de plus en plus « additif » en 2017
- 3Digit, la fabrication additive dentaire
- Biocetis : la start-up des substituts osseux
- Biocetis (Nogent) se substitue à l’os
- Cerhum : quand les os s’impriment en céramique
- Souriez à votre carrière chez Biotech Dental
- Une plateforme d’impression 3D pour créer des dispositifs médicaux en février 2019
- Cerhum, la pépite wallonne qui fabrique de l’os
- La FabAdd Académie est lancée le 02 juillet 2019 à Troyes