Un accès aux infirmiers et kinés sans passer par la case médecin Kinés, infirmiers... les consulter sans prescription médicale

, dans le réseau de Christophe Juppin

Le Parlement a adopté définitivement mercredi 10 mai 2023 une proposition de loi pour accéder directement à certaines infirmières, à des kinés ou des orthophonistes, un premier pas à la portée limitée après une série de protestations des médecins.


Ce texte vise à faciliter l’accès aux soins en désembouteillant les cabinets des généralistes. Sous certaines conditions, les Français pourront, sans passer par leurs médecins traitants, consulter des infirmières en pratique avancée – les “IPA” qui interviennent notamment sur certaines maladies chroniques – ainsi que des kinésithérapeutes et des orthophonistes.

Mais l’ambition initiale de la proposition de loi, qui a provoqué une levée de boucliers des médecins, a été en partie réduite. Pour se rendre chez des IPA et des kinés, l’accès direct sera limité à ceux exerçant dans des structures comme les maisons de santé pluriprofessionnelles, en coordination avec des médecins.

Contrairement à ce que voulaient les députés, seront donc exclus du dispositif les soignants simplement inscrits dans le cadre plus souple des Communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS), qui couvrent environ la moitié de la population.

La réduction de la portée du texte a agacé certains professionnels : « Une fois de plus, nous avons cédé devant le lobbying médical principalement sénatorial  », dénonce Emmanuel Hardy, président de l’Union nationale des infirmiers de pratique avancée.

« Une digue a sauté en terme de partage de compétences entre le médecin » et les autres soignants.

JPEG - 17.6 ko
Sous certaines conditions, les Français pourront, sans passer 
par leurs médecins traitants, consulter des infirmières en pratique avancée, des kinés ou des orthophonistes.

Le texte « n’aura qu’un effet cosmétique », juge de son côté Sébastien Guérard, le président de la Fédération française des masseurs kinésithérapeutes rééducateurs (FFMKR), qui estime que seulement 3 % des kinés exercent en maison de santé.

Dans l’ensemble, aux yeux de l’UFC-Que Choisir, même s’« il ne faut pas trop se faire d’illusion sur l’impact immédiat » de cette loi pour les patients, « une digue a sauté en termes de partage de compétences entre le médecin » et les autres soignants. « On donne des clés supplémentaires pour accéder aux soins dans des territoires comme le mien », se réjouit la députée de la Nièvre Perrine Goulet (MoDem). « C’est intéressant, on aurait peut-être voulu aller plus loin, mais il faut entendre aussi les critiques du monde médical  », nuance-t-elle.


Publié le jeudi 11 mai 2023 en page 08 dans Le JHM (Journal de la Haute-Marne) n°10475 en page 31

JPEG - 76.9 ko
Publié le jeudi 11 mai 2023 en page 08 dans Le JHM (Journal de la Haute-Marne) n°10475 en page 31

JPEG - 65.4 ko
Caroline Robin @CarolineRobin_ · 11 MAI 2023
Après le @Senat , l’ @AssembleeNat a adopté définitivement la loi de @stephanie_rist généralisant, sous certaines conditions, l’accès direct aux infirmiers en pratique avancée, kinés et orthophonistes.
🤔Voici ce qui va bientôt changer @MagazineCapital
===============================
Kinés, infirmiers... voici dans quels cas les consulter sans prescription médicale
https://www.capital.fr/economie-politique/voici-les-cas-ou-vous-pourrez-consulter-directement-un-infirmier-ou-un-kine-1465162
JPEG - 50 ko
Stéphanie RIST @stephanie_rist · 10 mai 2022
#DirectAN - 🎙Lecture des conclusions de la #CMP de la proposition de loi portant l’amélioration de l’accès aux #soins par la confiance aux professionnels de #santé.
https://twitter.com/i/status/1656319816616103936

Pour en savoir plus :

- Lutter contre les déserts médicaux : une priorité de la Région Grand Est le 07 décembre 2019
- « SOS Médecins à la campagne », 8 ème forum des solutionse, à Aignay-le-Duc le 28 février 2020.
- La Faculté de médecine de l’Université de Strasbourg évolue pour former les médecins, infirmiers, kinés, ergothérapeutes…le 08 juillet 2020
- La Région Grand Est sur le terrain de la santé en Haute-Marne à Langres le 13 octobre 2020
- Covid-19 : La bonne santé des entreprises du médical le 07 octobre 2020
- Guillaume Koch, le nouveau directeur des hôpitaux Sud Haute-Marne mise beaucoup sur l’alliance avec le CHU de Dijon le 16 janvier 2021
- Un Ségur de la santé pour le centre et le sud Haute-Marne le 07 avril 2021
- Lutter contre la pénurie de médecins le 08 avril 2021
- Un accès aux infirmiers et kinés sans passer par la case médecin le 11 mai 2023