Transgene va plus loin dans l’immunothérapie en novembre 2018

, dans le réseau de Guillaume Facchi, Guillaume Hert

Basée à Illkirch-Graffenstaden, la société de biotechnologie Transgene qui conçoit et développe des produits d’immunothérapie dirigés contre les cancers et les maladies infectieuses a présenté ce mercredi ses dernières avancées : une nouvelle génération de virus oncolytiques et une technologie d’immunothérapie individualisée.

Dotée d’une expertise mondiale dans la maîtrise des techniques de virologie moléculaire, Transgene dispose actuellement de cinq produits en développement clinique pour lesquels des résultats sont attendus dans les douze mois.

En parallèle, l’entreprise de biotechnologie qui emploie près de 150 collaborateurs (dont 72% en R&D) au parc d’innovation d’Illkirch-Graffenstaden développe deux nouveaux produits.

Invirio, dont l’efficacité sera bientôt testée en clinique, constitue la deuxième génération de virus oncolytique. Il s’agit d’un virus génétiquement modifié, sorte de Cheval de Troie, qui s’attaque aux cellules tumorales d’un patient. La nouveauté : le virus attaque les tumeurs sur plusieurs fronts et permet de produire des "armements" anticancer directement dans la tumeur.

Myvac, dernière génération du vaccin thérapeutique, stimule et éduque le système immunitaire contre le cancer avec une approche individualisée, selon la pathologie de chaque patient.

Motivé par ce dernier projet qui sera également testé en clinique l’année prochaine, Transgene a aménagé sur son site d’Illkirch-Graffenstaden un nouveau centre de recherche et développement de 500 m2 environ qui permet d’intégrer la production de lots dans le cycle de développement du produit. Ce centre de recherche permettra d’accélérer le développement d’une nouvelle immunothérapie individualisée contre le cancer (Myvac). Celui-ci rentrera en essai clinique en 2019.

En 2019 également, un centre "miroir" sera aménagé, dédié cette fois à Invirio. Transgene va investir dans un centre dédié aux virus oncolytiques (virus qui peuvent infecter spécifiquement des cellules anormales et les détruire). Des premiers patients pourraient bénéficier de ces traitements dès 2019.

Le savoir-faire de la société alsacienne est reconnu par des partenaires prestigieux. Elle dispose actuellement de 5 produits au stade clinique. Les premières mises en marché pourraient se faire à l’horizon 2021.

Ces deux investissements, qui atteignent 3 M€, permettront la création d’emplois en Alsace et confirment l’ambition de Transgene d’apporter des avancées significatives dans le traitement des cancers.

JPEG - 50.4 ko
Un nouveau centre de recherche et développement permet d’intégrer la production de lots au dans le cycle de développement. (Photos DNA - Marc Rollmann)

Publié par HD le 14 novembre 2018 dans https://www.dna.fr/

Publié en novembre 2018 dans https://www.marque.alsace/


Pour en savoir plus :

- Séverine Sigrist réélue Présidente d’Alsace BioValley à Ostwald le 12 juin 2018
- Transgene va plus loin dans l’immunothérapie en novembre 2018
- Le Grand Est en « pôles » position sur la compétitivité le 06 février 2019 !
- Troyes, capitale des start-up du Grand Est le 01 février 2019 à Troyes
- Basé à Illkirch, BioValley France est labellisé pôle de compétitivité le 06 février 2019 pour la période 2019-2022
- BioValley France renforce son partenariat avec son homologue allemand BIOPRO Baden-Württemberg le 08 juillet 2019 à Strasbourg
- Biotech : Medesis Pharma s’associe à l’alsacien Transgène le 1er juillet 2019
- Cancer colorectal : un nouvel essai clinique pour Transgene le 18 juillet 2019