Quatre projets de recherche sur des cellules souches à l’université de Nantes le 23 juillet 2019 Plate-forme iPSC Nantes - Cellules souches pluripotentes induites

, dans le réseau de Florence Hallouin

La ministre de l’enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a visité la plateforme sur les cellules-souches de l’université de Nantes, le mardi 23 juillet 2019. À l’université de Nantes, des chercheurs étudient les cellules souches embryonnaires, capables de devenir n’importe quelles cellules du corps humain. Elles pourraient permettre de soigner. Quatre projets de recherche sur des cellules souches embryonnaires sont en cours à l’université de Nantes

La ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Frédérique Vidal, était attendue à l’université de Nantes, le mardi 23 juillet 2019, pour la visite de la plateforme sur les cellules-souches de l’université de Nantes.

L’Institut de recherche en santé de l’université de Nantes a présenté l’état de ses recherches sur les cellules-souches et l’embryon humain.

JPEG - 38.4 ko
@VidalFrederique A l’@UnivNantes, visite d’une plateforme de production de cellules souches. Pansement innovant régénératif pour des brûlures, identification de nouvelles cibles contre l’hyper cholestérolémie...La recherche française est en pointe et source d’innovation thérapeutiques.

Dans le cadre de cette visite, Frédérique Vidal est revenue sur les mesures prévues en matière de recherche sur les cellules-souches au sein du projet de la loi bioéthique.

Le projet de loi, qui prévoit par ailleurs l’extension de la PMA à toutes les femmes, arrive mercredi 24 juillet 2019 en Conseil des ministres.

Laurent David est responsable scientifique de la plateforme iPSC (Cellules souches pluripotentes induites), de l’université de Nantes, CHU, Inserm et CNRS.

JPEG - 324.8 ko
Depuis novembre 2018, les plates-formes DTC et iPSC ont fusionné et occupent des locaux communs au 6ème étage de l’IRS-UN.

Savoir-faire

La plate-forme iPSC est dédiée à la culture et aux techniques spécifiques des cellules souches pluripotentes (humaines et non humaines) et plus particulièrement à la reprogrammation de cellules adultes en cellules souches pluripotentes induites (iPSC). Par exemple, reprogrammer des cellules de la peau en cellules souches pluripotentes.

Les cellules souches pluripotentes ont le potentiel de se différencier en tout type de cellules présentes chez l’adulte, ce qui en fait un outil de choix pour les approches de médecine régénérative, de recherche de nouveaux médicaments et l’étude de maladies génétiques.

Types de prestations

La mission de la plate-forme est d’apporter un soutien technologique et scientifique à toutes les équipes qui pourraient porter un projet intégrant des cellules souches pluripotentes. Pour mettre en œuvre sa mission, la plateforme s’appuie sur des savoir-faire spécifiques :

- méthode et expertise en culture cellulaire : culture et congélation de cellules primaires et iPS (humaines, rats, souris, ...).
- méthode et expertise en reprogrammation des cellules adultes. Cette technique consiste à faire pénétrer quatre gènes dans la cellule adulte afin qu’ils s’y expriment pour réactiver les gènes responsables du maintien de la pluripotence qui permettent à la cellule de devenir pluripotente et de se multiplier.
- méthode et expertise en différenciation in vitro des cellules iPS. En partenariat avec les laboratoires partenaires, l’équipe maitrise plusieurs techniques de différenciation (différenciation spontanée, différenciation dirigée par traitement avec des hormones, ...). Cette étape permet de faire évoluer la cellule souche pluripotente en une cellule spécialisée (cellule cardiaque, cellule de foie, ...) .
- formation aux méthodes et expertises de la plate-forme

Toute demande provenant d’un acteur académique comme industriel est étudiée individuellement.

Exemples de réalisations

Depuis sa création, la plate-forme a effectué des reprogrammations de fibroblastes humains et de rongeur par techniques insertionnelles et non-insertionnelles.
Elle héberge déjà plusieurs projets de recherche.

Equipements


La plate-forme iPSC est dotée d’un laboratoire L2 (niveau de confinement du risque biologique).
Parmi les équipements du laboratoire, on trouve notamment :
iPSC

- 7 PSM (Postes de Sécurité Microbiologique)
- 8 incubateurs dont deux incubateurs trigaz qui permettent de placer les cellules en hypoxie (quantité d’oxygène réduite)
- 2 cryoconservateur -150°C et -80°C
- 3 microscopes inversés
- 2 loupes

Applications

Les cellules iPSC sont d’ores et déjà utilisées pour la modélisation de pathologies : en prélevant des cellules d’un adulte porteur d’une maladie génétique, il est possible de les reprogrammer, de les faire proliférer, puis de les redifférencier dans le type de cellules qui exprime la maladie (cellule du cœur, de l’os, du cerveau, ...).
Les chercheurs disposent alors d’une source illimitée de cellules malades pour étudier les mécanismes de la pathologie, tenter de corriger la mutation, tester des molécules thérapeutiques ou encore évaluer la toxicité d’un produit.
L’étape de re-différenciation est guidée in vitro par l’utilisation de facteurs de croissance adaptés. Elle est bien au point pour obtenir des cellules cardiaques, sanguines, des hépatocytes, ou encore des neurones.

Crédit photos : Université de Nantes

Coordonnées
IRS-UN
8 quai Moncousu
BP 70721
44007 Nantes Cedex 1
tél. 02 28 08 01 46 / 49
Ecrire à la plate-forme : pf-ipsc@univ-nantes.fr

Contacts
Laurent David, responsable scientifique
Anne Gaignerie, ingénieure d’études
Caroline Chariau, assistante ingénieure
Quentin Francheteau, assistant ingénieur

Publié par Anne LE PENNEC le 14 juin 2019 dans https://sfrsante.univ-nantes.fr


Pour en savoir plus :

- Florence Hallouin est nommée directrice déléguée d’Atlanpole Biotherapies.
- L’association Atlantic 2.0 devient La Cantine à Nantes le 19 avril 2017
- Maïa Mater : l’entrepreneuriat, un entraînement à long terme
- Intelligence artificielle : Une révolution douce à l’hôpital de Nantes
- Immunothérapie. Les Pays de la Loire en pole position
- Prix de l’entrepreneur EY. Avec les vers marins, Hemarina révolutionne la médecine
- La biotech nantaise joue la carte de la recherche et du numérique
- Nantes labellisée « Capitale French Tech » le 03 avril 2019
- Quatre projets de recherche sur des cellules souches embryonnaires à l’université de Nantes le 23 juillet 2019