Mounir Mahjoubi à la découverte de la French Tech de Montpellier le 16 novembre 2017

, dans le réseau de Laurent Biasetti, Trias Asteriou

Secrétaire d’État chargé du numérique, Mounir Mahjoubi était à Montpellier le 16 novembre 2017 pour y rencontrer les startups qui y sont incubées. Son objectif ? Ecouter les problèmes rencontrés par les entreprises innovantes pour leur ôter tout frein à leur développement.

« Je ne veux plus qu’on dise "je n’ai pas pu le faire parce que j’étais en France" ! » c’est en une phrase résumée la raison de la venue de Mounir Mahjoubi à Montpellier. Nommé Secrétaire d’État en charge du numérique, Mounir Mahjoubi voit grand pour les startups françaises

« Que ce soit dans le domaine de la santé, de la cybersécurité ou encore de l’environnement, la France peut devenir le leader mondial dans les cinq prochaines années ! »

Ecouter les problèmes rencontrés par les startups montpelliéraines

D’ici là, il faut donc mettre de nouveaux dispositifs en place pour faciliter les démarches, les financements ou encore favoriser l’innovation.

C’est donc à Montpellier « Capitale Santé » que Mounir Mahjoubi a choisi dans un premier temps de rencontrer les startups du domaine biotech et healthtech.

Un tour de table était organisé avec les « jeunes pousses  » incubées par le BIC de Montpellier, sous l’oeil de Chantal Marion (vice-présidente de Montpellier Méditerranée Métropole).

« Un tour de table nécessaire pour comprendre les problématiques des startups et les freins qu’elles rencontrent au quotidien. C’est en prenant conscience de la réalité du terrain qu’on pourra ensuite réfléchir à des solutions. L’état ne doit pas avoir uniquement le rôle d’audit et de contrôle ! Il doit aussi endosser le rôle d’accompagnateur et de conseils.  » explique l’un des membres du gouvernement d’Emmanuel Macron

La solution des bacs à sable ou « sandbox »

Parmi les propositions du Secrétaire d’état, la première consiste à mettre en place des sandbox d’expérimentation.

«  C’est un système qui permet pour des technologies qui sont nouvelles ou émergentes et qui ne sont pas encore autorisées par la loi ou interdites dans une certaine mesure de bénéficier d’un bac à sable sécurisé explique Mounir Mahjoubi. De leur donner une autorisation spéciale, dans un cadre précis et pour une durée précise pour exploiter cette solution alors que la réglementation n’existe pas »

C’est, par exemple, actuellement le cas pour la technologie 5G ou des territoires d’expérimentation ont été crées.

A la rencontre des professionnels de la santé, Mounir Mahjoubi a cependant tenu à préciser son propos

« C’est un domaine où il ne faut pas mettre en danger les personnes. C’est donc un système complexe à mettre en place mais on y arrivera ! »

JPEG - 129.8 ko
Le Secrétaire d’Etat Mounir Mahjoubi aux côtés de Chantal Marion

Mourir Mahjoubi & Chantal Marion
Le Secrétaire d’Etat Mounir Mahjoubi aux côtés de Chantal Marion

Montpellier, capitale santé

« Ce n’est pas un hasard si le Ministre a choisi de venir à Montpellier pour rencontrer le personnel de santé, explique Chantal Marion. Nous sommes la seule ville à posséder le titre de capitale santé. Notre métropole est donc favorable à être ce territoire d’expérimentation et d’innovation ! Nos startups sont réactives et dynamiques !  »

Mounir Mahjoubi veut s’engager auprès des startups et des TPE/PME

Le secrétaire d’Etat s’est ensuite rendu au Corum de Montpellier pour participer au Digiworld Summit 2017. Dans l’amphithéâtre, le membre du gouvernement Philippe s’est engagé à soutenir les startups mais aussi les TPE/PME

« Les territoires sont essentiels au succès national et international de l’innovation numérique française, nous devons accompagner les start-up mais aussi les TPE-PME.  » a t-il déclaré avant d’ajouter « le grand chantier du moment est intellectuel !

Comment repense t-on l’économie à l’heure du numérique ? »

A la rencontre des écoles du numérique

Plus tard dans la journée, Mounir Mahjoubi est allé dans les locaux de l’entreprise Kaliop où il a rencontré les écoles du numérique.

« Les mots startup et innovation rentrent dans les esprits des plus jeunes. J’ai rencontré deux jeunes filles qui sont en CM1 qui me parlaient de devenir ingénieur dans une startup. Les générations futures sont prêtes !  »

En attendant, le terrain doit être préparé car, dans de nombreux cas, les startups qui réussissent à exploser à l’échelle nationale finissent par être rachetées par des investisseurs étrangers.

« On a déjà mis en place des règles générales pour faciliter l’entrepreneuriat en France. On a aussi simplifié la façon de recruter ou de conserver des salariés. La question, aujourd’hui, c’est comment faire pour aller encore plus loin ? »

Mounir Mahjoubi

Publié par Nicolas d’Andréano le 17 novembre 2017 dans http://ecomnews.fr


Le 28 novembre 2017 à l’école 42, Mounir Mahjoubi lançait officiellement la consultation en ligne du tour des start ups.

À l’occasion du Tour des Start-ups, Mounir MAHJOUBI, Secrétaire d’État en charge du Numérique, conduit une évaluation, secteur par secteur, des freins et sujets irritants que les start-ups rencontrent dans leur activité. Pour cela, nous avons besoin de vous, avec un mot d’ordre : « on se dit tout ! »
Cette consultation est désormais ouverte jusqu’au 22 décembre 2017 et nous comptons sur vous pour y répondre sur l’ensemble du territoire !

À vos claviers pour remplir le questionnaire :
https://www.tour-des-startups.gouv.fr/pages/participer

Relayez, partagez, faites nous remonter vos observations, les problèmes mentionnés par les start-ups, les pistes de solutions préconisées, …


Pour en savoir plus :

- Trois ans de la French Tech Montpellier : quel bilan ?
- Rencontre entre @mounir et les #startups #HealthTech le 16 nov 2017
- Mounir Mahjoubi à la découverte de la French Tech de Montpellier le 16 novembre 2017
- Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat au numérique en visite à Troyes le 23 mars 2018
- French Tech, phase 2 : les grandes ambitions de Mounir Mahjoubi d’ici à 2022 annoncé le 25 mai 2018 à Paris
- Comment les jumeaux numériques bouleversent la santé