MedinCell fait fructifier son modèle innovant La société, basée à Jacou, développe des programmes de recherches pour l’industrie pharmaceutique.

, dans le réseau de Laurent Biasetti, Trias Asteriou

MedinCell, est basé à Jacou, en périphérie de Montpellier, en région Occitanie. La start’up voit l’avenir en rose. Depuis sa création, en 2002, la société de biotechnologies assoit sa croissance en restant fidèle au modèle économique innovant qui lui permet d’être une "entité indépendante et rentable", pour reprendre l’expression de son président fondateur Anh Nguyen.


Car MedinCell, qui vient d’investir, sur Jacou 1,5 M€ pour l’aménagement de nouveaux locaux, à l’esprit très start-up, constitue un exemple atypique dans le secteur de l’industrie pharmaceutique. "Notre ambition est de donner un accès aux médicaments au plus grand nombre à travers le monde, en participant à la conception de produits peu chers", explique son président Anh Nguyen, qui dirige l’entreprise en binôme avec Christophe Douat, directeur général.

Partenariat 50-50 avec les groupes pharmaceutiques

Pour atteindre cette ambition, la société a développé un concept inédit. Il repose sur un nom : Bepo. "Il s’agit d’une plateforme technologique qui permet le développement de médicaments à action prolongée". Tout le travail de R & D repose sur la mise au point de produits qui seraient injectés, sous cutanée, aux patients en une seule fois, "afin de remplacer la prise quotidienne de comprimé".

La période de diffusion du produit dans l’organisme pouvant aller "de quelques jours à une année, en fonction des besoins thérapeutiques". "C’est plus efficace, plus pratique et moins cher", insiste Anh Nguyen. La technologie Bepo est aujourd’hui brevetée dans 72 pays à travers le monde.

JPEG - 144 ko
Christophe Douat et Anh Nguyen partagent l’open space avec les collaborateurs. MedinCell fait fructifier son modèle innovant le 19 septembre 2016

Une centaine de collaborateurs

L’originalité du business model développé par la société réside dans son mode de fonctionnement. MedinCell ne produit pas directement ses propres médicaments mais les co-développe en partenariat 50 %-50 % avec de grands laboratoires pharmaceutiques. Et notamment deux d’entre eux, parmi lesquels Sandoz, filiale de Novartis spécialisée dans les médicaments génériques. Les axes de travail sont orientés vers des traitements au profit des maladies mentales, des douleurs, de la contraception ou encore de l’oncologie.

À ce jour, MedinCell travaille au développement de six produits. D’autres devraient venir s’y ajouter dans les prochaines semaines. Car la société ne cesse de croître. Elle compte une centaine de collaborateurs, dont la moitié a été recrutée ces derniers mois. Et le rythme des embauches ne va pas s’arrêter, "il se poursuivra dans les mois à venir". Le chiffre d’affaires étant réalisé "à 100 % à l’international", les collaborateurs installés à Jacou sont issus d’une trentaine de nationalités différentes. Symbole de l’esprit MedinCell : la totalité du capital de la société est partagé entre les fondateurs (Anh Nguyen va même voir sa part passer de 32 % à moins de 20 %) et les collaborateurs.

Karim MAOUDJ


Publié par Karim MAOUDJ le 19 septembre 2016 dans https://www.midilibre.fr


Pour en savoir plus :

- Trois ans de la French Tech Montpellier : quel bilan ?
- MedinCell fait fructifier son modèle innovant le 19 septembre 2016
- Montpellier accueille le secrétaire d’Etat chargé du Numérique le 16 nov 2017
- Mounir Mahjoubi à la découverte de la French Tech de Montpellier le 16 novembre 2017
- Christophe Douat (MedinCell) : « L’autodétention du capital répond à notre vision humaniste de la pharmacie » le 13 décembre 2017
- French Tech : Montpellier, Perpignan et le Gard labellisés le 03 avril 2019
- Medincell reçoit 19 M$ de la Fondation Bill Gates le 28 novembre 2019
- Covid-19 : une entreprise héraultaise en passe de trouver un traitement contre le covid-19 le 13 avril 2020 ?