MediSieve, qui prévoit de traiter le sang par filtration magnétique, a reçu le prix BioFIT le 11 décembre 2019 Traiter les maladies transmises par le sang, notamment le paludisme et la leucémie, en filtrant magnétiquement des composants spécifiques

, dans le réseau de Marianne Morini, Philippe GARNIER

MediSieve a reçu un prix prestigieux lors du BioFIT Event le 11 décembre 2019 à Marseille ! MediSieve prévoit de traiter les maladies transmises par le sang, notamment le paludisme et la leucémie, en filtrant magnétiquement des composants spécifiques causant des maladies de la circulation sanguine.

BioFIT est l’évènement leader en Europe en matière de transfert de technologies, de collaborations académie-industrie et d’innovations early-stage dans le domaine des Sciences du Vivant. BioFIT se dessine aussi comme la place de marché du capital d’amorçage en Sciences du Vivant.

Pour sa 8ème édition, l’événement s’est déroulé pour la première fois dans la cité phocéenne BioFIT les 10 et 11 décembre 2019 à Marseille. L’événement déploiera en effet désormais son ancrage en alternance entre les villes de Marseille (2019), Strasbourg (2020) et Lille (2021). Bénéficiant du soutien des collectivités territoriales des villes et régions d’accueil, l’événement est organisé par Eurasanté, en partenariat avec les pôles de compétitivité Eurobiomed, BioValley France et Nutrition-Santé-Longévité.

Comment MediSieve prévoit de traiter les maladies transmises par le sang, notamment le paludisme et la leucémie, par filtration magnétique

MediSieve a mis au point un traitement sans médicament pour les maladies transmissibles par le sang qui utilise un tamis magnétique pour éliminer les cellules sanguines infectées de la circulation sanguine d’un patient.

JPEG - 101.5 ko
La technologie de MediSieve fait circuler le sang d’un patient à l’extérieur de son corps afin de capturer et d’éliminer des agents pathogènes spécifiques (Crédit : MediSieve)

Les maladies transmises par le sang étant de plus en plus répandues dans le monde, trouver de nouvelles solutions flexibles pour lutter contre le paludisme, la leucémie et la septicémie devient une course contre la montre pour beaucoup. Une nouvelle thérapie sans médicament de la société londonienne de technologie médicale Medisieve pourrait apporter une solution dans son nouveau dispositif de filtration magnétique du sang. Le PDG et concepteur de la technologie, le Dr George Frodsham, explique à Anjuman Rahman comment il pense que son appareil pourrait éventuellement offrir de l’espoir aux victimes de nombreuses maladies mortelles.

La société londonienne de dispositifs médicaux Medisieve a développé une technologie susceptible de révolutionner le traitement des maladies transmises par le sang telles que la septicémie, le paludisme et la leucémie.

Connue sous le nom de filtration magnétique du sang, c’est une méthode qui consiste à retirer divers composants du sang, qui pourraient être des populations spécifiques de cellules, des agents pathogènes, des toxines ou des cytokines.

Il a été développé par le Dr George Frodsham, PDG et fondateur de MediSieve.
Il a déclaré à NS Medical Devices : « L’impact potentiel de toutes ces maladies est important - ce sont certaines des maladies les plus mortelles de l’humanité et elles causent d’énormes souffrances.

Le paludisme, par exemple, tue 450 millions d’enfants chaque année, six millions de patients dans le monde sont hospitalisés pour une maladie grave et pourraient bénéficier d’une filtration magnétique du sang.

La septicémie tue 45 000 personnes chaque année au Royaume-Uni - à peu près la même capacité que la moyenne d’un stade de football de première division.

La leucémie est l’un des cancers les plus courants et les plus grands tueurs d’enfants dans le monde développé. »

L’appareil n’a pas été testé chez l’homme, il n’est donc pas actuellement disponible pour les traitements. Une fois validé dans les essais cliniques, il sera utilisé exclusivement dans les hôpitaux.

JPEG - 46.7 ko
Le Dr George Frodsham, PDG et fondateur de MediSieve (Crédit : MediSieve)

Comment les agents pathogènes sont récupérés des patients pour traiter les maladies transmissibles par le sang

Alors que la plupart des efforts pour lutter contre le paludisme se concentrent sur la prévention, comme les vaccins et les moustiquaires, plutôt que sur de nouveaux traitements, MediSieve souligne l’importance d’investir des ressources dans de nouvelles solutions potentiellement vitales.

Le filtre sanguin magnétique de la société, qui fonctionne de manière similaire à la dialyse, élimine les globules rouges infectés de la circulation sanguine, réduisant la parasitémie - la présence de parasites dans le sang.

Le sang passe à travers un filtre magnétique puissant qui capture les cellules infectées et le sang restant peut ensuite être retourné au patient.

Le Dr George Frodsham a expliqué : « De manière similaire à la dialyse, nous faisons circuler en continu le sang d’un patient à travers une boucle extracorporelle [boucle sanguine externe] contenant notre système.

« Des particules magnétiques ciblées sont infusées dans le sang dans la boucle extracorporelle.

« Ces minuscules particules se lient spécifiquement aux agents pathogènes que nous voulons éliminer. Le sang passe ensuite à travers notre filtre sanguin magnétique qui capture les particules magnétiques et les agents pathogènes qui leur sont liés.

"Le reste du sang retourne ensuite au patient non affecté par la procédure."

L’ensemble du processus se déroule dans la boucle extra-corporelle, de sorte que les particules magnétiques ne pénètrent jamais dans le corps du patient.

PNG - 36 ko
Le système MediSieve est conçu pour s’intégrer aux pompes d’hémofiltration péristaltiques hospitalières existantes (Crédit : MediSieve)

La procédure dure de deux à quatre heures selon le patient et les agents pathogènes à éliminer.

Le Dr George Frodsham déclare : « Grâce à cette méthode, pratiquement tout ce qui peut être directement retiré de la circulation sanguine, y compris des cellules spécifiques, des toxines, des bactéries, des virus ou des cytokines inflammatoires. »

Qu’est-ce qui fait de la filtration magnétique du sang un système unique ?

Actuellement, presque toutes les maladies transmissibles par le sang sont traitées avec des produits pharmaceutiques qui tuent ou bloquent des cibles spécifiques. Cela entraîne souvent des inconvénients, tels que les effets secondaires, la résistance aux médicaments, la non-spécificité et l’incapacité de traiter certains patients.

Dans certains cas, les toxines laissées dans la circulation sanguine du patient peuvent entraîner une défaillance organique et la mort.

Le dernier rapport de l’OMS sur le paludisme dans le monde a révélé que malgré les efforts actifs des responsables de la santé, environ 219 millions de cas de paludisme ont été signalés dans le monde, mais aucun progrès significatif n’a été observé à l’échelle mondiale dans la réduction des cas de la maladie.

Le nombre de décès dus au paludisme en 2017, qui s’élevait à 435 000, est resté inchangé l’année dernière en raison d’une augmentation des troubles civils et de la guerre, des défis environnementaux tels que le changement climatique, des ressources insuffisantes, des lacunes dans la couverture et la qualité des interventions.

Le Dr George Frodsham a déclaré : « Notre objectif actuel est le paludisme, la septicémie et la leucémie.

« Dans le cas du paludisme, le dispositif serait utilisé exclusivement sur des patients atteints de paludisme grave qui sont hospitalisés et qui présentent un risque élevé de décès.

Pour les patients diagnostiqués avec une septicémie, qui selon l’OMS, six millions de personnes meurent chaque année, la société utilise sa technologie pour cibler les patients de l’unité de soins intensifs, pour lesquels l’intervention pourrait sauver des vies.

Cependant, les patients atteints de leucémie traités par des thérapies à base de cellules T CAR constituent sa cible initiale.

« Ces patients peuvent souffrir d’un effet secondaire potentiellement mortel appelé syndrome de libération de cytokines (SRC), qui provoque des symptômes tels que fièvre, nausées, maux de tête, éruption cutanée, rythme cardiaque rapide et troubles respiratoires. »

JPEG - 16.5 ko
L’aimant MediSieve qui active le filtre et est réutilisable pour plusieurs traitements (Crédit : MediSieve)

« Nous visons à traiter le SRC d’une manière qui n’affecte pas l’effet thérapeutique de la thérapie CAR-T.

« Les principales différences par rapport aux autres technologies sont la spécificité, l’efficacité et la flexibilité.

« Notre méthode garantit que seules les substances ciblées sont supprimées, tandis que d’autres techniques ne sont pas spécifiques, par exemple, la suppression de toutes les substances d’une taille ou d’un poids particuliers, éliminant ainsi les« bonnes »choses aux côtés des« mauvaises »choses.

« Deuxièmement, notre méthode est très efficace et est capable de traiter plusieurs fois le volume sanguin total d’un patient en une seule procédure, garantissant des niveaux élevés de capture.

« Enfin, notre méthode est très flexible, permettant un grand nombre de cas d’utilisation potentiels. Il permet l’élimination de nombreuses cibles différentes, des grandes cellules aux petites molécules - en même temps si nécessaire.

« Les substances retirées peuvent également être récupérées du filtre après le traitement si vous le souhaitez, ce qui peut être utile pour le diagnostic ou la recherche. »

En raison de sa flexibilité, il existe un grand nombre d’applications cliniques potentielles, que la société s’est fixé comme objectif principal d’identifier et d’utiliser comme intervention à un moment clé.

Cela pourrait avoir un impact significatif sur le bien-être des patients et, finalement, la survie.

Le parcours du Dr George Frodsham comprend un diplôme de premier cycle en physique et philosophie, une maîtrise en nanotechnologie et un doctorat en génie biochimique, au cours desquels il a développé le filtre magnétique.

« Nous visons à traiter le SRC d’une manière qui n’affecte pas l’effet thérapeutique de la thérapie CAR-T.

« Les principales différences par rapport aux autres technologies sont la spécificité, l’efficacité et la flexibilité.

« Notre méthode garantit que seules les substances ciblées sont supprimées, tandis que d’autres techniques ne sont pas spécifiques, par exemple, la suppression de toutes les substances d’une taille ou d’un poids particuliers, éliminant ainsi les« bonnes »choses aux côtés des« mauvaises »choses.

« Deuxièmement, notre méthode est très efficace et est capable de traiter plusieurs fois le volume sanguin total d’un patient en une seule procédure, garantissant des niveaux élevés de capture.

« Enfin, notre méthode est très flexible, permettant un grand nombre de cas d’utilisation potentiels. Il permet l’élimination de nombreuses cibles différentes, des grandes cellules aux petites molécules - en même temps si nécessaire.

« Les substances retirées peuvent également être récupérées du filtre après le traitement si vous le souhaitez, ce qui peut être utile pour le diagnostic ou la recherche. »

Quelle est la prochaine étape pour MediSieve ?

Le Dr George Frodsham a expliqué que la technologie est en cours de validation pré-clinique en laboratoire et sur des modèles animaux.

« Jusqu’à présent, les résultats sont très prometteurs », dit-il.

« Le filtre magnétique, qui est utilisé pour toutes les maladies, est l’aspect le plus avancé de la technologie, et est prêt à être utilisé dans les essais cliniques, nous espérons les démarrer avant la fin de l’année.

« En soi, il peut être utilisé pour traiter le paludisme grave, grâce aux propriétés magnétiques naturelles des cellules infectées par le paludisme.

"Pour la septicémie, la leucémie et d’autres maladies, les particules magnétiques ciblées sont nécessaires, avec une particule différente développée pour chaque substance à éliminer."

Ceux-ci sont en cours de validation en laboratoire, dans des modèles de preuve de concept de sang humain et des essais cliniques sont prévus pour 2021, à commencer par la septicémie.

Le Dr George Frodsham a ajouté : « Pour aller de l’avant, notre ambition est de continuer à développer la technologie en une plate-forme qui permet aux médecins d’éliminer une vaste gamme de substances du sang afin de traiter de nombreuses maladies transmissibles par le sang. »

À partir de 2020, MediSieve cherchera de nouveaux investissements pour soutenir ce développement.

Publié par Anjuman Rahman le 22 aout 2019 dans https://www.nsmedicaldevices.com


Pour en savoir plus :

- Nogentech a participé à la convention d’affaires BioFIT à Strasbourg les 1er et 2 décembre 2015
- L’équipe de Brest Tech + est pilotée par Frédéric Nicolas et Véronique Lemonon
- Cinetech n°18 Mercredi 07 octobre 2015 à Nogent CINE TECH n°18 « Régénérer les os et les organes »
- Prix de l’entrepreneur EY. Avec les vers marins, Hemarina révolutionne la médecine
- Le brestois Imascap passe dans le giron de Wright Medical en décembre 2017
- Finance, océan, télécoms... Comment la French Tech Brest+ veut digitaliser les "filières traditionnelles bretonnes"
- Quimper Bretagne Occidentale labélisée « Capitale French Tech » avec Brest, Lannion et Morlaix le 03 avril 2019
- À Dijon, NVH Medicinal prépare la bombe anti-crevaison du système sanguin avec un collagène de synthèse 14 mars 2019
- MediSieve, qui prévoit de traiter le sang par filtration magnétique, a reçu le prix BioFIT le 11 décembre 2019
- Alcediag, avec son diagnostic de précision axée sur la santé mentale, a reçu le prix BioFIT le 11 décembre 2019