Marle devient leader européen des prothèses en novembre 2011 La PME, propriété du fonds d’investissement américain Carlyle, rachète deux filiales du britannique Deloro.

, dans le réseau de Christophe Juppin

Le fabricant d’implants pour la hanche Marle, implanté à Nogent (Haute-Marne), devient leader européen de la fabrication de prothèses orthopédiques et se hisse dans le trio de tête mondial. La société rachète au britannique Deloro ses filiales ATS et Sferic, spécialisées dans les prothèses du genou et de l’épaule. L’opération, menée par le fonds d’investissement américain Carlyle, actionnaire majoritaire de Marle depuis 2009, s’élève à « quelques dizaines de millions d’euros ». Elle rapproche un forgeron et un acteur de la fonderie, tous deux spécialisés dans les dispositifs médicaux.

Né dans le bassin de la coutellerie à Nogent-en-Bassigny (52) et axé dans un premier temps sur les outils à main (ciseaux, instruments de coupe…), le groupe créé par Bernard Marle s’est diversifié en 1984 dans le matériel orthopédique. Depuis, « plus de trois millions de prothèses de hanche ont été forgées par le groupe Marle, essentiellement en alliage de titane, un métal capable de résister à de fortes sollicitations mécaniques », explique son PDG Antonio Gill. Le groupe français a investi 20 millions d’euros en dix ans, ce qui lui permet aujourd’hui de fournir des implants finis à ses clients et de détenir 20% du marché mondial des prothèses de hanche, aux côtés de leaders américains Orchid et Simmetry Medical.

Avec l’acquisition finalisée au­jourd’hui, Marle espère parvenir à la même offre dans les implants pour le genou et l’épaule. Deux fois plus petits, avec un chiffre d’affaires de 26 millions d’euros seulement, ATS et sa filiale Sferic ont centré leur savoir-faire sur la fonderie et la rectification de cobalt, un matériau plus adapté aux besoins de l’articulation du genou.

75% des ventes à l’export

Pour ces deux gammes de prothèses, Marle fournira la forge et le polissage, ATS et Sferic la fonderie et l’usinage. Les deux groupes ont les mêmes débouchés. Marle fournit déjà des prothèses à plus de 50 clients, des mastodontes du secteur comme Johnson & Johnson, Smith and Nephew ou encore ­Biomet, mais aussi des PME. Marle exporte « 75% de sa production, intégralement réalisée en France », souligne Vladimir Lasocki, de ­Carlyle.

Le groupe Marle, dont les ventes progressent de plus de 10% par an depuis 2003, affichera après la fusion un chiffre d’affaires de 70 millions d’euros avec 440 salariés. Déjà installé à Chaumont et Saint-Étienne, il se renforcera sur les sites d’ATS et Sferic à Blois et Alès, où il investira 4 millions d’euros.

Publié par Armelle Bohineust le 30 novembre 2011 dans https://www.lefigaro.fr/


Pour en savoir plus :

- Bernard Marle, forgeron de la prothèse médicale
- Marle devient leader européen des prothèses en novembre 2011
- Marle, un exemple unique de sous-traitance orthopédique pour DeviceMed
- Marle a racheté fin juillet 2017 la société suisse SMB Médical.
- Nomination du Secrétaire National du réseau #HealthTech : Guillaume FACCHI le 23 ‎novembre ‎2016 à Paris-Bercy
- Le cluster Nogentech
- La course à la réglementation européenne lancée pour les fabricants de dispositifs médicaux
- Marle parvient à abaisser le coût de son endettement en sécurisant une TLB de 154 M€
- En Haute-Marne, les forgerons sont devenus prothésistes