Macopharma, à Tourcoing et Mouvaux : des inquiétudes sur la stratégie de développement le 20 février 2014 L’entreprise Macopharma fabrique des poches de transfusion, à Tourcoing, ainsi que des perfusions et des masques, à Mouvaux.

, dans le réseau de Laurent Massoptier, Perrine Lespagnol

L’entreprise Macopharma fabrique des poches de transfusion, à Tourcoing, ainsi que des perfusions et des masques, à Mouvaux, dans le département du Nord, en région Hauts-de-France. Elle fait partie de la Métropole européenne de Lille. À la suite d’un plan social qui a concerné 57 des 1 370 salariés de Macopharma, entreprise du secteur pharmaceutique, basée à Tourcoing et à Mouvaux, des inquiétudes demeurent quant à la stratégie de développement de l’entreprise.


Des délégués du personnel décrivent un climat social tendu et redoutent un nouveau plan social d’envergure. Ils adressent une lettre à la famille Mulliez, actionnaire majoritaire.

Le premier plan social de cette entreprise créée il y a trente ans a touché 57 de ses 1 370 salariés (dont 33 départs volontaires, 19 reclassements internes et 5 licenciements). «  Cela a été douloureux, explique Fabrice Letombe, délégué CFDT, le syndicat majoritaire. Nous ne sommes pas satisfaits à 100 % de ce qui a été fait sur les primes extralégales, de l’ordre de 10 000 euros. Et il a fallu quinze jours de combat pour y arriver, avec la médiation de la Direction territoriale ! »

Il entend rester attentif au travail mené par le cabinet de reclassement : « Neuf personnes sont en CDI, les autres sont toujours en période d’essai. C’est loin d’être parfait. Certains se sentent livrés à eux-mêmes pour retrouver du travail.  » Dans le même temps, la bourse interne à l’emploi propose 19 postes permanents, dont 15 en France.

Les ouvriers en première ligne

L’entreprise Macopharma fabrique des poches de transfusion, à Tourcoing, ainsi que des perfusions et des masques, à Mouvaux, dans le département du Nord, en région Hauts-de-France. Elle fait partie de la Métropole européenne de Lille.

Macopharma a ouvert une usine en Pologne, une autre en Tunisie, a des vues sur le marché sud-américain via une implantation au Brésil… Et la France ? Loin de rassurer les représentants du personnel, le développement de Macopharma à l’international inquiète. Fabrice Letombe craint un «  plan social de grande envergure ». « Il y a une guerre des prix, ils veulent être compétitifs sur le marché mondial, poursuit-il. Leur seule chance, c’est d’automatiser un maximum. La baisse de l’effectif prévisionnel touche particulièrement les ouvriers. »

L’atelier assemblage de Tourcoing s’était d’ailleurs mis en grève, en juin 2013. « Leur avenir va dépendre des appels d’offres pour des contrats qu’on a en Allemagne, en Angleterre et au Canada. On doit savoir si ça continue. Nos concurrents se regroupent, ils ont encore baissé leur prix de vente. » « L’automatisation permet de gagner 30 % du prix de revient, ajoute Jacques Lecoustre, représentant syndical CFDT au CE. Pour le site de Mouvaux, cela représente 30 millions d’investissements.  »

De nouveaux équipements innovants doivent arriver en septembre 2014. «  Avec les nouvelles machines, on sent qu’il y a trop de personnel, complète une employée. On commence à être submergés par le stock. » Face à ces incertitudes, « ils considèrent qu’il y a un panel de CDD important (environ 150 sur les deux sites), et la possibilité de départs volontaires, reprend Fabrice Letombe. C’est un peu aléatoire comme stratégie… »

Tous deux dénoncent également un climat social tendu avec la direction des ressources humaines, ces deux dernières années. « Aux élections du 27 mars 2014, il y aura un véritable enjeu », préviennent-ils.

Dans ce contexte, ils en appellent à la famille Mulliez, qui est l’actionnaire majoritaire, à travers un courrier. « Notre objectif, c’est d’avancer, assure Jacques Lecoustre. Que le dialogue se passe le mieux possible. Pour l’instant, on est face à un mur. »

Publié dans la Voix du Nord le 20 février 2014 sur https://www.lavoixdunord.fr

Tourcoing-Mouvaux La CGT s’inquiète d’un projet de vente de l’usine Macopharma

Le lundi 08 octobre 2018 midi, la CGT s’inquiète sur le site de l’usine Macopharma de Mouvaux, qui serait sur le point d’être vendue à un fonds d’investissement. Le syndicat redoute de nouveaux licenciements.

Après celui de 2013, y aura-t-il un nouveau plan social chez Macopharma ? C’est ce que pressent la CGT, qui s’est mobilisée le lundi 08 octobre 2018, rue de Verdun à Mouvaux, le site se trouvant à la frontière avec Tourcoing.

Publié par Fanny Saintot le lundi 08 octobre 2018 sur https://www.lavoixdunord.fr

Macopharma cède son activité perfusion déficitaire

Le nouvel actionnaire Verdoso, un industriel parisien, veut transformer l’outil de production et élargir la gamme produit.

Une page se tourne pour le très discret groupe Macopharma, lié à la galaxie Mulliez. Il vient de passer les rênes de son usine de Mouvaux, dans le département du Nord, spécialisée dans la fabrication de poches de perfusion au groupe industriel parisien Verdoso. Ce dernier annonce le maintien des 500 emplois du site qui portera par ailleurs une nouvelle identité. Exit Macopharma, l’activité sera désormais baptisée Carelide. Qui envisage d’ores et déjà un projet "majeur" de retournement et de transformation industrielle.

Automatisation renforcée

Dans les tuyaux, "un renforcement de l’automatisation du process de production", explique à Eco121 le président Alain Feingold, laconique. Le montant et le calendrier des investissements ne sont pas indiqués. Carelide prévoit également d’accélérer son activité de negoce et d’étendre son offre. Cela passera par le développement de nouveaux produits en interne ou par l’importation. Le dirigeant affiche ses ambitions : monter en puissance la production pour à terme redevenir profitable. En 2018, la direction confirmait aux salariés une production à perte dans un contexte de "concurrence accrue", malgré les investissements réalisés en 2015 sur les équipements.

L’ex-unité Macopharma produit annuellement 40 millions de poches de perfusion pour environ 50 M€ de recettes, essentiellement réalisées au national. De son côté, le groupe Macopharma - qui maintien son site de Tourcoing - se concentre sur ses métiers de transfusion et biothérapie.

Publié le 27 juin 2019 par Julie Kiavué sur https://www.eco121.fr


JPEG - 48.9 ko
Christophe LAMARRE @doclamarre · 28 février 2020
A l’époque du risque de grippe aviaire les #masquesFFP2 étaient fabriqués près de Tourcoing chez MAKO PHARMA. Des dizaines d’intérimaires avaient été embauchés. Nous médecins avions reçu des cartons plein.
Depuis, l’entreprise a délocalisé sa production...en #Chine !
#coronavirus
JPEG - 73.7 ko
Marquis de Seignelay Drapeau pirate @FauteuilColbert
- La société américaine est présente en France par une siègle social et non par un outil de production. Elle reçoit aussi des commandes françaises.
- Mako Pharma produisaient des masques en France avant de délocaliser sa production en Chine dans les années 2010.
JPEG - 84.1 ko
VDN Tourcoing @VDNtourcoing · 8 oct. 2018
La CGT s’inquiète d’un projet de vente de l’usine Macopharma #tourcoing #mouvaux
https://www.lavoixdunord.fr/465148/article/2018-10-08/un-projet-de-vente-de-macopharma-seme-l-inquietude-chez-les-salaries?&refresh=OK&refresh=OK&refresh=OK&refresh=OK&refresh=OK&refresh=OK

Pour en savoir plus :

- Macopharma, à Tourcoing et Mouvaux : des inquiétudes sur la stratégie de développement le 20 février 2014
- Y a-t-il un risque pour l’approvisionnement en médicaments en février 2020 ?
- Il faut tirer les conséquences de la dépendance de l’approvisionnement chinois en mars 2020
- Covid-19 : le jour d’après : Couper le cordon avec l’Asie pour éviter la pénurie de médicaments
- Covid-19 : Le gouvernement veut accélérer la production de masques, l’industrie sous pression le 30 mars 2020
- Covid-19 : Emmanuel Macron veut « rebâtir » l’indépendance économique de la France le 31 mars 2020
- Covid-19 : « Produire en France » : le virage souverainiste de Macron suscite l’ironie des oppositions le 31 mars 2020
- Covid-19 : la filière textile enclenche la production de masques à grande vitesse
- Covid-19 : La course pour faire renaître de ses cendres l’industrie française des masques le 04 avril 2020
- Covid-19 : Déconfinement : quel masque pour quelle protection ? le 20 avril 2020
- Covid-19 : Médicaments, industrie : et si on relocalisait en France ? le 13 avril 2020
- Covid-19 : faut-il relocaliser en France des usines de secteurs stratégiques ? le 05 mai 2020
- Covid-19 : Relocalisation et Made In France : utopie ou réalité économique ? le 09 mai 2020
- Covid-19 : "On a préféré acheter en Chine que défendre l’outil industriel français" le 10 mai 2020