Lyon : Kallistem reproduit la fabrication de sperme in vitro le 05 mai 2015 Première mondialeenfertilité masculine

, dans le réseau de Virginie Delplanque, Hugo Veysseyre

Kallistem, une jeune société lyonnaise qui développe des technologies de culture cellulaire innovantes en biologie de la reproduction, annonce une première mondiale, la spermatogenèse humaine in vitro. La société est parvenue fin 2014 à produire en laboratoire des spermatozoïdes humains complètement formés, à partir de biopsies testiculaires de patients ne contenant que des cellules germinales immatures (spermatogonies). Un procédé qui viendra peut être à bout de l’infertilité masculine. Elle a déposé un brevet portant sur la spermatogénése in vitro.

Kalistem, une jeune start-up lyonnaise, a eu l’idée de reproduire la spermatogénése in vitro. Mais c’est l’Institut de recherche des matériaux polymères de l’université Lyon 1 qui a permis cette avancée capitale. Il a mis au point un cocon, un tube "séminifère" dans lequel la production des spermatozoïdes peut s’opérer. La prouesse de cette technologie : avoir réussi à recréer in-vitro, dans un tube, le cheminement de la cellule souche spermatique jusqu’à sa maturité.

Une recherche amorcée en 1992 et qui repousse encore les limites de l’infertilité masculine. Mais des tests sur les animaux doivent encore valider le procédé. A brève échéance, deux types de patients pourraient être concernés par cette découverte : les garçons pubères qui subissent des traitements lourds susceptibles d’altérer leur reproduction ou des hommes adultes dont la propre production de spermatozoïdes est en panne.

Publié par Philippe Bette, Aude Henry et Daniel Pajonk le 17 septembre 2015 dans https://france3-regions.francetvinfo.fr

=========================


Première mondiale en fertilité masculine : Kallistem obtient des spermatozoïdes humainscomplets in vitro

Kallistem, société qui développe des technologies de culture cellulaire innovantes en biologie de la reproduction, annonce le 05 mai 2015 une première mondiale, la spermatogenèse humaine in vitro. La société est parvenue fin 2014 à produire en laboratoire des spermatozoïdes humains complètement formés, à partir de biopsies testiculaires de patients ne contenant que des cellules germinales immatures (spermatogonies).

Plusieurs équipes dans le monde tentent depuis plus de 15 ans de réaliser une spermatogénèse humaine in vitro. C’est un processus physiologique extrêmement complexe dont la durée est de 72 jours. Pour parvenir à cette première mondiale, Kallistem s’appuie sur deux technologies innovantes brevetées qui pourront répondre aux normes règlementaires en vigueur.

PNG - 60.8 ko
À gauche : schéma simplifié d’une coupe transversale d’un tube séminifère ; à droite, schéma de la structure de la chambre bicamérale de culture.

Cette avancée scientifique et technologique va permettre à Kallistem d’affirmer sa position de leader mondial dans le domaine de la spermatogenèse in vitro. La société s’est développée jusqu’ici en investissant sur ses fonds propres et prévoit en 2015 de lever des fonds pour accélérer son plan de développement. Elle est également à la recherche de partenaires pour assurer son développement aux Etats-Unis.

Kallistem met en place un projet de développement thérapeutique pour les patients dont la fertilité est menacée. Les études précliniques doivent durer jusqu’en 2016 et les études cliniques commencer en 2017. L’objectif de la société à cinq ans est de commercialiser ses technologies sous forme de licence auprès des industriels du marché de l’assistance médicale à la procréation (AMP), et également de les commercialiser en direct auprès de centres de reproduction privés et publics.

« Kallistem répond à un véritable enjeu de société au niveau mondial : le traitement de l’infertilité masculine. Aujourd’hui, notre équipe est la première au monde à avoir mis au point la technologie nécessaire pour obtenir des spermatozoïdes complètement formés in vitro avec un rendement suffisant pour envisager une FIV ICSI (1). Ce résultat scientifique majeur vient renforcer notre crédibilité et notre potentiel de développement », souligne Isabelle Cuoc, Présidente de Kallistem. « L’entreprise vise un marché mondial sur lequel aucun acteur n’est actuellement présent et qui se chiffre à plusieurs milliards d’euros, ce qui devrait convaincre les futurs partenaires financiers de participer au premier tour de financement qui devrait intervenir avant fin 2015. »

« La réalisation de l’ensemble de la spermatogenèse in vitro, depuis les spermatogonies jusqu’au stade ultime de spermatozoïdes, dans des espèces animales, mais aussi dans l’espèce humaine, représente un véritable exploit biotechnologique », ajoute le Professeur Hervé Lejeune, Service de Médecine de la Reproduction, Hôpital Femme Mère Enfant du CHU de Lyon. « Cela ouvre des possibilités thérapeutiques attendues depuis de nombreuses années. »

Le traitement de l’infertilité masculine : un enjeu mondial

Selon les estimations de la société, le traitement de l’infertilité masculine pourrait représenter un marché supérieur à 2,3 milliards d’euros avec plus de 50 000 nouveaux patients par an. Le nombre de spermatozoïdes par éjaculat a été divisé par deux au cours des 50 dernières années dans les pays développés (2). Les approches thérapeutiques pour les patients dans ce domaine sont limitées. Par exemple, aucun traitement n’existe aujourd’hui pour préserver la fertilité des jeunes garçons pré-pubères soumis à un traitement gonadotoxique, comme les chimiothérapies. Plus de 15 000 jeunes patients atteints de cancer au niveau mondial sont concernés (3). Il n’existe pas non plus de solution pour les hommes adultes qui souffrent d’infertilité non prise en charge par les technologies actuelles. Plus de 120 000 hommes adultes sont atteints d’azoospermie nonobstructive4. Kallistem vise à répondre aux besoins de ces patients. A partir d’une biopsie testiculaire, il sera possible d’obtenir des spermatozoïdes qui seront cryo-conservés jusqu’au désir de paternité et alors utilisés en fécondation in vitro avec micro-injection.

A propos de KallistemSAS

Kallistem est une société de biotechnologie qui développe des technologies de culture cellulaire innovantes en biologie de la reproduction pour répondre aux enjeux mondiaux de l’infertilité masculine et aux exigences de la toxicologie moderne. Créée en 2012et basée à l’ENS de Lyon, la société valorise les travaux de recherche de Philippe Durand et Marie-Hélène Perrard, deux spécialistes reconnus mondialement pour leurs travaux en biologie de la reproduction masculine et plus particulièrement dans la spermatogenèse in vitro. Kallistem exploite deux technologies brevetées de culture cellulaire spécifiques pour la prévention de la fertilité et le traitement de l’infertilité masculine : Artistem® et Bio-AlteR®.

Artistem® est la première plateforme technologique au monde qui permet de produire in vitro des spermatozoïdes humains. Bio-AlteR® permet de réaliser des études mécanistiques nécessaires au projet thérapeutique et utiles dans le cas d’études prédictives entoxicologie testiculaire.

L’offre de Kallistem dans le traitement de l’infertilité masculine s’insère dans un schéma logistique préexistant, celui des biopsies et du stockage des spermatozoïdes, tissus germinaux ovariens et testiculaires dans des centres spécialisés tels que les CECOS (Centre d’Etude et de Conservation des Œufs et du Sperme) en France ou les biobanques au niveau mondial.

Incubée au sein de Pulsalys à Lyon, Kallistem a été labellisée Novacité et Jeune Entreprise Innovante en 2012. Sélectionnée pour le projet Artis par le cancéropôle CLARA en 2012, la société est également soutenue par le CNRS, l’INSERM et l’INRA. Kallistem a remporté le prix spécial du jury Investor Conferenceà BIOVISION en 2015. Pour en savoir plus : http://www.kallistem.com/fr/

Contact Presse et Analystes
Andrew Lloyd & Associates

Juliette dos Santos / Lise Beltzung
juliette@ala.com-lise@ala.com
Tel : +33 1 56 54 07 00

=============================

(1).- ICSI : Intra Cytoplasmic Sperm Injection ou injection intra-cytoplasmique de spermatozoïde

(2).- Geoffroy-Siraudin C, Loundou AD, Romain F, Achard V, Courbière B, Perrard MH, Durand P, Guichaoua MR. Decline of semen quality among 10 932 males consulting for couple infertility over a 20-year period in Marseille, France. Asian J Androl. 2012 Jul ;14(4):584-90. doi : 10.1038/aja.2011.173. Epub 2012 Apr 23.

Carlsen E, Giwercman A, Keiding N, Skakkebaek NE. Evidence for decreasing qualityof semen during past 50 years. BMJ 1992 ; 305 : 609–13

(3).-Global cancer control, février 2011

4.-Origio

=====================================

Communiqué de presse publié par Juliette dos Santos le 05 mai 2015 dans https://lyonbiopole.com

=======================================

Infertilité et préservation

(...)
Le calendrier prévoit l’achèvement des études précliniques fin 2016 et le démarrage des essais cliniques en 2017 sur un échantillon d’une trentaine de patients. Si tel était le cas, Kallistem pourrait donc démarrer son activité commerciale en 2019 ou 2020. Elle se positionne sur un marché planétaire pouvant atteindre 2,3 milliards d’euros et qui progresse pour des raisons liées notamment à des facteurs liés à l’environnement.

Elle cible à la fois des hommes adultes dits infertiles et, dans une approche préventive, des jeunes garçons non encore pubères dont la fertilité est menacée par une chimiothérapie. Le modèle économique de la jeune pousse consistera, tout au moins dans un premier temps, à effectuer des prestations de services pour des Cecos (Centres d’études et de conservation des œufs et du sperme), en France, ou des biobanques, ailleurs dans le monde. Il pourrait ensuite évoluer vers la fourniture de "kits".

Publié par Marie-Annick Depagneux le 07 mai 2015 dans https://acteursdeleconomie.latribune.fr

Pour en savoir plus :

- Lyon : Kallistem reproduit la fabrication de sperme in vitro le 05 mai 2015
- Quatre projets de recherche sur des cellules souches embryonnaires à l’université de Nantes le 23 juillet 2019