Lorraine et Alsace créent la capitale “French tech East” La priorité de la French tech East, c’est de fédérer.

, dans le réseau de Philippe HENAUX, Victoria Di CARLO, Guillaume Hert, Claire CRUGNOLA

Le dossier était en gestation depuis décembre 2018. Et les acteurs lorrains, messins comme nancéiens, ne sont pas mécontents de leur coup : avoir réussi à monter un dossier commun avec leurs homologues alsaciens pour espérer décrocher le label Capitale French tech. Car seul, l’écosystème LorNtech n’était pas assez puissant pour candidater.


Tout commence en octobre 2018. Le gouvernement, par la voix du secrétaire d’État au Numérique Mounir Mahjoubi, annonce une refonte de la labellisation French tech. Exit la notion de Métropole French tech (dont LORnTECH avait le label depuis 2015, obtenu sous l’impulsion du Sillon lorrain), place aux « Communautés French tech », au nombre de 50 à 100 en France, et aux « Capitales French tech », seulement 7 à 12 sur le territoire national.

JPEG - 111.5 ko
Lorraine et Alsace créent la capitale “French tech East”

D’emblée, les Lorrains souhaitent se positionner sur le deuxième label, réservé aux écosystèmes plus matures. « Autant jouer en Champions League », illustre Philippe Hénaux, animateur de LORnTECH pour le nord lorrain. Messins et Nancéiens passent alors les critères exigés à la loupe et se mettent en ordre de bataille.

L’appel à candidature exige « une gouvernance d’entrepreneur(e)s de startups ». Qu’à cela ne tienne, ils boostent l’association LORnTECH, dont le siège est à Nancy, en changeant son conseil d’administration pour y faire siéger uniquement des startuppers et confier la présidence à Pierre Rinaldi, cofondateur de la jeune pousse SesaMm à Metz.

Il faut aussi « avoir le soutien public de la communauté locale de startups, soit un minimum de 50 personnes issues de 50 startups ». Là pas de problème, réaliser le plein de signatures est faisable.

Le site totem pour Bliiida

Mais les Lorrains butent sur une autre condition : « Avoir au moins cinq entreprises lauréates actuelles du Pass French tech dans son écosystème ». Et là, cela coince. En Lorraine, seules trois startups (SesaMm, Netlooks et Ewattch) ont obtenu ce label national qui récompense et aide les entreprises les plus prometteuses.

L’idée émerge alors de faire cause commune avec l’Alsace, qui ne compte aussi que 3 Pass French tech dans ses rangs, et qui accepte le deal. Le dossier, baptisé « Capitale French tech East », est donc monté. C’est l’association LORnTECH qui tient la plume et porte la candidature.

Il faut alors régler le cas du site totem, car les critères de sélection n’en prévoient qu’un seul. Les partenaires se mettent d’accord assez facilement : ce sera Bliiida à Metz. Il présente notamment l’avantage d’être le plus visible et opérationnel, contrairement par exemple au site de Nancy encore dans les cartons. « Ce qui n’empêchera pas de travailler en réseau avec Nancy, Epinal, Thionville et même Luxembourg », souligne-t-on du côté meurthe-et-mosellan.

Dans le Grand Est, le dossier lorino-alsacien est seul en lice au label « Capitales French tech », ce qui laisse bon espoir d’être retenu par l’État qui dévoilera la liste des Capitales French tech le 15 mars 2019 ou le 03 avril 2019 . En théorie, le 15 mars 2019 tomberait parfaitement, Mounir Mahjoubi serait à cette date à Metz dans le cadre de l’événement A.I. Now, dédié à l’intelligence artificielle. De quoi « imaginer une annonce en direct », espère Pierre Rinaldi. Là encore, ce serait le coup parfait.

Publié par Stéphane Getto sur 21 février 2019 dans https://www.lasemaine.fr


JPEG - 267.8 ko
La French tech East dans les starting-blocks avec Pierre Cuny, président du Sillon lorrain et Pierre Rinaldi, co-fondateur de SESAMm lors de la présentation le 1er mars 2019 de la candidature de French tech East au label Capitale French Tech.

La video youtube du 12 février 2019 de la candidature de French tech East au label Capitale French Tech le 03 avril 2019.

JPEG - 46.4 ko
A gauche : Pierre RINALDI, cofondateur et CEO de (SESAMm, il est également président de LORnTECH et président de French tech East labellisée Capitale French Tech le 03 avril 2019.

Pour en savoir plus :

- LORnTech : Axelle Lemaire et Christian Eckert le 9 octobre 2015 à TCRM-Blida bâtiment Totem de Metz
- LORnTECH Philippe Hénaux : Conjuguer le présent au futur...
- LORnTECH : Le numérique lorrain cherche encore ses « Licornes » en juin 2016
- 11 novembre 2016, Le Paddock , bâtiment totem à Nancy, exemple à suivre
- Les bâtiments totem de la French Tech
- Depuis juin 2017, Victoria Di Carlo est responsable de la communication LORnTECH
- LORnTECH : Bienvenue au QUAI ALPHA le 26 juin 2018 !
- Lorntech se dote d’un nouveau bureau d’entrepreneurs, pour les entrepreneurs le 6 décembre 2018.
- Pierre Cuny élu président du Sillon lorrain le 11 décembre 2018
- Annonce des labellisations Capitales & Communautés FrenchTech le 03 avril 2019 à @FrenchTechCtral Paris
- LORnTECH devient capitale French Tech en s’associant avec l’écosystème alsacien le 03 avril 2019
- Lorraine et Alsace créent la capitale “French tech East”le 03 avril 2019
- Troyes intègre la « French Tech » et réunis son Board le 26 avril 2019
- La French Tech East obtient le label « capitale » le 03 avril 2019
- L’association Lorntech et le Sillon Lorrain ont accueilli la première promotion French Tech Tremplin le 11 décembre 2019
- Découvrez l’engagement de BLIIIDA, tiers-lieu d’innovation le 18 mai 2020
- Covid-19 : Pierre Rinaldi, cofondateur de la start-up messine SESAMm, préside également French Tech East et LornTech le 07 juin 2020.