Les bâtiments-totem de la French Tech dans le Grand Est

, dans le réseau de Anastasia Grabarz, Philippe HENAUX, Victoria Di CARLO, Christophe Juppin, Jean-Michel Halm

Les bâtiments-totem de la French Tech sont des véritables lieux d’échange et de créativité pour l’ensemble des acteurs du secteur. Retour sur ces espaces dédiés pour mieux comprendre le rôle des bâtiments totem et focus sur quelques-uns des lieux phares du Grand Est.

A l’initiative du ministère de l’économie, la French Tech vise à favoriser l’émergence, la pérennisation et le développement de start-ups au sein d’un territoire.

Une start-up est une jeune entreprise avec une ambition mondiale à la recherche d’un modèle économique qui lui assurera une croissance forte et rapide, ou une entreprise qui a grandi avec un tel modèle. Les start-up accélèrent l’innovation dans tous les secteurs d’activité ; leur valeur repose toute ou partie sur le numérique comme dans les technologies de la santé (medtech), etc...

Convaincu qu’il faut favoriser en France l’émergence de start-up à succès pour générer de la valeur économique et des emplois, le Gouvernement a créé l’Initiative French Tech fin 2013.

Sa philosophie : s’appuyer sur les initiatives des membres de la French Tech eux-mêmes, mettre en valeur ce qui existe déjà, et créer un effet boule de neige. L’initiative French Tech ce n’est pas l’Etat qui encadre, c’est l’Etat qui soutient. C’est une ambition partagée, impulsée par l’Etat mais portée et construite avec tous les acteurs.

En réunissant les champions français du secteur, la French Tech met en place de véritables écosystèmes accélérateurs d’innovations. Mais pour mieux fédérer, il convenait cependant d’imaginer des points de ralliement régionaux.

Ainsi émerge le concept de bâtiment totem, véritables lieux d’échange et de créativité pour l’ensemble des acteurs du secteur. Retour sur ces espaces dédiés pour mieux comprendre le rôle des bâtiments totem et focus sur quelques-uns des lieux phares du Grand Est.

Le Village by CA Reims Bezannes est un bâtiment totem de l’initiative portée par l’association Nord Est start Up, il accueille un écosystème tourné vers l’open innovation. Doté d’un dispositif particulièrement performant, il met à l’honneur l’économie de la connaissance, la créativité et la connectivité…

Jeudi 15 février 2018, la première promotion de 14 start up fait son entrée au Village by CA Reims . L’enjeu pour le Village est de rassembler des entreprises qui représentent l’ensemble des filières d’excellence du territoire : agriculture / agro-alimentaire ; immobilier / agromatériaux ; champagne / tourisme ; santé / vieillissement autour d’une thématique transversale, le big data, et plus précisément la captation et l’analyse des données.

Le Village by CA Reims se situe à 40 minutes de Paris, dans le parc d’affaires de Reims Bezannes, au pied de la gare du TGV Champagne-Ardenne. Totem de l’innovation et de l’entrepreneuriat, il est conçu comme un lieu de partage et de création organisé autour de quatre grandes missions : favoriser l’émergence de projets innovants et de nouveaux talents ; accompagner les jeunes entreprises dans la mise en œuvre de leurs solutions et dans leur réussite commerciale ; promouvoir, accélérer et diffuser l’innovation sous toutes ses formes ; servir le développement économique des territoires.

La Technopole de l’Aube à Troyes est un parc scientifique, technologique et industriel spécialiste de l’innovation et des entreprises à forte valeur ajoutée et potentiel de croissance,

La Technopole de l’Aube à Troyes a pour mission stratégique principale l’ingénierie de l’innovation qui consiste à détecter, évaluer, sélectionner des projets innovants, puis accompagner les porteurs et entrepreneurs dans leur démarche de création et développement d’une nouvelle entreprise. Actuellement, plus de 66 entreprises technopolitaines sont installées à la technopole, représentant plus de 550 emplois dans la pépinière et hôtels de bureaux.

1/ Des experts pour vous épauler
La Technopole de l’Aube en Champagne mobilise tout au long de l’année des experts, de tous domaines et secteurs d’activité, pour aider les entrepreneurs à faire grandir leurs projets, à monter des dossiers de financement, à développer des programmes de R & D…
2/ Un accompagnement spécifique pour les étudiants
La Technopole de l’Aube en Champagne héberge un incubateur étudiant, le Young Entrepreneur Center, transversal à plusieurs établissements d’enseignement supérieur du territoire.
3/ Une situation géographique idéale
La Technopole de l’Aube est située au sein d’un territoire dynamique dans lequel les opportunités ne manquent pas… à moins d’une heure trente de train de la capitale. En somme, un excellent compromis entre Paris et la province !
4/ Un hébergement accessible
En phase de lancement, les porteurs de projets ont besoin de locaux abordables pour limiter leurs frais fixes. À la Technopole de l’Aube, ils peuvent bénéficier d’une offre foncière attractive (en pépinière, hôtels de bureaux…) avec de nombreux pôles de vie et des services mutualisés.
5/ Un club de Business Angels
Les entrepreneurs qui s’installent à la Technopole peuvent bénéficier de l’aide financière et de l’expertise d’un club de Business Angels. Quelque 4 millions d’euros ont déjà été investis en participation directe !
6/ De nombreux partenaires
De nombreux partenaires accompagnent la Technopole de l’Aube et les entreprises incubées, … C’est l’assurance de bénéficier des conseils et de l’aide de professionnels compétents, et, potentiellement, de nouer des partenariats à forte valeur ajoutée !
7/ Une relation privilégiée avec les écoles d’enseignement supérieures
La Technopole de l’Aube a développé une relation de proximité avec les écoles d’enseignement supérieur de la région. C’est, pour les entrepreneurs, la possibilité de bénéficier d’une main d’oeuvre qualifiée. Et, pourquoi pas, de trouver rapidement des associés !

Le batiment totem French Tech Sud-Champagne : le pôle technologique Sud-Champagne à Nogent est un parc scientifique, technologique et industriel spécialiste de l’innovation et des entreprises à forte valeur ajoutée et potentiel de croissance, situé dans le bastion international du bio-médical.
Il accueille, dans sa pépinière d’entreprises, de belles activités prometteuses.
Certes, toutes ne prétendront pas à l’incroyable valorisation d’une entreprise voisine, membre du clusteur Nogentech, LDR Médical, « créee en 2000 avec trois créateurs locaux et 8 000 € au départ, rachetée par l’Américain Zimmer Biomet pour un millions de dollars* », explique Christophe Juppin. Mais tous ces porteurs de projet ont pour point commun d’être convaincus du potentiel de développement d’une activité qui ne demande qu’à être accompagnée. Et les exemples ne manquent pas.
* Une "Licorne", dans le jargon économique.

Des locaux flambant neufs, à quelques pas d’une école d’ingénieurs (Antenne de l’UTT) et d’un Centre régional d’innovation et de transfert de technologie (Critt MDTS) à la pointe. Une situation dans un bassin essentiellement tourné vers une industrie d’excellence (le Med-Tech), intégré le 25 juillet 2016 dans le réseau thématique « Health Tech » de la French Tech. Bref, la pépinière d’entreprises de Nogent dispose d’un terreau idéal pour faire pousser de belles sociétés.

Huit modules articulés autours de deux bureaux et d’un atelier permettant l’accueil de start-up au Pôle technologique Sud-Champagne. Au rang des réussites, Christophe Juppin, animateur des lieux, cite 3A, « exemple type de la start-up ». Mais il y a aussi, Biocetis, entreprise experte dans les produits à base de phosphate de calcium. « c’est parce que le territoire de Nogent a été identifié comme très dynamique, favorable aux start-up spécialisées dans les dispositifs médicaux », souligne Christophe Juppin, chargé de développement innovation.
Indubitablement, le fait que le bassin de Nogent-Chaumont soit un des vingt-quatre territoires français intégrés dans le réseau "Health Tech" du label French Tech contribue davantage au rayonnement du secteur. Lequel est déjà bien renommé, puisque, rappelle Christophe Juppin, « une prothèse sur trois vendues dans le monde est fabriquée sur Chaumont et Nogent  ».

Cette reconnaissance nationale, le territoire le doit au dynamisme de "Nogentech", ce cluster - littéralement : regroupement d’entreprises - dont le département "Prosthesis valley" a compris que l’époque où chaque entreprise restait soigneusement confinée dans son coin était révolue, que l’union fait la force, surtout dans une région éloignée des grandes métropoles. Pour les start-up dont la plupart sont adhérentes du département

"Prosthesis valley"

.
Les loyers des bureaux sont minimes et un dispositif "hôtel d’entreprises" permet aux entrepreneurs de prolonger leur séjour dans le bâtiment jaune et bois. « Nos locaux peuvent servir à l’incubation. Les créateurs d’entreprise disposent d’un endroit pour travailler sur leur projet. Nous avons pour cela une convention de partenariat avec BGE*, qui les accompagne. En fonction de ce qu’ils veulent faire, les porteurs de projet sont orientés vers la CCI  », indique Stéphane Minon.
* Réseau d’accompagnement à la création d’entreprise.
A Chaumont, la pépinière d’entreprises affiche quasiment complet avec seize sociétés installées. « 50% se sont créées ici et 50% existaient déjà avant d’intégrer les locaux », détaille Stéphane Minon.

La pépinière d’entreprises à Saint-Dizier, « donner l’envie d’avoir envie »

Les hôtes de l’Espace créateurs d’entreprises viennent d’horizons géographiques très variés. Le résultat d’une volonté bragarde clairement affichée de favoriser l’épanouissement des start-up. Dans le milieu des pépinières d’entreprises, Saint-Dizier fait figure de référence, y compris hors des frontières de Champagne-Ardenne.
C’est ainsi que Shamyr a découvert la cité bragarde. Et qu’il a quitté la région parisienne pour installer, dans l’Espace créateurs d’entreprises, son activité Team 3A de systèmes de simulation de vol. Sans regrets. Plus de longue distance, comme à Paris, entre domicile et lieu de travail. Mais surtout, Il a trouvé ici des personnes dont la conception de l’entrepreneuriat l’a séduit. Pour héberger des porteurs de projets : 29 bureaux (loués chacun 100€ par mois, pour un bail maximum de deux fois deux ans), neuf ateliers, un espace "coworking".

Quatre bâtiments-totem de LORNTECH sur le sillon Lorrain

Les quatre villes – Épinal, Metz, Nancy et Thionville – proposent des lieux dédiés à l’écosystème numérique local favorisant la créativité et l’entreprenariat.

JPEG - 281.8 ko
Les quatre villes – Épinal, Metz, Nancy et Thionville – proposent des lieux dédiés à l’écosystème numérique local favorisant la créativité et l’entreprenariat.

L’offre de service et les caractéristiques des espaces LORNTECH sont communes au quatre bâtiments Totem :

- Accueil dans différents types d’espaces : lieux de convivialité, coworking, hébergement de start-up, innovation (fablab et laboratoires), salles de réunion, cafétéria.
- Accès aux dispositifs LORNTECH, notamment « LORNTECH stimulation et accélération ».
- Présence continue de coachs et d’animateurs.
- Animation (conférences, ateliers, barcamp, hackathon, formation en lien avec les partenaires).
- Expérimentation (showroom, prototypage…)
- Infrastructure technique de pointe (fibre optique, Wifi) et supports logistiques.

- Le Thi’Pi à Thionville. Jeudi 1er février 2018, le bâtiment totem de la Communauté d’Agglomération Portes de France- Thionville a ouvert ses portes, 15 route de Manom à Thionville. Thi’Pi a pour mission de devenir le lieu symbolique et physique de convergence des porteurs de projets numériques. Lieu d’accueil des startups du territoire, il assure une fonction d’hébergement aux jeunes entrepreneurs de l’écosystème numérique et un accompagnement dans le lancement de leur projet.

Sur une surface de près de 1.000 m2, il dispose d’un espace dédié au coworking (espace ouvert de travail et d’échange), de bureaux de tailles variées (de 15 à 33 m2), de salles de réunion, d’espaces de détente… et d’un vaste parking. L’aménagement d’une terrasse est en réflexion.

Quoi de plus logique que le nom de Thi’pi pour un bâtiment Totem ! « Thi » pour Thionville et « Pi » comme la lettre grecque π, symbole d’un nombre transcendant appelé parfois constante d’Archimède*. Le Tipi (de l’anglais : tepee, lui-même issu du dakota** : thípi, qui signifie « habitation ») est également une tente de forme conique, foyer traditionnel utilisé par certaines tribus nord-amérindiennes des Grandes Plaines. Notre Thi’Pi se veut également un lieu d’accueil convivial, familial, qui permet aux startups de bien grandir, afin de réussir leur transition numérique.

Dans le cadre de sa mission d’accompagnement des entreprises du numérique, Thi’Pi proposera des programmes de détection des talents en lien avec les écoles et le pôle universitaire, d’aide à la création d’entreprise numérique, d’incubation (assistance dans le choix du modèle économique, l’accès au marché, aux compétences et au financement), de stimulation et d’accélération (croissance, y compris vers l’international).

En tant que membre de LORNTECH, les équipes de Thi’Pi travaillent de façon concertée et coordonnée avec les autres agglomérations et leurs Totems respectifs : le Paddock de Nancy, le Blida de Metz et le pôle numérique d’Epinal.

- Bliiida à Metz est un accélérateur de projets et un fédérateur de talents. Un lieu où l’intelligence collective se nourrit d’activités aussi riches que variées, Bliiida représente l’effervescence nécessaire à l’innovation technologique ou sociale, de produits ou de services. Bliiida accompagne les projets de l’idée à la pérennisation de l’activité économique. Bliiida choisit des projets innovants à fort potentiel, en mesure d’anticiper les mutations de notre société (medtech, fintech, IoT, robotique, smart city, edtech, foodtech…)

Bliiida constitue un réseau dynamique pour les startups qui ont pour ambition un changement radical de paradigme. Bliiida est aujourd’hui un des quatre bâtiments Totem LORNTECH pour son attractivité entrepreneuriale, numérique et artistique. Bliiida est la vitrine de la transition : qu’elle soit digitale, écologique ou sociale.

Aujourd’hui 60 entreprises, 15 co-workers, des étudiants entrepreneurs. Demain un endroit où vivre, ouvert au public, Bliiida souhaite devenir l’un des laboratoires urbains les plus performants de France.

- Le Paddock, à Nancy, lieu totem de la French Tech en Lorraine.
Dans un paddock, c’est bien connu, on entraîne et présente les chevaux de course avant qu’ils s’élancent sur les pistes. Le Paddock, à Nancy, fait la même chose pour les «  jeunes pousses » de l’univers numérique dans un lieu tout indiqué, d’anciennes écuries. Cet accélérateur privé, accueilli avec enthousiasme par le Grand Nancy, entraîne des start-up avant qu’elles se lancent sur le marché.

Au Paddock, Six «  jeunes pousses » sont hébergées dans ce lieu de 550 m² , mis en service au printemps 2016. Parmi elles, Greenberry (greenberry.io) qui a mis en test des vélos partagés connectés.

Le Paddock n’est pas tombé du ciel, sans prévenir. Il est le prolongement d’une autre expérience entamée deux ans plus tôt, à Gondreville, à l’Est de Nancy. C’est là que se trouve la PAPinière. Une pépinière d’entreprises, « un stimulateur d’idées », où sont aujourd’hui hébergées huit jeunes sociétés qui travaillent sur des projets innovants dans le domaine du tourisme et de la mobilité.

Le CANE, Totem Lorntech d’Épinal est le Centre d’Affaires Numérique d’Épinal . C’est un centre numérique dédié à l’innovation et à l’accélération des startups sur le bassin vosgien.

Inauguré en 2011, le Centre d’Affaires Numérique d’Epinal était jusqu’en 2015 une pépinière d’entreprises Vosgienne. Labélisée LORnTECH fin 2015 le bâtiment s’est vu doté de moyens humains et matériels permettant de répondre avec enthousiasme à la charte LORnTECH qui vise à dynamiser l’écosystème, fédérer les acteurs locaux du numérique et stimuler l’émergence de projets innovants. Fort de cet enthousiasme, le Centre d’Affaires Numérique d’Epinal met à disposition des porteurs de projets, des entreprises et des start-ups 1200m² d’espaces de travail, de partage et de collaboration : 25 bureaux de 12m² à 25m², 1 espace coworking de 14 places, un espace détente, 3 salles de réunion/conférence de 25,75 et 150m², 1 Scancube (studio photo pro). Mais c’est avant tout la dimension humaine qui valorise ce lieu de création, d’échange, de dynamisation et de développement des projets et des entreprises du numérique. Ce, au travers d’une expertise dans nombre de domaines du numérique mais aussi dans le conseil et l’accompagnement à la création/développement d’entreprise grâce aux partenaires CCI.

Deux bâtiments-totem de la French Tech Alsace

Vocation :

- à assurer une présence de proximité à Strasbourg et à Mulhouse,
- à renforcer le lien au sein de l’écosystème global en travaillant en synergie et complémentarité.

Le Shadok à Strasbourg et KM0 à Mulhouse sont tous deux destinés à accueillir les acteurs de l’écosystème de la start-up et du numérique ainsi que l’ensemble des entreprises, notamment industrielles dans le cadre du processus de fertilisation croisée ainsi que le grand public.

Une dynamique commune pourra s’instaurer au travers de la diffusion en live des évènements se déroulant en un lieu dans l’autre bâtiment, de l’affichage mutualisé des programmes dans les deux bâtiments, de la construction commune d’actions.

La complémentarité des deux lieux enrichira l’écosystème global :

- le Shadok à Strasbourg propose une approche créative particulièrement orientée sur l’expérimentation et le développement des usages numériques en lien avec les entreprises, les artistes et les habitants,

Le Shadok, fabrique du numérique, a ouvert ses portes en mars 2015 à Strasbourg, se situe au coeur du quartier créatif qui rassemble de nombreux équipements culturels (médiathèque, Cité de la Musique et de la Danse, cinéma) et à proximité immédiate du Campus universitaire.

Il est constitué de différents types d’espaces à même de favoriser les croisements interdisciplinaires, l’expérimentation et la démonstration du savoir-faire local. Il accueille un espace de coworking, un fablab, des studios numériques, des espaces d’exposition, d’animations et de convivialité. Le Shadok a pour objectif de créer un effet levier sur les projets qu’il héberge, en termes de contenus et de financements.

- KM0 à Mulhouse propose une approche formation et collaborations professionnelles axée sur le développement de nouvelles activités et de nouvelles entreprises.
L’environnement immédiat des bâtiments- totem présente ou prévoit une concentration d’acteurs et de services favorables au développement de l’écosystème.

Les 2 bâtiments-totem sont la première étape d’une déclinaison immobilière en lien avec les marchés qui seront adressés par la fertilisation croisée. Ils auront vocation à assurer la mise en réseau d’immobilier dédié, par exemple à la santé pour le Campus Tech Med ou encore à l’industrie créative pour DMC à Mulhouse et le quartier créatif Malraux à Strasbourg.

KM0 est localisé dans le quartier de la Fonderie à Mulhouse en face d’un des deux sites de l’Université de Haute-Alsace.

Au sein du bâtiment, des espaces seront dédiés :

- à la formation : universitaire, privée, pour un public dit « décrocheurs »,
à l’hébergement d’entreprises du secteur numérique, de la start-up à la grande entreprise,
- aux structures d’accompagnement à l’innovation ou à la filière numérique,
à un Techlab pour, grâce au pré-prototypage et au prototypage, réduire le temps et le coût du passage de l’idée à l’objet.
La conception architecturale de l’aménagement du bâtiment permet à la fois d’assurer les conditions spécifiques nécessaires à chaque type d’activités tout en facilitant les rencontres et les échanges.


Publié par Anastasia Grabarz le 28 avril 2015 dans http://www.lafrenchtech-alsace.eu


Pour en savoir plus :

- Les bâtiments totem des Métropole French Tech
- French Tech : le réseau HealthTech lancé par Bercy fait le plein de participants le 25 juillet 2016 à Laval
- 11 novembre 2016, Le Paddock , bâtiment totem à Nancy, exemple à suivre
- Jean-Michel Halm : « Les porteurs de projet sont toujours enchantés de participer à Plug&Start »
- Les bâtiments-totem de la French Tech dans le Grand Est
- Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat au numérique en visite à l’Université Technologique de Troyes le 23 mars 2018
- Les MedTech s’exposent sur le salon des savoir-faire industriels du Grand Est les 15 et 16 juin 2018 à Nogent (52)