Le spécialiste stéphanois des implants orthopédiques change de pointure décembre 2016

, dans le réseau de David Biguet

Aston Medical, spécialiste des implants orthopédiques et de matériels médicaux, a repris l’entreprise Science et Médecine, pour atteindre, à terme, la taille nécessaire au développement du nouveau groupe baptisé Acropole.


« Nous travaillons sur la durée de vie des produits. Ils sont actuellement de quinze à vingt ans. L’objectif est d’arriver à trente ans, avec l’utilisation de nouveaux matériaux et de nouveaux traitements de surface  », explique Michel Colombier, PDG du groupe Acropole.

Photo Claude ESSERTEL

« Nous sommes obligés de passer par la croissance externe pour pérenniser notre activité et donc amortir les coûts qui sont de plus en plus lourds. » Comme dans un passé récent, Michel Colombier, président d’Aston Medical, société stéphanoise spécialisée dans la conception et la réalisation d’implants orthopédiques (prothèses de hanche, genou, épaule), a donc fait son marché. C’est à la barre du tribunal de commerce que sa société a repris l’actif (pour 2 millions d’euros) et la dette (2,5 millions d’euros) de Science et Médecine (SEM), entreprise de la région parisienne (deux sites, à Créteil et Béthune) placée en plan de continuation.

« Nous connaissions cette société qui évolue en complément de notre activité (dispositifs médicaux pour hanches et épaules) sur une zone géographique différente de la nôtre en France. Les deux entités vont être regroupées sous une même holding, le groupe Acropole, et les deux marques vont continuer de coexister  », précise Michel Colombier, président du nouveau groupe.

Le marché américain comme objectif

Dans l’attente d’autres opérations de croissance externe attendues pour début 2017, le groupe ainsi constitué peut s’orienter sur ses nouveaux défis. Ils sont de trois ordres. Le premier passe par la rationalisation. La fabrication de prothèses de hanche d’Aston Medical (50 % de l’activité) va être transférée sur Créteil. Saint-Étienne se concentrera sur les prothèses de genou et d’épaule. Le site de Béthune est abandonné. Le polissage qui était alors sous-traité est réintégré. Mais surtout, la mutualisation des moyens (force de vente, affaires réglementaires et qualité, suivi clinique, etc.) est programmée.

Le deuxième est le développement à l’international. « L’export représente seulement 7 % du chiffre d’affaires d’Aston Medical. Nous allons pouvoir désormais renforcer notre approche. Le marché américain est notre cible prioritaire car nous disposons d’un produit et d’un matériau qui sont homologués dans ce pays. Nous avons obtenu l’appui de la Banque publique d’investissement (BPI) pour le développement commercial », explique le président.

Enfin, troisième point, l’innovation, encore et toujours. «  La recherche et développement représente entre 6 et 8 % du chiffre d’affaires. Nous travaillons sur la durée de vie des produits. Ils sont actuellement de quinze à vingt ans. L’objectif est d’arriver à trente ans, avec l’utilisation de nouveaux matériaux et de nouveaux traitements de surface. Nous travaillons également sur l’instrumentation et implants pour la chirurgie ambulatoire. Après avoir commencé par l’épaule, nous sommes désormais penchés sur la hanche  », conclut le président du groupe.

Jacques Perbey

Un rapprochement qui permet de doubler la taille d’Aston Medical

L’opération de rapprochement entre Aston Medical et SEM a été rendue possible par l’intervention du pool d’actionnaires représenté par trois fonds d’investissement français, présents aux côtés d’Aston Medical depuis 2006 et 2009 : Aletur Investissement (ex-Turenne), Sofimac et Sigma. Des managers du groupe ont également participé. Le groupe Acropole permet de doubler la taille d’Aston Medical, totalisant un chiffre d’affaires de 21 millions d’euros (130 salariés) contre 11,5 millions d’euros. Acropole reste néanmoins un acteur secondaire sur le secteur de l’orthopédie. Quatre « majors », trois Américains et un Anglais, se partagent à eux seuls 80 % du marché mondial. «  Nous nous battons avec les autres sur les 20 %  », souligne à ce sujet Michel Colombier. Notons néanmoins que dans le cadre de son développement, le groupe table sur un chiffre d’affaires de 40 millions d’euros d’ici 5 ans.

Publié par Jacques Perbey le 24 décembre 2016 dans https://www.leprogres.fr


Pour en savoir plus :

- Guillaume Facchi, Monsieur #Healthtech
- Le spécialiste stéphanois des implants orthopédiques change de pointure en décembre 2016
- Aston Medical et Science et Médecine deviennent le groupe Acropole en décembre 2016