La start-up Bone 3D lève 1,4 million d’euros pour développer ses dispositifs médicaux imprimés en 3D le 16 décembre 2019 développement de dispositifs implantables imprimés en trois dimensions.

, dans le réseau de Christophe Juppin

La start-up française Bone 3D vient d’effectuer sa première levée de fonds d’1,4 million d’euros pour accélérer le développement de ses dispositifs médicaux. Cette jeune pousse s’est spécialisée dans l’impression 3D pour personnaliser sa gamme de matériel.

Lancé en 2018 par Jérémy Adam et Benoit Perrin, Bone 3D développe une imprimante 3D produisant des dispositifs médicaux, tels que des implants, prothèses, attelles ou encore plâtres sur mesure à destination des patients. La startup développe également un simulateur de chirurgie destiné à la formation médicale des nouveaux chirurgiens.

Sur ce marché, on retrouve la startup française Biomodex qui développe des maquettes de simulation chirurgicale imprimées en 3D à partir de l’imagerie médicale, cette fois-ci exclusivement pour entraîner les chirurgiens à traiter les organes complexes. La startup a levé 12 millions d’euros en mai 2018.

Après un peu plus d’un an d’activité, la jeune pousse française Bone 3D effectue une levée de fonds, d’un montant d’1,4 million d’euros auprès de Karot Capital. Cette opération, annoncée le 16 décembre 2019, devrait lui permettre d’augmenter ses capacités industrielles et commerciales ainsi que d’accélérer son développement français et international. "Notre objectif est d’être présents sur les cinq continents d’ici 2024", se projette Jérémy Adam, président de Bone 3D.

JPEG - 34.2 ko
Jérémy Adam (président de Bone 3D) et Jonas Kosior (responsable de production). Crédit : Bone 3D

Personnaliser le dispositif médical

La HealthTech s’est spécialisée sur le marché des dispositifs implantables imprimés en trois dimensions. Ils concernent les chirurgies plastiques et maxillo faciales. Bone 3D fabrique, par exemple, une gouttière de repositionnement pour les opérations des mâchoires. Cet outil est réalisé grâce à l’imagerie médicale du patient, d’empreintes dentaires et selon le plan du traitement du chirurgien. Le recours à l’impression 3D permet de personnaliser le plus possible le dispositif.

La jeune pousse Bone 3D s’adresse également aux instituts de formation. Elle conçoit des simulateurs chirurgicaux qui permettent de s’entraîner à toutes les étapes d’une opération complexe. Ces outils constituent des alternatives aux cadavres et aux animaux car ils reproduisent des parties de l’anatomie en utilisant différents matériaux pour rendre la simulation la plus réaliste possible. La gamme Podo-Train s’adresse aux podologues pour qu’ils puissent s’entraîner à soigner un ongle incarné.

Signature d’un contrat avec l’AP-HP

Bone 3D a tissé des partenariats avec des hôpitaux français. Le dernier date d’octobre 2019 où l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a signé une licence de développement avec la jeune pousse pour l’exploitation de prothèses nasales pour les enfants atteints de fente labio-palatine (bec-de-lièvre).

Alice Vitard

Bone3D 8, Passage du Moulinet 75013 Paris – 01 73 71 45 44
https://bone3d.com/

Publié par Alice Vitard le 17 décembre 2019 dans https://www.usine-digitale.fr


Pour en savoir plus :

- Le médical de plus en plus « additif » en 2017
- 3Digit, la fabrication additive dentaire
- Biocetis : la start-up des substituts osseux
- Biocetis (Nogent) se substitue à l’os
- Cerhum : quand les os s’impriment en céramique
- Souriez à votre carrière chez Biotech Dental
- Cerhum, la pépite wallonne qui fabrique de l’os
- La FabAdd Académie est lancée le 02 juillet 2019 à Troyes
- La start-up Bone 3D lève 1,4 million d’euros pour développer ses dispositifs médicaux imprimés en 3D le 16 décembre 2019