La French tech East dans les starting-blocks pour le label Capitale French tech La French tech East joue collectif pour passer à la vitesse supérieure.

, dans le réseau de Philippe HENAUX, Victoria Di CARLO, Guillaume Hert, Claire CRUGNOLA

Pierre Cuny et Pierre Rinaldi ont présenté officiellement vendredi 1er mars la candidature la candidature de French tech East au label national de Capitale French tech. Une initiative prise par LORnTECH et menée en collaboration avec l’Alsace.


Le dossier de candidature a été bouclé le 11 février 2020. Le verdict est attendu au courant du mois de mars 2020. Et c’est entre ces deux dates, le vendredi 1er mars, que la candidature French tech East au label Capitale French Tech a été officiellement présentée à Metz. Une candidature lorino-alsacienne comme nous le dévoilions le 21 février 2019. Une union nécessaire pour espérer décrocher le label de Capitale French tech, la nouvelle et plus importante labellisation que le gouvernement a imaginée pour continuer à booster les écosystèmes régionaux français d’innovation, et remplacer les métropoles French tech (dont LORnTECH était détenteur depuis 2015).

Seuls huit à douze labels de « Capitale French Tech » seront décernés sur tout le territoire, et la French tech East, seule candidate du Grand Est, espère bien en être, aux côtés des incontournables Lyon, Marseille, Nantes, Lille ou Bordeaux. Vendredi 1er mars 2020, deux « Pierre » étaient sur le devant de la scène pour présenter le dossier, au sein du 89C3 de Bliiida à Metz, ce lieu de transformation digitale du groupe BPCE (Banque populaire Caisse d’Epargne) : Pierre Rinaldi, co-fondateur de la startup messine SESAMm et président de l’association LORnTECH, et Pierre Cuny, maire de Thionville et président du Sillon lorrain.

JPEG - 267.8 ko
La French tech East dans les starting-blocks avec Pierre Cuny, président du Sillon lorrain et Pierre Rinaldi, co-fondateur de SESAMm lors de la présentation le 1er mars 2019 de la candidature de French tech East au label Capitale French Tech.

Le startupper, décidé à prendre au sérieux son rôle de leader tout en jouant collectif, a rappelé les enjeux pour les entrepreneurs, notamment en matière de soutien à l’entrepreunariat et d’attractivité : « Nous allons démontrer que nous sommes en capacité de passer à la vitesse supérieure. » L’élu, de son côté, a rappelé que la première labellisation French tech, décrochée en 2015 par LORnTECH, avait été portée par le Sillon lorrain : « Il n’y avait que le Sillon qui avait pu le faire. Une avancée formidable, qui contribue à changer l’image industrielle de la région, à y ajouter une image de Silicon Valley.  » Les deux porte-paroles du jour se sont évidement félicités de l’association avec la French tech Alsace. « Dès la première réunion sur ce dossier, il m’est apparu incontournable de travailler avec les Alsaciens », souligne Pierre Cuny. Un rapprochement rendu nécessaire notamment par une exigence de l’appel à candidature : « Avoir au moins cinq entreprises lauréates actuelles du Pass French tech dans son écosystème. »

Invincibles ensemble

En Lorraine, seules trois startups (SESAMm, Netlooks et Ewattch) ont obtenu ce label national qui récompense et aide les entreprises les plus prometteuses en hyper croissance (doublement du chiffre d’affaires tous les ans). L’Alsace en dispose également de trois (2CRSI, Axilum Robotics et My Food). La candidature commune en présente donc six. Et elle bénéficie aussi de la force de frappe de 350 startups existantes sur son territoire. Le dossier revendique par ailleurs cinq sites totem : les quatre Lorrains de Metz (Bliiida), Nancy (le Paddock), Thionville (le Thi’Pi), Epinal (Quai Alpha), auxquels s’ajoute Mulhouse (Km0). L’appel à candidature demande la mise en avant d’un « site totem emblématique ».

Ce sera (Bliiida), officiellement parce qu’il se trouve géographiquement idéalement bien placé. La gouvernance du projet est confiée à un “board” réunissant huit entrepreneurs, dont six issus des rangs des détenteurs des Pass French tech. La présidence revient à Pierre Rinaldi, et la vice-présidence à Emmanuel Ruffenach, DG de 2CRSI. « Si nous décrochons ce label, nous pourrons rêver grand, et au-delà de nos frontières », a commenté Guillaume Hert, coordinateur la French tech Alsace présent sur place. Un sens du collectif également salué par cette formule de Pierre Cuny : « Seuls nous sommes invisibles, ensemble nous sommes invincibles. »

Publié par Stéphane Getto le 12 mars 2019 sur https://www.lasemaine.fr/


La video youtube du 12 février 2019 de la candidature de French tech East au label Capitale French Tech le 03 avril 2019.


JPEG - 46.4 ko
A gauche : Pierre RINALDI, cofondateur et CEO de (SESAMm, il est également président de LORnTECH et président de French tech East labellisée Capitale French Tech le 03 avril 2019.

Pour en savoir plus :

- LORnTech : Axelle Lemaire et Christian Eckert le 9 octobre 2015 à TCRM-Bliida bâtiment Totem de Metz
- LORnTECH Philippe Hénaux : Conjuguer le présent au futur...
- LORnTECH : Le numérique lorrain cherche encore ses « Licornes » en juin 2016
- 11 novembre 2016, Le Paddock , bâtiment totem à Nancy, exemple à suivre
- Les bâtiments totem de la French Tech
- Depuis juin 2017, Victoria Di Carlo est responsable de la communication LORnTECH
- LORnTECH : Bienvenue au QUAI ALPHA le 26 juin 2018 !
- Lorntech se dote d’un nouveau bureau d’entrepreneurs, pour les entrepreneurs le 6 décembre 2018.
- Pierre Cuny élu président du Sillon lorrain le 11 décembre 2018
- La French tech East dans les starting-blocks pour le label Capitale French tech le 1er mars 2019
- Annonce des labellisations Capitales & Communautés FrenchTech le 03 avril 2019 à @FrenchTechCtral Paris
- LORnTECH devient capitale French Tech en s’associant avec l’écosystème alsacien le 03 avril 2019
- Lorraine et Alsace créent la capitale “French tech East”le 03 avril 2019
- Troyes intègre la « French Tech » et réunis son Board le 26 avril 2019
- La French Tech East obtient le label « capitale » le 03 avril 2019
- L’association Lorntech et le Sillon Lorrain ont accueilli la première promotion French Tech Tremplin le 11 décembre 2019
- Découvrez l’engagement de BLIIIDA, tiers-lieu d’innovation le 18 mai 2020
- Covid-19 : Pierre Rinaldi, cofondateur de la start-up messine SESAMm, préside également French Tech East et LornTech le 07 juin 2020.