L’économie du vieillissement innove dans les Hauts-de-France

, dans le réseau de Anne-Charlotte Pupin, Laurent Massoptier
 EURASANTE,  LILLE IS FRENCH TECH

Cette économie s’adresse aux champs à la fois sanitaire, social et économique de la vie des plus de soixante ans, ils sont 1,3 million dans les Hauts-de-France. Une économie promise à un bel avenir, avec ses start-ups et ses projets innovants. Exemples avec quatre exclusivités françaises lauréates du dernier appel à projets régional Silver Surfer

Piloté par le pôle de développement lillois Eurasanté avec le soutien de la Région, de la Métropole européenne de Lille et de la caisse d’assurance retraite CARSAT, cet appel à projets récompense des entrepreneurs en besoin d’amorçage pour développer leurs activités innovantes dans la silver économie (économie du vieillissement, déjà 8 000 salariés dans 400 entreprises à l’échelle des Hauts-de-France).

Cinq candidats étaient en lice, les quatre ci-dessous et e-wear solutions, un coach de relaxation associant vêtement connecté et application mobile, ont pu se partager 50 000 € pour développer une preuve de concept validant leur idée innovante, laquelle vient d’être présentée à Lille à un jury composé d’une quinzaine d’usagers directement concernés, encadrés par une dizaine d’experts. Avec le droit de gagner une place dans l’accélérateur de Seas 2 Grow pour pouvoir expérimenter au plan européen, celui de travailler avec le CHRU de Lille ou de trouver des financements auprès de la Banque publique d’investissement.

Unaide, la maison de retraite connectée à domicile

JPEG - 38.7 ko
Mathieu Michiels.

Mathieu Michiels a changé de vie, directeur régional autodidacte d’une entreprise faisant peu de cas de ses ressources humaines à l’aventure entrepreneuriale provoquée par la perte d’autonomie de plusieurs de ses proches au sein de la famille. Unaide est à ses yeux une première française, alliant la technologie à l’intervention classique à domicile. Clara est son outil, une tablette recueillant via des capteurs installés chez les patients toutes les informations sur leurs comportements. Pas de vidéo, pas de photo, pas de bouton sur lequel appuyer. Les anomalies sont détectées, Clara s’assure de l’état de santé, de la qualité du sommeil, de la nutrition, de l’hygiène, de la prise de médicaments et l’aide soignante qui passe ajuste son travail en fonction de l’analyse des comportements. Des échanges verbaux sont possibles avec Clara à qui il suffit de parler pour renseigner une plateforme d’écoute permanente ou un système d’alerte pour d’éventuels premiers secours. Basée à Calais, Unaide va grandir, passant de 10 salariés (dont 6 aides soignantes) à 80 salariés d’ici la fin de l’année. En projet, trois nouvelles agences sur le littoral, trois autres en métropole lilloise.

Heroic améliore les parcours de santé

JPEG - 43.1 ko
Philippe Mougin lancera en novembre sa plateforme Heroic avec le soutien d’Eurasanté.

Dans le maintien à domicile, aider les patients et leurs aidants à mieux comprendre les parcours de santé et leurs «  zones de rupture  ». Identifier les problèmes, coordonner les actions de ceux qui interviennent au service d’un patient, médecin, infirmière, famille etc. Travailler en proximité avec les associations de patients pour améliorer la vie quotidienne, simplifier toutes les démarches… Que d’urgences ! Philippe Mougin lancera en novembre sa plateforme Heroic avec le soutien d’Eurasanté. Des solutions pourront être financées à la mode des fondations. L’objectif est d’accompagner 500 000 patients ou aidants dans les trois prochaines années, à comparer aux 20 millions de patients et aux 11 millions d’aidants en France. Heroic emploie six personnes à ce jour. Les aides aux projets pourraient atteindre 15 M € par an, avec un plafond de 30 000 € par projet.

Connect’âge, l’orgue à odeurs pour stimuler la mémoire

JPEG - 92.6 ko
Le père et le fils. Didier, infirmier de formation, directeur régional d’un géant de la chimie ; Marc-Antoine, formé dans une école de commerce et de vente.

Le père et le fils. Didier, infirmier de formation, directeur régional d’un géant de la chimie ; Marc-Antoine, formé dans une école de commerce et de vente, devenu jeune expert des animations technologiques en maisons de retraite via B’Dom, une entité du groupe HTM (Boulanger…). Ensemble, ils viennent de créer leur entreprise, née à Villeneuve-d’Ascq le 1er février. Là aussi, c’est visiblement une première française, cette gamme de jeux numériques ludiques pour travailler sur les différentes fonctions cognitives en lien avec la mémoire, notamment celle des odeurs. «  C’est l’une des plus anciennes, et l’une des moins développée, stimulée  », explique Didier Cathelain. L’animateur en établissement de soin ouvre leur application pour accéder à un programme de reconnaissance d’odeurs. La tablette est connectée à une espèce de casque diffuseur de molécules naturelles qui sentent la forêt, l’orange, la cannelle ou l’herbe, le chocolat etc. La senteur diffusée à trois mètres doit être reconnue par les patients. On retrouve du plaisir, des connections à des souvenirs positifs, on échange sur ce que l’on ressent. Et la mémoire revient. Didier et Marc-Antoine travaillent avec une neuropsychiatre et des thérapeutes et c’est déjà un succès. Connect’âge devrait employer dix salariés d’ici la fin de l’année 2018.

Officina santé, soigner les insomnies sans médicaments

JPEG - 72 ko
Clément Bacle, jeune Valenciennois de 28 ans, pharmacien formé à Lille, créée son entreprise à Euratechnologies à Lille et lancera Officina en juin

Une application mobile pour mieux dormir, et pourquoi pas ? Clément Bacle, jeune Valenciennois de 28 ans, pharmacien formé à Lille, créée son entreprise à Euratechnologies à Lille et lancera Officina en juin, une « appli  » soignant les troubles du sommeil sans médicaments puisque «  les somnifères sont inefficaces à long terme », mais avec des conseils en fonction des nuits que l’on passe plus ou moins mal, souvent à cause du stress, des phobies, des anxiétés, des «  pensées néfastes ». L’application va recommander des exercices adaptés à chaque situation et les premiers tests sont déjà probants sur trente patients suivis pendant deux à six mois. « L’endormissement est plus rapide dans 7 cas sur 10, assure Clément. Nous avons moins de réveils nocturnes et donc moins de fatigue dans la journée  ». Les données confiées à la plateforme numérique sont sécurisées. Un médecin référent, un psychiatre de Toulouse et une neurologue lilloise responsable au centre des troubles du sommeil du CHRU encadrent ce nouvel outil encore sans concurrence en France d’après son concepteur. Une pré-étude clinique est en cours avec le CHRU de Lille pour faire le lien entre les troubles du sommeil et d’éventuelles pathologies.

Publié par Yannick Boucher le 04 avril 2018 dans www.lavoixdunord.fr


Pour en savoir plus :

- Raouti Chehih, le directeur d’Euratechnologies, : « Faisons, exécutons, avançons ! »
- Eurasanté, pôle d’excellence dédié à la filière biologie/santé/nutrition
- L’agence de développement Eurasanté
- L’économie du vieillissement innove dans les Hauts-de-France