L’AP-HP veut booster le traitement des pathologies liées au foie et au rein grâce au machine learning le 30 octobre 2019 l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) et la start-up française Owkin ont officialisé un partenariat pour "accélérer la recherche clinique grâce à l’intelligence artificielle".

, dans le réseau de Christophe Juppin

L’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) continue sa percée dans l’e-santé au travers d’un partenariat avec la start-up française Owkin, spécialisée dans le machine learning. Trois projets vont être lancés dans les prochaines semaines sur les pathologies liées au foie et au rein pour améliorer la prise en charge des patients et le développement de nouveaux médicaments.

Le 30 octobre 2019, l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) et la start-up française Owkin ont officialisé un partenariat pour "accélérer la recherche clinique grâce à l’intelligence artificielle". Owkin développe des solutions pour le monde médical à base de machine learning. Une série de projets de recherches va être lancée dans trois domaines : l’oncologie, la cardiologie et l’immunologie (l’étude du système immunitaire). L’objectif est d’améliorer la prise en charge des patients et le développement de nouveaux médicaments.

Des projets autour des maladies rénales

Trois projets sont déjà dans les starting blocks, avec l’ambition de "mieux comprendre l’hétérogénéité des maladies, prédire leur évolution ainsi que la réponse aux traitements". Ils concernent les pathologies liées au foie et au rein. Les deux premiers concernent les images de pathologie digitale et les caractéristiques cliniques des patients atteints de cancer du foie. Le but est de mieux personnaliser les traitements par chimiothérapie.

"La collaboration avec Owkin va tenter de répondre à cette question en analysant les données du scanner baseline ainsi que les données histopathologiques de la biopsie de la tumeur en utilisant des outils d’intelligence artificielle", précise la Professeure Valérie Vilgrain, chef de radiologie de l’hôpital Beaujon.

Le troisième projet concerne les atteintes sévères du rein. Son objectif est d’identifier les nouvelles données issues des images de la structure du rein atteinte par le lupus, une maladie chronique auto-immune qui s’attaque au système immunitaire.

Un premier partenariat sur "Healthchain"

Le lancement de ces projets intervient après la signature d’un accord entre le groupe hospitalier et la jeune pousse le 14 février 2019 pour une durée de trois ans. Owkin est déjà partenaire de certains hôpitaux parisiens, notamment pour "Healthchain". Financé par la banque d’investissement Bpifrance, ce projet vise à créer une plate-forme de recherche open source tout en protégeant les données de santé.

Avec ce nouveau partenariat, l’AP-HP continue sa percée dans l’e-santé. Mi-octobre 2019, deux hôpitaux du groupe hospitalier avaient expérimenté Gi Genius, une solution d’IA capable de déceler presque à coup sûr un polype, une excroissance à l’origine du cancer colorectal.

Alice Vitard

Publié par Alice Vitard, le 30 octobre 2019 dans https://www.usine-digitale.fr/


Pour en savoir plus :

- Enovap & le LIMSI : l’intelligence artificielle au service du sevrage tabagique le 13 juin 2017 !
- Cédric Villani : « Davantage de vies sauvées » grâce à l’intelligence artificielle
- L’intelligence artificielle contre le cancer
- L’Intelligence Artificielle : la solution à la productivité des entreprises pharmaceutique
- L’intelligence artificielle peut prédire la maladie d’Alzheimer six ans avant le diagnostic
- L’AP-HP veut booster le traitement des pathologies liées au foie et au rein grâce au machine learning le 30 octobre 2019