Interviw de Stéphanie Patin, fondatrice de Mayakare

, dans le réseau de Christophe Juppin
 Cluster NOGENTECH,  MEDICALPS,  LYON FRENCH TECH

Stéphanie Patin, fondatrice et CEO de Mayakare connaît bien les problématiques des Medtech. Elle a monté un outil d’évaluation et de valorisation Medtech avec BPI France. Stéphanie Patin a intégré le réseau d’expert de BPI France, elle intervient pour aider les sociétés du secteur Medtech à se valoriser pour trouver a financer leur développement.


Stéphanie Patin, quel a été votre parcours avant de créer MayaKare ?

Je suis titulaire d’un Master 2 Sciences de la santé de l’Université Claude Bernard. J’ai étudié à l’EM Lyon Business School, dans le cadre du double programme Executive Development, Early Makers Start-up et j’ai la maîtrise en gestion des affaires.
J’ai 7 ans d’expérience dans les actions commerciales et les négociations, au cours de la première moitié de sa vie professionnelle, en tant que gestionnaire de compte clé dans une grande banque française. Depuis 15 ans, je suis spécialisée dans les méthodes d’évaluation (études précliniques et cliniques, épidémiologie, médico-économie et études observationnelles) de modalités thérapeutiques innovantes pour la prévention, le traitement et le suivi des pathologies en impasse thérapeutique.

Pourquoi s’adresser spécifiquement aux Medtech ?

Je connais bien les problématiques des Medtech car je travaille dans ce secteur depuis 18 ans. C’est pourquoi j’ai monté un outil d’évaluation et de valorisation Medtech avec la BPI France qui ensuite m’a intégrée dans son réseau d’expert pour l’aider à scorer les modèles économiques et à décider le financement de projet innovant ou d’envergure.

Comment travaillez-vous avec les porteurs de projet et les start’ups ?

JPEG - 5.2 ko
Stéphanie Patin, fondatrice et CEO de Mayakare connaît bien les problématiques des Medtech.

Ce que nous avons constaté, c’est que les investisseurs ont besoin plus que tous d’être triplement rassurés pour les faire passer à l’acte dans le secteur Medtech, car c’est un secteur très technique donc très complexe à comprendre. Ils doivent être rassurés sur le plan market, financier et juridique. C’est pourquoi je monte une équipe dédiée pour chaque client que j’accompagne en sous traitance avec ces compétences. C’est aussi pourquoi je cherche à monter des partenariats forts avec ces enseignes qui ont les compétences financières et juridiques fortes au long court pour rassurer mes clients et monter le portail unique de valorisation du secteur des Medtech, pour tout type de deal ( avant une levée des fonds, pour la valorisation en pré-monnaie d’une start-up, validation de la création d’une Spin-off, validation d’une démarche d’industrialisation, réorganisation de l’entreprise, préparation à la cotation en bourse, LBO, LBI ou M&A, avant le lancement d’un produit sur un marché,en phase de développement ou de croissance.)

Avez-vous une place à coté des grands financeurs et fonds d’investissement privés ?

Nous sommes complémentaires ! Au niveau mondial, le secteur des Medtech est financé par un tout petit nombre des financeurs (banques) et fonds d’investissement privés (VC et family offices). Ces enseignes se réservent et concentrent l’offre de financement du marché du Medtech car ils ont une compétence rare, celle de comprendre ce secteur ; mais ces enseignes n’ont pas un outils standardisé ni validé pour faire leurs analyses. Cela brouille donc la confiance dans le métier d’analyse de risque du secteur. Ces enseignes se retrouvent à traiter des demandes que les investisseurs généralistes leur renvoient (dans peu de cas) car il leur manque la connaissance de secteur pour décider. Les investisseurs généralistes sont donc suiveurs et prennent moins de participations et sont donc moins rémunérés lors du ROI.
Ces offreurs de financement qui connaissent le secteur Medtech sont débordées par la demande et n’étudient que 30% de la demande de financement. Ce qui veut dire que 70% des demandes de financement ne sont pas étudiées et que 30% des financés sont mal valorisées. Au final, seul 1% des demandes de financement aboutissent. c’est un chiffre catastrophique pour le secteur Medtech.
Nous avons également constaté une mésestimation de la valeur des Medtech entre 15 et 35% en dessous de leur valeur réelle qui font rater des deals. Cette sous estimation du prix de ces entreprises fait perdre beaucoup de richesses et de revenus aux financeurs, aux inventeurs Medtech et à toute la chaine de valeur qui sert ce secteur (banques d’affaires, cabinets d’avocats d’affaire, sous traitants). Nous perdons donc des chances de créer des emplois à cause de ce contexte inadapté sur le plan méthodologique et structurel. Or, nous constatons une croissance de 5% / an du secteur des Medtech avec beaucoup de regroupements, de rachats, fusion et d’acquisitions.

Quels sont vos autres atouts ?

Avec notre arrivée sur le marché et grâce à notre outils méthodologique dédié Medtech, nous ouvrons le marché de l’analyse de la valeur et du financement du secteur Medtech à tous type d’investisseurs généraliste. Nous professionnalisons et standardisons l’analyse de performance des Medtech avec un outil puissant de valorisation et reproductible à toute technologie médicale de la start-up à la société coté en bourse (excepté le médicament). Par effet papillons, nous décloisonnons le secteur du financement Medtech.
Il y a donc de grosses parts du marché du financement des Medtech à s’approprier pour des investisseurs généralistes et donc beaucoup d’argent à générer et à capter pour les banques comme pour les fonds d’investissement généralistes grâce à notre outils d’évaluation d’opportunité et d’estimation de la valeur des sociétés de Medtech.

interview du 14 septembre 2018 à Metz.

PDF - 488.1 ko

Mayakare-Keranova : L’angle de vue idéal pour fortifier les Medtechs

Le constat de Mayakare

Le potentiel considérable du secteur des medtechs n’est pas exploité à sa juste valeur. Les évaluations sont aujourd’hui forgées à partir de modèles généralistes, trop artisanaux ou non validés, ce qui fragilise l’intérêt et la confiance des investisseurs.
«  99 % des deals en medtech échouent par manque d’outils d’analyse et de valorisation fiables et adaptés », confirme Stéphanie Patin, dirigeante de Mayakare « Le coeur de l’expertise de Mayakare permet justement d’inverser le mouvement et de recréer de l’engouement sur les projets avec des données solides ».

La solution de Mayakare

Mayakare, apporte la réponse au besoin de modèle d’analyse plus fiable, standardisé, reproductible, et répétable, spécialisé pour étudier la performance des entreprises fabricant une technologie médicale. L’agence commercialise le premier modèle de rating co-construit avec Bpifrance en consultation avec une centaine d’acteurs du secteur des medtechs (investisseurs, banquiers, fabricants).
C’est l’unique système d’évaluation basé sur cinq dimensions, 18 pôles d’évaluation et plus de 400 critères qualitatifs (extra-financiers) du marché spécialisé medtech. Ce modèle d’évaluation anticipe et révèle les facteurs de succès pour les investissements dans le medical device. Ce nouveau système d’évaluation, et notamment l’indice MK80, score d’excellence de projet sur l’échelle de notation développée par Mayakare, ne laisse plus place aux approximations, il professionnalise et apporte du crédit dans le métier de l’évaluation de la performance des medtechs

Le témoignage de Keranova

JPEG - 5.5 ko
Fabrice Romano, président de Keranova. « Mayakare propose une solution unique, c’est un réel facilitateur pour permettre aux fabricants d’identifier les facteurs de réussite au développement et d’assurer leur financement »

Après avoir passé Keranova au crible de son outil de rating, Mayakare a émis une note d’analyse qui a permis de mobiliser très concrètement et avec succès la communauté financière et d’accompagner le déploiement stratégique de la start-up stéphanoise.
«  Mayakare propose une solution unique, c’est un réel facilitateur pour permettre aux fabricants d’identifier les facteurs de réussite au développement et d’assurer leur financement », indique Fabrice Romano, président de Keranova. « C’est un tiers de confiance bienveillant entre les financeurs et les fabricants, que nous allons orienter vers d’autres start-up de l’écosystème qui me consultent pour avoir des conseils  ».

Mayakare : Un véritable atout pour l’écosystème des Medtechs

Mayakare est la première agence française de rating stratégique spécialisée en medtechs avec une implantation stratégique en Auvergne-Rhône-Alpes, l’une des régions les plus dynamiques pour l’industrie du medical device, avec notamment un cluster dédié Medicalps.

De la start-up à la PME jusqu’à la société cotée en bourse, Mayakare propose des audits de performance à tous les stades de développement des sociétés.
Et en particulier : création d’une spin-off, avant transmission de l’entreprise, pour la validation d’une démarche d’industrialisation, avant la réorganisation de l’entreprise, en préparation à la cotation en bourse, LBO, LBI ou M&A, avant le lancement d’un produit sur un marché, avant une levée des fonds, en phase de développement. Trois nouveaux partenariats commerciaux devraient être annoncés prochainement par Mayakare, dont l’objectif est de se développer dans tout l’espace économique francophone.

Stéphanie Patin, fondatrice et CEO de Mayakare

Dans la première moitié de sa vie professionnelle, Stéphanie Patin a acquis une expérience de sept années en actions et négociations commerciales, avec une dernière mission significative en tant que chargée de clientèle pour des comptes premium au sein d’une grande banque française.
Après une reconversion professionnelle, elle a porté plusieurs projets innovants pour faciliter leur financement et leur accès au marché, dont un dossier industriel d’envergure, pour un consortium, qui nécessitait de lever 280 M€. Elle a participé à plusieurs tours de table pour convaincre des investisseurs privés et publics et a constaté la difficulté des financeurs à comprendre et à percevoir le potentiel des projets, et des industriels à valoriser les leurs.
Pour combler le manque d’outils de valorisation des approches innovantes et des technologies médicales, après des réflexions menées avec des investisseurs et des concepteurs de biotechnologie (medtech, biocleantech) et institutions publiques, elle décide de créer Mayakare pour proposer au marché la première agence d’évaluation extra-financière des innovations médicales.

Son expérience et sa double vision à la fois côté financeur et côté fabricant lui permettent de faire le lien entre ces deux acteurs avec un regard indépendant et factuel sur l’état de santé d’une société ou d’un projet.
Stéphanie Patin est spécialisée depuis 18 ans dans les méthodes d’évaluation en santé. Elle est diplômée d’un master 2 en Sciences sanitaires obtenu à l’Université Lyon 1 et s’est également formée à la Business School, EM Lyon au sein du double programme Executive development, early makers start-up & Mastère entreprendre.

contact
stephanie.patin@mayakare.com
+33 (0)6 83 61 43 21
Mayakare, agence de notation innovante pour les medtechs et Keranova, une start-up stéphanoise porteuse d’une rupture technologique en chirurgie ophtalmique, se sont retrouvées autour d’une mission d’évaluation, de valorisation et de financement.

Publié par Biotechfinances le lundi 04 juin 2018 dans www.eei-biotechfinances.com/


Pour en savoir plus :

- Medtech, biotech, e-santé : un potentiel français à 40 milliards d’euros dans une étude du 15 novembre 2017
- Les trois « indispensables » pour séduire un business angel
- Bpifrance accélère les entreprises de la Healthtech le 04 décembre 2017
- Bpifrance lance le Hub Healthtech, un accélérateur pour la santé en décembre 2017
- Les biotech attendent plus de la France
- Un nouveau fonds de 400 millions d’euros en soutien aux start-ups de la French Tech le 21 juin 2018 à Metz
- Interviw de Stéphanie Patin, fondatrice de Mayakare
- Innovation santé : « La France ne doit pas rater le coche ! » Maryvonne Hiance, le 13 juillet 2018