Immunothérapie. Les Pays de la Loire en pole position

, dans le réseau de Florence Hallouin

La biothérapie remplace de plus en plus la chimiothérapie face au cancer. Une bataille où l’Ouest est très bien placé. Atlanpole biothérapie rassemble tous les acteurs depuis Nantes.


Les organismes vivants en avant

« Les organismes vivants sont capables de produire des protéines, des lipides, des glucides (sucre). On utilise cette capacité pour produire des médicaments. » En quelques mots, Florence Hallouin, directrice déléguée d’Atlanpole biothérapie, pose les enjeux de la biothérapie, en passe de supplanter, d’ici quelques années, la chimie dans les grands labos pharmaceutiques. Déjà, dans la lutte contre le cancer, les bio-médicaments se substituent dans 20 % des cas à la chimiothérapie. Et sans effets secondaires.

Dans cette bataille pour mettre au point des médicaments plus efficaces, le Grand Ouest a de gros atouts à faire valoir. Nantes est en particulier le berceau de l’immunothérapie. « C’est une thérapie qui cherche à modifier la réaction du système immunitaire face à la maladie », souligne Bernard Vanhove, un des créateurs de la société Ose Immunotherapeutics.

Un pole d’excellence à Nantes

À l’origine de l’excellence nantaise, il y a des chercheurs académiques. « Dans les années 90, quand je suis arrivé, nous étions une trentaine dans un seul labo au sous-sol du CHU. Aujourd’hui on compte 56 labos académiques et 48 entreprises de biothérapie en Pays de la Loire, 13 en Bretagne, 3 en Région Centre. Pour un total de 2 000 emplois environ. » Et les big pharma, les multinationales, investissent de plus en plus dans le Grand Ouest en passant des accords avec les sociétés existantes ou en achetant des licences.

JPEG - 45.3 ko
À Atlanpole Biothérapie (de gauche à droite), Bernard Vanhove, Florence Hallouin, Murielle Cazaubiel, Jean-François Balducchi.© Ouest-France

L’Ouest pullule d’entreprises championnes, de pépites. Citons Xenothera (immunologie et génie génétique), Affilogic (elle a développé une nouvelle classe de molécules et engagé une collaboration de recherche avec Sanofi et Takeda), Hemarina (elle a inventé des solutions à partir de vers marins). Sans oublier Ose Immunotherapeutics (qui cherche à stimuler ou inhiber le système immunitaire) ou encore Horama (thérapies pour les maladies de la rétine), Cytune, Valneva, etc.

Philippe GAMBERT. Ouest-France

Publié par Philippe GAMBERT le Mercredi 25 janvier 2017 dans https://www.ouest-france.fr/


Pour en savoir plus :

- Guillaume Facchi, Monsieur #Healthtech
- Nomination du Secrétaire National du réseau #HealthTech : Guillaume FACCHI le 23 ‎novembre ‎2016 à Paris-Bercy
- Immunothérapie. Les Pays de la Loire en pole position