France Biotech salue une feuille de route porteuse d’espoir pour les biotechs et les medtechs françaises

, dans le réseau de Didier Géneau, Maryvonne Hiance

France Biotech se félicite de la prise en compte par le gouvernement des besoins spécifiques des sociétés innovantes de la santé et accueille avec satisfaction la feuille de route gouvernementale dévoilée le 10 juillet 2018 par le Premier Ministre Edouard Philippe à l’occasion du 8 ème CSIS (Conseil Stratégique des Industries de Santé).

France Biotech, l’association des entrepreneurs de l’innovation santé, (www.france-biotech.fr), accueille avec satisfaction la feuille de route gouvernementale dévoilée le 10 juillet 2018 par le Premier Ministre Edouard Philippe à l’occasion du 8 ème CSIS (Conseil Stratégique des Industries de Santé).

Les mesures annoncées par le Premier Ministre placent en effet l’innovation au cœur de la politique santé de la France et constituent un signal fort en faveur des start-up et des PME de la Healthtech.

la prise en compte par le gouvernement des besoins spécifiques des sociétés innovantes de la santé
Les simplifications administratives annoncées (transfert technologique, essais cliniques, ATU,…) constituent des avancées considérables pour faire de la France un leader mondial de la santé.
Les mesures pour développer les partenariats public-privé vont décupler le potentiel français en innovation santé.

Maryvonne Hiance, présidente de France Biotech a déclaré : « Ce 8ème CSIS intègre une vision stratégique à long terme pour toute la filière santé et constitue une véritable avancée pour la Healthtech française. Il était essentiel que le gouvernement délivre cette forte ambition en direction de tous les acteurs des technologies innovantes de la santé (biotechs, medtechs, e-santé,…). De façon plus concrète, certaines mesures annoncées vont enfin permettre de lever certains freins qui entravent aujourd’hui le développement de nos entreprises innovantes ».

France Biotech se félicite particulièrement de la réduction annoncée des délais d’autorisation des essais cliniques. Depuis des mois, France Biotech dénonçait des procédures inadaptées qui provoquaient un phénomène croissant de délocalisation des essais cliniques, au détriment des patients, de la recherche française et des entreprises innovantes.

D’autres mesures clés sont très positives : la procédure des ATU (autorisation temporaire d’utilisation) pour accélérer l’accès précoce des patients aux innovations santé et la réduction des délais d’accès au marché de ces dernières.

Parmi les autres motifs de satisfaction de France Biotech, la volonté des pouvoirs publics de faciliter les échanges entre la recherche publique et les entreprises. « Il existe encore aujourd’hui en France un fort clivage culturel public-privé, très préjudiciable à l’innovation santé. Permettre aux chercheurs de créer plus facilement leurs propres entreprises ou de travailler de façon plus étroite avec les start-up, dans le cadre, par exemple, de laboratoires communs est un grand pas en avant » souligne Maryvonne Hiance.

France Biotech a donc noté avec satisfaction la volonté exprimée lors de ce CSIS par Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, de simplifier le transfert de technologies entre public et privé avec la mise en place de contrats types et des délais de négociation réduits à 3 mois.

Face à ces enjeux stratégiques pour l’innovation en santé française, France Biotech sera attentif à ce que ces fortes ambitions politiques se traduisent rapidement par des actions concrétes sur le terrain.

Le financement des entreprises innovantes des sciences de la vie reste également une préoccupation de France Biotech. Même si l’annonce par le Premier Ministre de nouveaux financements publics (lancement du fonds de capital risque Innobio II et du fonds FABS) est une bonne nouvelle, l’association préconise la mise en place de dispositifs permettant aux fonds privés et aux Français d’investir plus facilement dans l’industrie d’avenir que constitue la santé.

Publié le 12 juillet 2018 par Caroline Carmagnol / Najette Chaib / Elise Guyot dans www.france-biotech.fr


Pour en savoir plus :

- Medtech, biotech, e-santé : un potentiel français à 40 milliards d’euros dans une étude du 15 novembre 2017
- Bpifrance accélère les entreprises de la Healthtech le 04 décembre 2017
- Bpifrance lance le Hub Healthtech, un accélérateur pour la santé en décembre 2017
- Les biotech attendent plus de la France
- Un nouveau fonds de 400 millions d’euros en soutien aux start-ups de la French Tech le 21 juin 2018 à Metz
- La venue d’Edouard Philippe à Metz le 21 juin 2018 donne un coup de projecteur sur l’IRT M2P et un coup de pouce aux Start-Ups
- Quels seront les enjeux du 8ème Conseil Stratégique des Industries de Santé du 10 juillet 2018 ?
- Le Premier ministre présente la stratégie des Industries de Santé devant le Conseil Stratégique des Industries de Santé le mardi 10 juillet 2018
- France Biotech salue une feuille de route porteuse d’espoir pour les biotechs et les medtechs françaises
- Innovation santé : « La France ne doit pas rater le coche ! » Maryvonne Hiance, le 13 juillet 2018