Fondée en France, la start-up Dataiku devient à son tour une licorne grâce à Google Spécialisée dans la science de la donnée, Dataiku veut démocratiser les usages de la data science

, dans le réseau de Christelle Ayache

Le fonds d’investissement de Google, CapitalG, entre au capital du spécialiste de la science des données. L’opération valorise Dataiku plus d’un milliard de dollars, propulsant la start-up parmi les rares "licornes" d’origine tricolore.

Après Meero, Doctolib, Deezer et Blablacar, Dataiku intègre le petit cercle de pépites technologiques d’origine française -même si en l’occurrence, la firme bat pavillon américain depuis quelques années- dont la valorisation dépasse le milliard de dollars.

Fondée en 2013 par Florian Douetteau (passé par Exalead après Normale sup), Dataiku, dont le siège est installé depuis 2016 à New York, compte désormais Alphabet, la maison mère de Google, parmi ses principaux actionnaires, a annoncé le dirigeant dans une note de blog.

Pas d’intelligence artificielle sans données. Florian Douetteau l’a bien compris. Sa start-up Dataiku commercialise auprès des entreprises une plate-forme de stockage et de traitement des données. « L’idée est de permettre aux sociétés de se lancer dans l’intelligence artificielle pour faire face à des géants comme Google et Facebook, qui ont mis en place des stratégies big data depuis quinze ans  », explique-t-il. Pour lui, la démocratisation de l’IA est plus intéressante et importante que son accélération technologique.

Via son fonds CapitalG (anciennement connu sous le nom de Google Capital), le groupe a racheté une partie des parts que détenait le fonds Serena Capital. Le solde a été repris par Dawn, déjà au capital, qui a donc profité de la sortie de Serena pour se renforcer.

JPEG - 9.7 ko
Fondée en 2013 en France par Florian Douetteau, Dataiku a installé son siège à New York depuis 2016.

Stratégie bien orchestrée

CapitalG, qui a notamment investi dans Lyft et Airbnb, se spécialisée dans l’acquisition de parts de start-up à un stade de développement avancé, susceptibles de bénéficier des ressources et du savoir-faire de Google pour se développer d’autant plus.

"Dataiku a fait ses preuves pour résoudre de véritables problématiques métier au sein des entreprises, avec une capacité unique à extraire des informations exploitables par les data scientists et les dirigeants. Nous sommes ravis de les accompagner désormais, alors qu’ils continuer de déployer leur approche d’intelligence artificielle à forte différenciation qui permet de démocratiser l’accès aux données et d’éliminer les barrières entre les data scientists et les analystes métier", a détaillé Derek Zanutto, partner chez CapitalG

Si le montant exact de la transaction n’a pas été divulgué, Florian Douetteau indique qu’elle permet à la valorisation de Dataiku de dépasser pour la première fois le milliard de dollars. Selon nos informations, cette valorisation approcherait même 1,4 milliard de dollars, soit le double de l’an dernier lorsque le fonds Iconiq Capital (dont sont actionnaires Mark Zuckerberg, Sheryl Sandberg et d’autres investisseurs de premier plan) était entré au capital.

Démocratiser l’accès à l’IA et à la data science

Spécialisée dans la science de la donnée, Dataiku s’est fixé pour ligne de conduite de démocratiser les usages de la data science ainsi que l’accès à l’intelligence artificielle. Comment ? En donnant à tous les employés - quelles que soient leurs fonctions - la possibilité d’accéder à de telles technologies. Pour y parvenir, Dataiku a développé une plateforme en ligne mise à la disposition de l’ensemble des salariés, mais également une série d’outils permettant de répondre à des problématiques d’optimisation marketing, de détection de fraude, ou bien encore de maintenance prédictive. L’objectif étant que chaque collaborateur puisse, s’il le souhaite, transformer son métier.

À ce jour, Dataiku revendique plus de 300 clients à travers le monde, et compte 400 employés.

Publié le 04 décembre 2019 dans https://bfmbusiness.bfmtv.com/


« À six ans, j’avais envie de voir un robot parler », raconte Florian Douetteau. Déjà, iI imagine que ce rêve se réalisera dans les cinq ans. « Avoir une conversation avec un robot, c’est ce qui nous frappera le plus, mais l’impact le plus important de l’intelligence artificielle sera dans le monde du travail. Les algorithmes seront capables de réaliser une grande partie des tâches. Je suis peut-être candide, mais je pense que l’ensemble de la société profitera de cela pour rêver, réfléchir…  »


GIF - 21.9 ko
François Cazals @FCazals· 16 déc.2019 La France compte une nouvelle "licorne", c’est-à-dire une startup valorisée à plus d’1 milliard $ : #Dataiku. #alphabet vient en effet d’acquérir une partie du capital de cette entreprise spécialisée dans les solutions d’IA pour les entreprises 🦄
https://mobile.francetvinfo.fr/replay-radio/nouveau-monde/nouveau-monde-il-faut-former-les-professionnels-a-lia-en-entreprise_3724503.amp?__twitter_impression=true

Pour en savoir plus :

- OVH Healthcare : comment OVH accélére le développement de la e-santé depuis 2016
- OVH ouvre cinq nouveaux datacenters, dont un au Canada et un aux Etats-Unis en 2017.
- Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat au numérique en visite à l’Université Technologique de Troyes le 23 mars 2018
- Doctolib : le patron dévoile les plans de la nouvelle licorne française mardi 19 mars 2019
- La French Tech démarre en trombe ses levées de fonds 2019
- Meero, Doctolib, Blablacar… quel est le véritable nombre des licornes françaises ?
- Macron débloque 5 milliards d’euros pour doper le financement des startup le 17 septembre 2019 à Paris.
- Next40 : qui sont les futurs champions de la French Tech dévoilés le 17 septembre 2019 à Paris ?
- Fondée en France, la start-up Dataiku devient à son tour une licorne grâce à Google
- L’imagerie médicale à l’heure de l’intelligence artificielle
- Trois nouvelles licornes nées en 2019, mais 2020 s’annonce une année critique pour la French Tech