Covid-19 : Dépistage du coronavirus : le coup de gueule d’un généticien le 25 mars 2020. le gouvernement français a choisi de ne pas tester en grand nombre

, dans le réseau de Laurent Massoptier, Pauline Wartel, Perrine Lespagnol, Caroline Auberger

Philippe Froguel, généticien d’un laboratoire de recherche public du CHRU de Lille, est en colère. Il a proposé de produire des tests de dépistage du coronavirus mais n’en a pas eu l’autorisation. Il dénonce la rigidité des autorités en pleine pénurie de tests.


Philippe Froguel est diabétologue et généticien à la tête d’un gros laboratoire de recherche du CHRU de Lille. Le 10 mars 2020, alors que les cas de coronavirus ne cessent d’augmenter et que la France manque de tests de dépistages, il propose par courrier à sa direction générale d’en produire. Il est diabétologue et pratique ces tests PCR depuis une trentaine d’années : "Beaucoup de labos de recherche font ça avec des ingrédients, des amorces et des enzymes. Ça ne nous pose aucun problème ici à Lille."

Son enthousiasme est vite douché : "On m’a répondu qu’il fallait respecter les procédures, et que je n’avais pas le droit de le faire." La procédure veut en effet que seul un biologiste médical soit habilité à lire les résultats de ces tests. Le généticien affirme lui que son laboratoire sait les lire. Il estime que les autorités pourraient assouplir ces règles compte-tenu de l’urgence de la situation.

Un avis partagé par Christine Rouzioux, une biologiste de l’hôpital Necker à la retraite, à condition de s’organiser : "Il faut se donner les moyens de faire plus de tests. Il faut que le gouvernement entende que d’autres laboratoires pourraient travailler au sein de communauté de biologie médicale, avec des procédures communes et en s’organisant. C’est possible."

"On a perdu peut-être quinze jours"

De son côté, le généticien ne décolère pas, même s’il a bon espoir que sa demande aboutisse. "On a perdu peut-être quinze jours. On aurait pu commander des réactifs et ça nous aurait permis de faire environ 600 tests par jour, quand la France en fait entre 2000 et 4000 par jour."

Le problème, c’est qu’aujourd’hui, le CHRU de Lille et celui de Mulhouse sont, selon Philippe Froguel, en rupture de stocks d’enzymes, et ne peuvent donc plus fabriquer ces tests. "Si on nous avait autorisés, nous les gens de la recherche, j’aurais mon congélateur plein d’enzymes, on aurait fait le protocole et on travaillerait à fond pour le CHU aujourd’hui", regrette-t-il.

Selon Philippe Froguel, le cas de son laboratoire n’est pas isolé : "C’est comme ça dans toute la France." Contactée, la direction générale du CHRU de Lille n’a pas répondu à nos sollicitations. De son côté, le CNRS a demandé à ses laboratoires de recherche de lui faire remonter un état précis des personnels disponibles et des stocks de produits nécessaires à la fabrication des tests de dépistage.

À noter que, pour l’instant, le gouvernement français a choisi de ne pas tester en grand nombre comme c’est parfois le cas comme en Corée ou dans une moindre mesure en Allemagne.

Publié par Laetitia Cherel le 25 mars 2020, sur https://www.franceinter.fr/

https://www.francetvinfo.fr


JPEG - 75.1 ko
À l’hopital de Pau dans les Pyrénées-Atlantiques, un infirmier réalise un depistage du coronavirus Covid-19 en tenue de protection, le 10 mars 2020 (photo d’illustration). (QUENTIN TOP / MAXPPP)

JPEG - 91.7 ko
Sciences et Avenir @Sciences_Avenir · 22 mars 2020
Coronavirus : le point de 18h sur le Covid-19, dimanche 22 mars
https://www.sciencesetavenir.fr/sante/coronavirus-le-point-de-18h-sur-le-covid-19-dimanche-22-mars_142680?utm_term=Autofeed&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1584897426
L’équipe médicale s’affaire auprès d’un malade transféré depuis l’hôpital Emile Muller à Mulhouse vers un hélicoptère, le 22 mars 2020. (photo : AFP - SEBASTIEN BOZON)

L’Etat refuse l’aide du laboratoire vétérinaire d’Indre-et-Loire capable de réaliser 1.000 tests par jour

JPEG - 42.1 ko
Illustration Laboratoire © Radio France - Véronique Julia

Le département d’Indre-et-Loire et 3 départements limitrophes viennent d’écrire au ministre de la santé. Ils sont prêts à mobiliser leur laboratoire vétérinaire pour effectuer 1.000 tests Covid-19 par jour. L’Etat refuse.

Le président du Conseil départemental d’Indre-et-Loire, Jean-Gérard Paumier, vient d’écrire au ministre de la santé, Olivier Véran, afin de lui proposer les services du laboratoire vétérinaire Inovalys, capable de réaliser 1.000 tests Covid-19 par jour. Ce laboratoire est détenu par les départements de la Sarthe, de l’Indre-et-Loire, de la Loire-Atlantique et du Maine-et-Loire, tous co-signataires de la lettre. Ces tests permettraient selon les quatre présidents "d’aider à développer les tests auprès des des personnels qui sont en première ligne dans la lutte contre l’épidémie".

Mais pour l’instant, le ministère refuse pour "un argument juridique" explique les présidents des 4 départements. Le cadre réglementaire est différent "entre médecine humaine et médecine animale, un argument qui n’apparait pas recevable aux départements en période de guerre".

Publié par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine le 26 mars 2020 sur https://www.francebleu.fr


Pour en savoir plus :

- 5 choses à savoir sur le covid-19 avec l’expert des virus à Reims le 10 mars 2020
- Face au COVID-19 BioValley France est en recherche active de cahiers des charges pour la confection de masques (chirurgicaux , FFP1 et FFP2) le 16 mars 2020
- Covid-19 : A Grenoble, chercheurs et industriels s’unissent pour monter une filière de production éphémère depuis le 16 mars 2020
- Covid-19 : Mobilisation du Pôle textile d’Alsace pour produire des masques protecteurs le 17 mars 2020
- Covid-19 : Les Tissages de Charlieu lancent un masque de confinement lavable le 19 mars 2020
- Covid-19 : Dépassés par la pandémie de Covid-19, les hôpitaux alsaciens au bord de la rupture le 19 mars 2020
- Covid-19 : La filière textile vosgienne au secours de la pénurie de masques le 20 mars 2020
- Covid-19 : Petit Bateau s’est associé à d’autres industriels textiles de l’Aube pour la réalisation de masques de protection le 21 mars 2020
- Covid-19 : Opération "Masques" dans le Grand Est le 21 mars 2020.
- Covid-19 : Solidarité de l’Union européenne, de l’Allemagne et de la France, pour soulager les hôpitaux du Grand-Est surchargés de patients COVID19 le 22 mars 2020
- Covid-19 : Textile, chimie, impression 3D… Comment l’économie alsacienne s’adapte à la crise sanitaire le 23 mars 2020
- Covid-19 : « Au CHU de Nancy, la digue tient » le 23 mars 2020
- Covid-19 : Dépistage du coronavirus : le coup de gueule d’un généticien le 25 mars 2020.
- Covid-19 : Bosch a développé un test de dépistage rapide et automatisé le 26 mars 2020
- Covid-19 : Le scanner nouvel étalon pour le dépistage précoce du Coronavirus le 27 février 2020