Delphine Descorne Jeanny est vice-présidente du cluster Nogentech depuis le 14 mai 2014.


 Cluster NOGENTECH,  ETABLISSEMENTS MAURICE MARLE

Entretien avec Delphine Descorne Jeanny élue vice-présidente du cluster Nogentech depuis le 14 mai 2014.

Je suis directrice des opérations chez Marle. Je suis fière de ce que j’ai réussi à faire ! On peut réussir dans l’industrie même si on est une femme et je veux motiver ces dernières en ce sens. "N’ayez pas d’a priori", c’est le message que souhaite diffuser Delphine Descorne-Jeanny, elle qui a brillamment réussi.

Delphine Descorne-Jeanny, quel a été votre parcours jusqu’ici ?

Je suis Haut-Marnaise de souche, et je suis restée dans mon département, car on peut faire un belle carrière en Haute-Marne ! J’ai toujours été scientifique, je ne me voyais pas faire autre chose.

J’ai fait des études à Dijon, en classe préparatoire, puis à Grenoble en école d’ingénieur. Une promotion qui comptait seulement dix filles pour 104 élèves. Là-bas, en suivant un double cursus, j’ai obtenu un diplôme d’ingénieur en électrochimie et électrométallurgie et un DEA en science en génie des matériaux. Ensuite, j’ai toujours travaillé en Haute-Marne dans les milieux dits "masculins", en commençant par Forgeavia à Biesles en avril 1998.

Je voulais fabriquer, créer quelque chose. Diplômée en septembre 1995, j’ai décroché mon premier poste dans l’industrie. Le directeur de Forgeavia, lors de mon embauche, m’a clairement dit qu’il se moquait que je sois une femme. Il m’a donc embauché. Après avoir été responsable qualité chez Forgeavia, j’ai été chargée de mission en accompagnement technologique chez Haute-Marne développement, puis responsable contrôle et assurance qualité fournisseurs chez Depuy, responsable relations clients et fournisseurs et responsable validation et assurance qualité fournisseurs chez Greatbatch à Chaumont. Cette société fabrique des implants orthopédiques, prothèses de hanches, épaules, rachis et ancillaires de pose.

Enfin, j’ai rejoint l’entreprise Marle en 2010 où je peux allier mes compétences acquises à la fois dans la forge et dans le médical. D’abord en tant que directrice technique, puis comme directrice des opérations. Marle, fleuron local, emploie plus de 550 salariés en Europe, dont 200 à Nogent. Ce leader européen fabrique des implants orthopédiques forgés, prothèses de hanches, d’épaules, de genoux, de coude, de rachis, cupules, et plaques tibiales, en alliage de titane surtout.

J’élabore la stratégie industrielle et opérationnelle et je m’occupe du management global de la branche industrielle de l’entreprise. Tout sauf les finances, le commercial et la qualité.

JPEG - 49.4 ko
crédits :  © Usine nouvelle - 2014
Delphine DESCORNE-JEANNY, directrice des opérations de MARLE et maître d’apprentissage de Lucille DUPORT, étudiante ingénieure MM promotion 2014 de l’UTT.

Delphine, pourquoi rejoindre le staff du cluster Nogentech ? Quels sont vos objectifs ?

J’ai accepté d’être vice-présidente du cluster Nogentech en mai 2014, car ce groupement a toujours été à côté des entreprises, pour leur développement. Ce que j’apprécie aussi particulièrement, c’est l’esprit de solidarité entre les entrepreneurs.
Mes objectifs, grâce à mon réseau, c’est de donner une image cohérente du tissu industriel local et d’aider les petites entreprises. C’est vrai que je suis un peu chauvine et j’aimerais que chacun soit fier de notre tissu d’entreprises locales. Je souhaite valoriser l’entrepreneuriat et l’innovation en Haute-Marne.

Le cluster Nogentech a été partenaire de la CCI Haute-Marne pour l’organisation du salon des savoir faire industriels de Haute-Marne en juin 2015 à Nogent et juin 2016 à Chaumont. Ce salon est prévu les 15 et 16 juin 2018 à Nogent.
Le cluster Nogentech et les industriels associés, ce sont eux qui ont permis la création d’une formation d’ingénieurs par alternance.

Parlez nous de cette formation d’élèves ingénieur en apprentissage. C’est surprenant de trouver une université en zone rurale.

Non, il faut mettre les choses en perspective et voir la concentration d’entreprises. Nous avons 2000 personnes qui travaillent sur le territoire de Chaumont-Nogent. Pour accompagner nos évolutions technologiques, les entreprises ont besoin de sang neuf, et d’attirer des compétences. Les chefs d’entreprise plébiscitent l’alternance, ces jeunes leur apportent des ressources pour travailler en amont, sur leurs développements.

Nous avons un besoin croissant en ingénieurs, dont huit travaillent ici chez Marle. Nous sommes sur un territoire rural, il était difficile de recruter. Accueillir des jeunes venus d’ailleurs pendant trois ans leur permet de s’acclimater, de s’apercevoir qu’il y a une vie ici !

Nos entreprises sont d’autant plus intéressées que l’UTT propose à ses élèves une formation spécialisée en matériaux et mécanique. J’encourage d’ailleurs les filles à suivre cette voie de l’industrie et j’aimerais donner une autre image de cet environnement.

On peut réussir dans l’industrie même si on est une femme et je veux motiver ces dernières en ce sens.

JPEG - 95.7 ko
crédits :  © Traces Ecrites 2016.
Delphine Descorne-Jeanny assure avoir en continu deux alternants étudiants ingénieurs de l’Université de technologie de Troyes et Nogent (l’un d’eux à gauche, le 17 juin 2016 à Chaumont).

Quelle est l’ambition du cluster Nogentech en intégrant la French Tech ?

En intégrant le réseau thématique HealthTech, la French Tech apporte au département Prosthesis Valley du cluster Nogentech une forme de reconnaissance. Au moment de la création de la région Grand Est, ce réseau apporte beaucoup de visibilité sur un territoire Grand Est en pleine mutation.

Mais nos entreprises spécialisées dans les dispositifs médicaux sont pragmatiques. Elles ne comprendraient pas que le cluster se satisfasse d’un renforcement de notre communication.

Nous souhaitons attirer des porteurs de projets et susciter des créations d’entreprises dans notre bâtiment totem de l’innovation en Haute-Marne : le pôle Technologique Sud Champagne à Nogent. En effet, notre écosystème innovant est en capacité d’accompagner la croissance et le rayonnement de jeunes entreprises. Le réseau thématique HealthTech donne un accès privilégié aux dispositifs nationaux de BPIfrance et Business France.

Mais pour renforcer la synergie régionale Grand Est, nous avons aussi noué un partenariat très étroit avec Alsace BioValley, dont Guillaume Facchi est le Directeur des Opérations. Guillaume est aussi le Secrétaire National du réseau #HealthTech, donc tout est parfaitement cohérent.

Le travail en réseau est d’une grande efficacité car il s’appuie sur des individus et pas seulement sur des structures. Le cluster Nogentech participe activement à la mise en place de l’annuaire du réseau thématique HealthTech.

https://www.reseau-healthtech.fr


Pour en savoir plus :

- Le cluster Nogentech
- Delphine Descorne Jeanny est vice-présidente du cluster Nogentech depuis le 14 mai 2014
- Christophe Juppin valorise et développe l’écosystème innovant de Haute-Marne
- la filière du Médical en Haute-Marne
- Marle a racheté fin juillet 2017 la société suisse SMB Médical.
- Une école d’ingénieurs à la campagne : Article dans l’Usine Nouvelle du 26 novembre 2014.