Deeptech : Bpifrance lance un concours pour pousser les doctorants à créer leur startup le 30 janvier 2019 Le numérique et la plateformisation de l’économie ont structuré l’écosystème d’innovation ces dix dernières années.

, dans le réseau de Pascale RIBON

Le mercredi 30 janvier 2019, Bpifrance a lancé son Plan Deeptech et i-PhD, un concours destiné aux doctorants et post-doctorants. A la clé : un accompagnement d’un an pour les former à l’entrepreneuriat et à ses subtilités, notamment le financement. Bpifrance espère multiplier les passerelles entre le monde académique et le business. L’objectif est de mettre en place un écosystème deeptech similaire à celui de la French Tech. Cela passe par un renforcement des liens de la French Tech avec les laboratoires de recherche pour faciliter les transferts de technologie

"Génération Deeptech" : un plan dédié à l’identification des projets deeptech

Si l’innovation peut aujourd’hui se manifester sous diverses formes, l’innovation de rupture se distingue en engendrant un véritable bouleversement dans un marché donné. Afin de mieux identifier ces technologies difficiles à caractériser, Bpifrance a développé un référentiel deeptech basé sur 4 critères :
- le lien avec la recherche
- la capacité à lever des verrous technologiques
- la création d’un avantage fortement différenciateur
- le go-to-market long et complexe, donc capitalistique

La création de cette grille de lecture vise ainsi à définir un cadre pour identifier ces projets et proposer un accompagnement adapté dès leur phase de développement.

Edité sur https://www.bpifrance.fr : Génération Deeptech : 5 ans pour faire de la France une Deeptech Nation

« Sortez du labo ! » C’est le message envoyé en creux par Bpifrance aux nombreux doctorants et post-doctorants qui travaillent sur des technologies de rupture, ou deeptechs. A partir de juillet, ces chercheurs pourront présenter leur projet de création de startup au nouveau concours i-PhD de Bpifrance. Informatique quantique, biotechnologies, medtechs, intelligence artificielle... tout projet de recherche pouvant aboutir sur une innovation de rupture sera étudié.

Les lauréats auront accès à un parcours d’accompagnement spécifique d’un an, pour renforcer leurs compétences sur les aspects business, et les former aux enjeux spécifiques aux deeptechs. Les futurs gagnants auront également un accès privilégié aux nouveaux dispositifs de financement de Bpifrance. Le i-PhD vient en effet compléter le plan Deeptech dévoilé par le gouvernement au début de l’année et financé à hauteur d’environ deux milliards d’euros, qui se fixe pour objectif de doubler en cinq ans le nombre de startups issues de la recherche publique, et de créer un écosystème autour des deeptechs.

Vous êtes jeune chercheur, souhaitez-vous lancer une startup Deeptech ?

Peut participer à ce concours tout jeune Docteur (année de la thèse et jusqu’à trois ans après la soutenance) qui souhaite valoriser des résultats de recherche (issus d’un laboratoire de recherche publique) dans le but de créer une startup pour développer et commercialiser un produit ou un service à forte innovation technologique et à ce titre accompagné par une Structure de Transfert de Technologie.

Le concours d’innovation 2019 est ouvert à partir du 4 juillet 2019. La date limite pour déposer les candidatures est le 15 octobre 2019 à midi.

Edité le 31 janvier 2019 sur https://www.bpifrance.fr : Concours d’innovation i-PhD

Les deeptech, une voie d’avenir pour la French Tech

Fin février 2019, Pascale Ribon rejoint la direction de l’innovation de Bpifrance, pilotée par Paul-François Fournier, directeur exécutif. Elle conduira le déploiement du plan Deeptech de Bpifrance, lancé en début 2019, dont l’objectif est de faire émerger 2000 start-up Deeptech d’ici 2023

Depuis 2017, Bpifrance multiplie les initiatives pour la promotion des deeptechs. Issues de laboratoires privés ou publics, ces technologies de pointe doivent apporter des innovations de rupture sur leurs marchés et ainsi les révolutionner. Les entreprises capables de les amener à maturité se retrouvent ainsi avec un avantage compétitif considérable sur leurs concurrents. Le gouvernement mise sur les deeptechs pour développer l’industrie française, dont les innovations se fédèrent dans la French Fab.

"Les deeptechs sont difficiles à porter pour les entreprises, car elles questionnent leur modèle économique. La startup s’impose comme un bon moyen de préparer la rupture, et permet de maturer l’innovation avant son intégration dans le tissu industriel, soit par fusion avec un grand groupe soit en devenant une licorne", avance Pascale Ribon, directrice Deeptech de Bpifrance, un poste créé en septembre 2018.

Mais la France peine à développer ces startups d’élite au-delà de niches sectorielles . Aucune deeptech ne figure dans les cinq licornes françaises (OVH, vente-privee.com, BlaBlaCar, Deezer, Doctolib). Peu d’entre elles présentent un parcours similaire à Aledia, dont la technologie microLED pour les écrans, issue du laboratoire d’électronique et de technologie de l’information de Grenoble, a déjà récolté 80 millions d’euros de financements. Très peu de fonds européens peuvent émettre des tickets suffisants pour soutenir les deeptechs, d’où la multiplication des initiatives publiques, à l’échelle européenne et nationale. Pour attirer les fonds, Bpifrance veut répéter la méthode couronnée de succès de la French Tech :

"Le numérique et la plateformisation de l’économie ont structuré l’écosystème d’innovation ces dix dernières années. Mais les enjeux se déplacent désormais vers des innovations à fort caractère scientifique. Notre objectif est de mettre en place un écosystème deeptech similaire à celui de la French Tech. Cela passe par un renforcement des liens de la French Tech avec les laboratoires de recherche pour faciliter les transferts de technologie" ambitionne la polytechnicienne.
Pour accompagner les futures startups lauréates du concours i-PhD, Bpifrance prévoit de mobiliser les SATT, les Sociétés d’accélération du transfert de technologie. Ces institutions proches des laboratoires publics ont pour objectif d’identifier les recherches pouvant faire l’objet d’un transfert de technologie vers l’entreprise, puis d’accompagner les chercheurs dans la démarche.

Elles vont ensuite attribuer des licences d’exploitations sur les technologies issues de ces laboratoires à des entreprises, ou de plus en plus à des startups fondées par les auteurs de ces recherches. « Le but de ce passage de témoin est de permettre la continuité. On voit passer plus de 90% des startups de deeptechs dans tous les cas, et on peut ainsi mieux articuler l’accompagnement et le financement", développe Pascale Ribon. Les SATT auront ainsi un rôle essentiel dans l’accompagnement des lauréats du nouveau concours. En plus du concours i-PhD, Bpifrance organisera en septembre une tournée des universités avec la French Tech pour mobiliser les jeunes chercheurs.

Edité le 29 mai 2019 sur https://www.bpifrance.fr : Deeptech : revivez toutes les interventions sur Viva Technology

Edité par François Manens le 14 juin 2019 sur https://www.latribune.fr/

La start-up Woodlight décroche une bourse Frenchtech Deeptech

Woodlight : société de Recherche et développement de plantes bioluminescentesémettant leur propre lumière sans aucune source lumineuse ou électrique décroche une bourse Frenchtech Deeptech. Leur histoire débute en janvier 2016 avec la création de Woodlight, start-up de Recherche et Développement de plantes bioluminescentes, à ILLKIRCH-GRAFFENSTADEN ( 67400).
L’objectif est de rendre les villes plus vertes en répondant à leurs problèmes de pollution, de manque de verdure et de forte consommation en énergie. Pour répondre aux besoins grandissants d’éclairage durable et d’économie d’énergie des villes, Woodlight propose de développer un procédé permettant de rendre des plantes, bioluminescentes.
Leur motivation vient de notre désir de voir la biologie prendre une place plus importante dans la communauté. Tout cela dans un respect total de la Nature et du Vivant.


Pour en savoir plus :

- Nomination du Secrétaire National du réseau #HealthTech : Guillaume FACCHI le 23 ‎novembre ‎2016 à Paris-Bercy
- Filière santé : l’innovation en 3 questions le 30 juin 2017 à Paris
- Medtech, biotech, e-santé : un potentiel français à 40 milliards d’euros dans une étude du 15 novembre 2017
- Les trois « indispensables » pour séduire un business angel
- French Tech, CES, relations startups - grands groupes... Mounir Mahjoubi fait le bilan le 12 décembre 2017
- Bpifrance accélère les entreprises de la Healthtech le 04 décembre 2017
- Bpifrance lance le Hub Healthtech, un accélérateur pour la santé en décembre 2017
- Les biotech attendent plus de la France
- Un nouveau fonds de 400 millions d’euros en soutien aux start-ups de la French Tech le 21 juin 2018 à Metz
- Transfert à Bpifrance de l’ensemble des missions de soutien à la création d’entreprises signé le 20 décembre 2018
- Deeptech : Bpifrance lance un concours pour pousser les doctorants à créer leur startup le 30 janvier 2019
- L’Inria dévoile son dispositif pour aider les start-up de la deep tech à se lancer le 23 septembre 2019.