Covid-19 : une usine éphémère de masques vient d’ouvrir près d’Arcachon Une nouvelle usine pour 30 000 exemplaires par jour

, dans le réseau de Raphael Nieto, Xavier Lainé

Le parc des expositions de La Teste-de-Buch (Gironde) près d’Arcachon accueille une usine éphémère de masques en tissu. Une centaine de salariés a déjà commencé la fabrication des 2 millions d’exemplaires commandés par les agglomérations girondines.


Le ronron des machines résonne dans l’immense hall du parc des expositions de La Teste-de-Buch (Gironde) près d’Arcachon. En quarante-huit heures, les locaux, habituellement destinés à accueillir salons et forums, se sont transformés en usine.

Tables et chaises ont été prêtées par la communauté de commune du sud Bassin (COBAS), les machines à coudre ont été fournies par Singer et le tissu par deux enseignes locales. La main-d’œuvre a été recrutée par la COBAS avec l’aide d’une agence d’intérim et l’acheminement des masques produits sur place se fera en camion par les militaires de la base aérienne de Cazaux, toute proche.

Cette collaboration locale est née une semaine après l’annonce d’une première commande de 800 000 masques barrière par la ville de Bordeaux pour les habitants de la capitale girondine et de la métropole. Commande à laquelle a répondu Libero Mazzone spécialisé dans... l’automobile.

Pour lui, pas besoin d’être un expert : « Pour faire des carrés de tissu, il n’y avait rien à inventer, simplement respecter un process et les règles d’hygiène », explique l’entrepreneur local «  pas couturier pour un sou ». Après avoir reçu des propositions de tarifs « allant du simple au triple  », résume Nicolas Florian, le maire de Bordeaux, il n’a pas hésité : « Avec cette usine, 100 emplois ont été créés et on est sûrs de ne pas être bloqués pour l’acheminement  », ajoute-t-il.

JPEG - 119.4 ko
La Teste-de-Buch (Gironde), mercredi 15 avril 2020. Le parc des expositions s’est transformé en usine de masques ; les machines ont été fournies par Singer. (LP/Klervi Le Cozic)

30 000 exemplaires par jour

Ce mercredi 15 avril 2020, en attendant de recevoir le tissu, les couturières et couturiers s’entraînaient au pliage. «  J’avais déjà fait une trentaine de masques pour mes proches et pour le CCAS alors j’ai le coup de main », sourit Emilia Laborde. La quinquagénaire, employée dans un garage de Biganos, est au chômage technique depuis le 17 mars 2020. « J’avais envie de me rendre utile d’autant que la couture est ma passion !  »

Si la cadence de production va augmenter progressivement, elle devrait atteindre 30 000 masques par jour dès le 20 avril 2020 pour honorer toutes les commandes qui, cumulées, atteignent les 2 millions d’exemplaires. « Même pas peur ! » annonce Emilia Laborde, motivée. Derrière elle, Marine et Benoît Leroux sont concentrés sur leur tâche. « On est novices en couture mais on apprend vite ! » rassurent-ils, eux qui s’entraînent même le soir à la maison avec la machine à coudre reçue en cadeau, à Noël… « C’était un signe !  » Respectivement encadrante d’équitation et moniteur de ski, ils se sont retrouvés sans emploi du jour au lendemain. « On avait besoin de travailler et l’envie de se rendre utiles  », souligne l’apprenti couturier.

Parmi la centaine de salariés, les profils sont variés, là une retraitée, ici une couturière professionnelle sans emploi. «  À terme, j’aimerais créer une société coopérative où les couturières pourront acheter des parts », précise Libero Mazzone qui espère pérenniser une trentaine de postes.

Publié par Klervi Le Cozic le 16 avril 2020 sur http://www.leparisien.fr


JPEG - 104.2 ko
Nathalie Delattre @n_delattre · 8 mai 2020
Visite de l’usine éphémère de La Teste @EspritBassin où nous célébrons aujourd’hui le 300.000ème masque issu de cette aventure humaine hors du commun. Quand la volonté politique rencontre l’énergie de l’entrepreneuriat, le résultat est au rdv : des vies sauvées ! Fierté.
https://twitter.com/i/status/1258790289168379906

Pour en savoir plus :

- French Tech Bordeaux : qui est Xavier Lainé, le nouveau délégué général ?
- CES 2018 : ce que les startups de Nouvelle-Aquitaine ont appris en vue de l’édition 2019
- Le territoire de l’agglomération de Limoges rejoint le réseau Health Tech le 25 juillet 2016
- Raphael Nieto, du cluster ALIPTIC, est référent #HealthTech en octobre 2013
- Annonce des labellisations Capitales & Communautés FrenchTech le 03 avril 2019 à @FrenchTechCtral Paris
- De nouvelles pistes à Limoges contre le cancer du poumon en juillet 2019
- Qui sont les quatre communautés French Tech de Nouvelle-Aquitaine ?
- Quatre projets de recherche sur des cellules souches embryonnaires à l’université de Nantes le 23 juillet 2019
- Dans les biotechnologies et la santé, le « jeu à la nantaise » fait éclore des pépites
- A Bordeaux, Treefrog Therapeutics, une usine à cellules souches ouvre la voie aux thérapies cellulaires en janvier 2020.
- French Tech 120 : Découvrez les startups du médical le 20 janvier 2020
- Covid-19 : RKF Luxury Linen embauche pour fabriquer surblouses et masques le 20 avril 2020
- Covid-19 : une usine éphémère de masques vient d’ouvrir près d’Arcachon le 16 avril 2020
- Covid-19 : la grande fabrique de masques démarre le 20 avril 2020