Covid-19 : la filière textile enclenche la production de masques à grande vitesse Notre priorité est de produire davantage en France et en Europe

, dans le réseau de Guillaume Facchi, Guillaume Hert

L’industrie textile est partie sur les chapeaux de roues pour produire des masques barrières pour ralentir la propagation du coronavirus. Avec le feu vert de la Direction générale de l’armement, qui instruit les dossiers.

Chaque Français portera-t-il un masque demain ? La querelle rebondit. Les autorités sanitaires françaises conseillent désormais à la population le port de «  masques alternatifs  » en tissu. Ces recommandations constituent un revirement, alors que le ministre de la santé lui même estimait il y a quelques semaines que « son usage en population générale n’est pas recommandé et pas utile ». La porte-parole du gouvernement Sibeth N’Diaye avait elle aussi indiqué que le port du masque n’était pas nécessaire « dès lors qu’on respecte la distance de protection vis-à-vis des autres  », et le directeur de la Santé Jérôme Salomon l’avait jugé « inutile dans la rue ». Une position qui avait fait l’objet de vives critiques d’experts. « La grande erreur aux Etats-Unis et en Europe est, à mon avis, que la population ne porte pas de masques […] avec un masque, on peut empêcher les gouttelettes porteuses du virus de s’échapper et d’infecter les autres  », avait ainsi déclaré mi-mars George Gao, le directeur général du Centre chinois de contrôle et de préventions des maladies.

Le changement de ton des autorités ce weekend pose désormais une autre question. : celle de savoir s’il y aura suffisamment de masques barrières, et non chirurgicaux pour tout le monde. Dans toute la France, la production a été lancée, la filière textile ayant reçu les feux verts nécessaires.

JPEG - 103.6 ko
Emmanuel Macron a notamment promis mardi 31 mars 2020 "l’indépendance pleine et entière" d’ici à la fin de l’année 2020 pour la production de masques, lors d’une visite dans une usine de fabrication en Anjou. (Photo Loic VENANCE/AFP) Covid-19 : Emmanuel Macron veut « rebâtir » l’indépendance économique de la France le 31 mars 2020

Sans compter les multiples tutoriels, qui fleurissent sur internet pour expliquer à chacun comment faire un masque avec un t-shirt ou pour coudre selon les règles de l’art, le masque multicouche.

JPEG - 78.4 ko
De multiples tutoriels fleurissent sur internet pour expliquer à chacun comment faire un masque avec un t-shirt ou pour coudre selon les règles de l’art, le masque multicouche.

Depuis trois semaines, le centre de la Direction générale de l’armement (DGA) à Vert-le-Petit spécialisé dans la maîtrise des risques « NRBC » (nucléaire, radiologique, bactériologique et chimique) tourne non-stop pour tester les centaines de prototype de masques de protection envoyés par la filière textile française.

Tremper votre échantillon dans du sel

Faute de pouvoir fournir à tous les masques FFP2 et chirurgicaux, réservé au personnel soignant, une équipe d’une trentaine de spécialistes sont mobilisés dans ce service de la DGA, pour plonger jour et nuit des prototypes de masques placés sur des têtes de mannequins, qui simule une respiration humaine, dans un caisson rempli de particules de sel.

La comparaison entre la densité de particules présente dans la bouche et celle contenue dans le caisson permet de calculer le pourcentage d’arrêt des particules. Connaissant la taille des virus, cette méthode permet d’évaluer l’efficacité de filtration de chaque masque. « Avant même que le masque se généralise, notre but était de développer au plus vite des masques individuels pour les professionnels en contact avec le public, comme les livreurs, les caissiers, etc. », explique-t-on au Ministère des armées.

Normes agréées

Deux formules ont été testées : un type de masque qui offre une protection dans 90 % des cas en filtrant avec une puissance de trois microns par mètre cube de particules. Le deuxième type est un peu moins étanche et offre une protection dans 70 %. En deux semaines, plus de 1.000 échantillons ont été proposés à Vert-le-Petit.
La semaine dernière, 126 d’entre eux avaient déjà été testés et les essais se poursuivent, les professionnels de la DGA étant dans un dialogue itératif avec les professionnels du textile. La situation ne cesse d’évoluer, mais la semaine dernière, 70 échantillons répondaient aux certifications, ce qui a permis à des groupes industriels comme Chargeurs de lancer la production, tandis que l’Apave et l’Afnor ont repris les certifications définies par la DGA.

600.000 masques produits par jour

Au ministère des armées, on déclare s’attendre dans les jours qui viennent à une production de 100.000 masques par jour pour la catégorie la plus exigeante et bientôt de plus de 200.000 masques par jour. Dans la deuxième catégorie, la production pourra très vite s’envoler à 600.000 masques par jour. Si vous ne savez pas coudre, pas d’affolement donc, la filière textile française est mobilisée. Quelque 45 entreprises ont déjà lancé la production et plus d’une centaine d’autres sont sur les rangs pour fournir ces masques non-médicaux.

Publié par Anne Bauer le 05 avril 2020 sur https://www.lesechos.fr


JPEG - 89.5 ko
Ghassan Basile @gnbasile · 5 avril 2020
#Coronavirus : Il y a 3 semaines encore, les autorités sanitaires étaient catégoriques sur le port du #masque, son "usage n’est pas recommandé et n’est pas utile", martelait Olivier Véran, ministre de la santé.
Désormais même les masques artisanaux sont vivement conseillés.

JPEG - 115.8 ko
Frédéric BIERRY @F_Bierry · 5 avril 2020
[COVID-19] Un grand bravo à toutes ces entreprises alsaciennes qui se sont mises à fabriquer des #masques, sous l’impulsion du Pôle @TextileAlsace. Des masques en tissu, réutilisables jusqu’à 80 fois… #Alsace #Mulhouse #Strasbourg #coronavirus #COVID2019

JPEG - 101.6 ko
BioValley France @BioValleyFrance · 07 avril 2020
I #COVID19 I Polymix propose des matières premières thermoplastiques et élastomères dédiées à la fabrication de matériel médical (masques, gants, thermomètres, appareils respiratoires, appareils 3D...). https://www.biovalley-france.com/wp-content/uploads/2020/04/matires-premires-covid-19-1.pdf
#solidarité #soutien #santé #BioValleyFranceMember

JPEG - 111.9 ko
Ville de Troyes @VilledeTroyes · 15 avril 2020 Covid-19
Nous sommes fier de nos fabricants locaux :
- Adova,
- L’Atelier d’Ariane,
- Bonneterie Chanteclair
- @Bugis_Groupe
- EMO
- @LACOSTE
- @lecoqsportif
- @petitbateau
- Lafitte Textile
— 
MERCI
— 
#FierdeTroyes #FierdenosEntreprises #MadeinAube #MadeinFrance #Troyes #masques
https://poletechno52.fr/Covid-19-Le-textile-troyen-va-produire-des-milliers-de.html

JPEG - 87.6 ko
Vosges terre textile @VosgesTT · 2 avril 2020 [ Fantastique Chaîne de #Solidarité ]
Dans les #Vosges, ce sont 13 ateliers de confection qui se sont organisés pour confectionner des #masques anti-émissions
Bravo et Merci aux couturier(e)s qui se #mobilisent quotidiennement et #bravent leur peur du #virus !!

JPEG - 104 ko
Agence France-Presse @afpfr · 19 avril 2020
La France va produire "17 millions" de masques "grand public" par semaine, avec pour objectif de pouvoir "équiper les Français qui le souhaiteront", a affirmé le ministre de la Santé Olivier Véran. "8 millions de masques ont été produits la semaine écoulée", a-t-il déclaré #AFP

Pour en savoir plus :

- Y a-t-il un risque pour l’approvisionnement en médicaments en février 2020 ?
- Il faut tirer les conséquences de la dépendance de l’approvisionnement chinois en mars 2020
- Covid-19 : le jour d’après : Couper le cordon avec l’Asie pour éviter la pénurie de médicaments
- Covid-19 : la filière textile alsacienne se mobilise pour fabriquer des masques le 24 mars 2020
- Covid-19 : Le gouvernement veut accélérer la production de masques, l’industrie sous pression le 30 mars 2020
- Covid-19 : masques, des entreprises du Grand Est se fédèrent pour les fabriquer le 30 mars 2020
- Covid-19 : Emmanuel Macron veut « rebâtir » l’indépendance économique de la France le 31 mars 2020
- Covid-19 : « Produire en France » : le virage souverainiste de Macron suscite l’ironie des oppositions le 31 mars 2020
- Covid-19 : la filière textile enclenche la production de masques à grande vitesse
- Covid-19 : Pour le « jour d’après », Jean Rottner souhaite valoriser les productions de proximité, le « Grand Est inside » le 03 avril 2020
- Covid-19 : La course pour faire renaître de ses cendres l’industrie française des masques le 04 avril 2020
- Covid-19 : Déconfinement : quel masque pour quelle protection ? le 20 avril 2020