Covid-19 : la Région Grand Est va fournir 3 millions de tests de dépistage Des tests de dépistage pour anticiper la sortie de crise et favoriser le redémarrage économique.

, dans le réseau de Guillaume Facchi, Guillaume Hert

Afin d’anticiper le déconfinement et aider au redémarrage économique, la Région Grand Est va favoriser le test de la population au Covid-19. La Région Grand Est va passer commande de 3 millions de kits de tests sérologiques du Covid-19 pour ses habitants.


Oui, la Région Grand Est va passer commande de 3 millions de kits de tests sérologiques du Covid-19 pour ses habitants. Mais ne vous précipitez pas dans votre pharmacie ou votre laboratoire d’analyses médicales !

Pourquoi ?

« Avec nos partenaires, nous considérons qu’il faut anticiper du mieux possible le déconfinement potentiel à partir du 11 mai 2020 », prévient Jean Rottner, président (LR) du Grand Est. « Depuis le début de la crise nous donnons le la : don de masques, achats massifs de masques et équipements, rémunération, logement et transport des personnels soignants, fonds de soutien économique… Aujourd’hui, nous devons anticiper la sortie de crise pour favoriser le redémarrage économique. »

Et si vous ne commandez pas les tests par millions, «  nous risquons de courir derrière eux comme nous l’avons fait avec les masques… »

Comment ?

Pour mener cette opération, une SEM, société d’économie mixte a été créée, « Dynamise », détenue par la Région (51 %), La Banque des Territoires (25 %) et le Crédit Mutuel (24 %). Les actionnaires vont amener chacun 5 millions d’euros en trésorerie.

Quel test ?

Médecin urgentiste, Jean Rottner détaille les deux tests actuels : « Le test PCR, virologique, si vous présentez des signes cliniques pour confirmer ou infirmer la présence du Covid. Nous, c’est le test sérologique, si le patient ne présente aucun symptôme, afin de savoir si ensuite il doit porter un masque, être isolé, ou si son immunité est déjà développée… »

Pour qui ?

« Ces tests seront fournis aux laboratoires publics et privées d’analyse médicale, de façon équitable à l’échelle du Grand Est. La SEM n’ayant pas vocation à faire de profits  », les tests seront vendus sans bénéfice.

Ensuite, Jean Rottner précise que « nous respecterons le cadre réglementaire que l’État va établir, définissant les populations qui doivent être dépistées et dans quel ordre ».

Quand ?

« Le plus rapidement possible. J’espère passer commande dans les quinze jours », se montre impatient Jean Rottner. « Pour le moment, nous attendons que les tests soient certifiés par les autorités avant de les commander ! »

Contre l’État ?

« Le Premier ministre, le ministre de la Santé, le patron de l’INSERM, tous sont avertis de notre démarche. Nous ne sommes pas des francs-tireurs et si je n’avais pas eu l’accord de l’État, je n’y serai pas allé », a précisé le président du Grand Est. Contrairement aux masques, dont une partie de ceux commandés par le Grand Est a été préemptée par l’État, cela ne devrait pas être le cas avec ces tests. Cette démarche ne vise pas l’État, « il est de la responsabilité de tous d’agir pour que nous revenions à une situation normale. Le temps des bilans et des questions se fera plus tard. Là, nous ne sommes pas sortis de l’épidémie et des gens meurent toujours chaque jour ! » rappelle Jean Rottner

Et le tracking ?

« Ces tests ne constituent pas l’alpha et l’oméga  », concède Jean Rottner. « Ils ne sont qu’un outil supplémentaire dans une grande chaîne avec la distanciation, les masques, le lavage des mains et le tracking. Je suis favorable à ce dispositif permettant de savoir, si vous êtes malades, qui vous avez fréquenté. Tout cela pour éviter un rebond qui saturerait encore nos hôpitaux car l’épidémie va se poursuivre. C’est la responsabilité de tous pour lutter contre. Et le tracking est la bonne solution si les données individuelles de chacun sont respectées. »

Frédéric Gouis

Les Hauts-de-France « étudient » le principe

Les Hauts-de-France ne se sont pas encore penchés sur une telle démarche. Néanmoins, au siège de la Région on indique « étudier ce que nous pouvons mettre en place comme société agissant comme centrale d’achat autour des besoins liés à la crise sanitaire (masques, équipements de protection…)  ». C’est la démarche suivie par le Grand Est avec sa Société d’économie mixte.

Publié par Frédéric Gouis le 15 avril 2020 dans https://abonne.lardennais.fr


Pour en savoir plus :

- L’IA dans le diagnostic médical - Moteur de compétitivité et de croissance des entreprises ? à Montpellier le 10 décembre 2018
- Intelligence Artificielle : Elle permet de diagnostiquer plus vite les maladies rares
- Un 1er semestre 2019 prometteur pour Biosynex
- Covid-19 : L’entreprise strasbourgeoise Biosynex prête à commercialiser son test de dépistage du Covid-19
- Covid-19 : l’Alsace veut devenir le territoire pilote des tests de dépistage « à grande échelle »
- Covid-19 : L’Alsacien Biosynex prêt à commercialiser entre 2 et 3 millions de tests sérologiques avant la fin avril 2020
- Covid-19 : Biosynex est positionné sur tous les types de tests Covid-19
- Covid-19 : la Région Grand Est va fournir 3 millions de tests de dépistage
- Covid-19 : le Grand Est prépare le « Jour d’Après » le 16 avril 2020