Covid-19 : à Ligny-en-Cambrésis, Cambrai Broderie Impression se reconvertit dans les masques et les visières Cambrai Broderie Impression produis environ 300 masques par jour.

, dans le réseau de Laurent Massoptier, Pauline Wartel, Perrine Lespagnol

L’entreprise d’ennoblissement textile a reconverti ses machines pour fabriquer des masques et des visières. Une manière d’assurer une activité pour survivre à la crise.


Le confinement a été un gros coup dur pour Cambrai Broderie Impression. «  A partir du vendredi 20 mars 2020, 90 % de nos clients ont fermé du jour au lendemain. Le carnet de commandes s’est arrêté net. J’ai donc mis 90 % de mes salariés en chômage technique » explique Sébastien Dessolle, patron de l’entreprise.

Bien décidé à se battre, l’entrepreneur réfléchit alors à comment utiliser ses machines pour se rendre utile durant cette crise et ainsi maintenir une activité. Il commence donc par fabriquer des visières avec son imprimante 3D. « Au début, on a eu une très forte demande. On en fabriquait jour et nuit. On a donné une partie aux soignants, notamment les infirmières libérales et on a commercialisé l’autre partie pour ne pas être déficitaire  ».

JPEG - 70.6 ko
Sébastien et Hélène Dessolle sont les deux créateurs de la société. En temps normal, Monsieur s’occupe de la partie impression et Madame de la partie broderie. (photo d’archives)

Dans le même temps, il se fournit en tissu dans une société située à 90 km d’ici et commence à travailler sur des prototypes de masques qu’il envoie ensuite à l’Institut Français du Textile et de l’Habillement. Après plusieurs refus, un premier prototype est validé puis un deuxième. Il a pu lancer officiellement la production il y a 2 semaines en adaptant ses machines. « Ma table de découpe laser est utilisée pour couper le tissu et mon tunnel de sérigraphie pour la décontamination. Nous fabriquons un masque destiné au grand public et un masque plutôt dédié aux entreprises. Aujourd’hui, je produis environ 300 masques par jour. Le but est de monter en puissance pour faire revenir le personnel petit à petit. Actuellement seulement un tiers des salariés est au travail soit 4 personnes ».

Beaucoup de commandes

La mairie de Ligny lui a déjà commandé 1000 masques et une autre commune 3000 masques. « Nous avons une telle demande que nous n’avons aucun stock. La production du jour part aussitôt chez nos clients. La proximité est un avantage car ça nous évite d’envoyer des colis qui n’arriveront pas à bon port. Il y a eu beaucoup de vols de colis contenant des masques ou du gel hydroalcoolique ces derniers temps. Les gens réapprennent le circuit court ». Sébastien Dessolle rencontre néanmoins quelques difficultés pour se fournir en matières premières. «  Le tissu coûte de plus en plus cher. Il est passé de 2 ou 3 € du mètre linéaire à 5 ou 6 € et les sociétés d’élastiques sont en rupture de stock. Nous utilisons donc un cordon de serrage ».

Un avenir incertain

Cette reconversion est vue comme une véritable « bouffée d’oxygène  » mais Sébastien Dessolle reste tout même loin d’avoir retrouvé la même activité qu’avant le confinement. « Je ne fais même pas 50 % de mon chiffre d’affaires. Je ne sais pas ce que l’avenir nous réserve. J’ai bien peur que ce soit long et j’espère qu’il n’y aura pas trop de casse pour tout le monde. J’espère que les politiques ne vont pas laisser les petites entreprises comme nous, qui avont pris le taureau par les cornes ».

Publié par Paul Sion le vendredi 1 mai 2020 sur https://www.lobservateur.fr/

JPEG - 193 ko
Les membres @EuraMaterials @CLUBTEX_TexTech @uit_nord au cœur de la production de masques et de sur blouses .
JPEG - 56.3 ko
Industries Textiles @UITFrance · 03 mai 2020
Ligny-en-Cambrésis : Cambrai Broderie Impression se reconvertit dans les masques et les visières
https://lobservateur.fr/cambresis/2020/05/01/ligny-en-cambresis-cambrai-broderie-impression-se-reconvertit-dans-les-masques-et-les-visieres/
via @L'Observateur

Pour en savoir plus :

- Lille sacrée “Capitale French Tech” le 03 avril 2019, ça veut dire quoi ?
- Covid-19 : La France en pénurie de masques : aux origines des décisions d’État
- Covid-19 : Chaîne de solidarité : des makers nordistes impriment en 3D des visières de sécurité pour les soignants le 26 mars 2020
- Covid-19 : il habillait les cyclistes, il fabrique maintenant des masques le 11 avril 2020
- Covid-19 : la Manufacture française de textile produit des élastiques utilisés pour la réalisation de masques le 7 février 2019.
- Covid-19 : à Cambrai, l’entreprise de linge de maison Cardon Tradilinge fabrique des masques et croule sous la demande le 14 avril 2020
- Covid-19 : à Villers-Outréaux, la broderie Lévêque fabrique des « lingots », des masques normés le 24 avril 2020
- Covid-19 : à Ligny-en-Cambrésis, Cambrai Broderie Impression se reconvertit dans les masques et les visières le 01 mai 2020
- Covid-19 : Aux masques, citoyens dans l’usine Toyota de Valencienne ! le 02 mai 2020