Covid-19 : Vaccination : fin du centre éphémère à Nogent

, dans le réseau de Dominique PIOT

Vendredi 4 juin 2021, 231 personnes ont reçu une seconde dose du vaccin Pfizer au centre sportif et culturel Robert-Henry de Nogent en Haute-Marne, de nouveau transformé en centre de vaccination éphémère, avant qu’il ne ferme ses portes. Et il n’y a pas de contre-indications, si vous êtes vacciné contre le Covid-19, pour un don de sang le même jour.


Après la première injection effectuée vendredi 23 avril 2021, la ville de Nogent (52800) s’est de nouveau organisée vendredi 4 juin 2021 pour réaliser cette seconde injection.

De la prise des rendez-vous à l’organisation matérielle en passant par le nettoyage et la désinfection des lieux selon les protocoles en vigueur, les agents de la ville comme ceux de l’Ehpad Félix-Grélot ont permis de mener à nouveau à bien cette seconde et dernière étape de vaccination.

Ce centre de vaccination éphémère a permis de vacciner 231 personnes issues principalement du secteur grâce à la présence du Dr Tissot, médecin référent, aidé de son confrère le Dr Fournié. Derrière les aiguilles, Katerine Buatois, Elodie Nancey et Emilie Douillot, infirmières libérales, ont donné de leur temps tout comme Eloïse Miguet, infirmière de l’Ehpad Félix-Grélot, Stéphanie Maigrot et Audrey Kozma, de la Maison d’accueil spécialisée d’Andelot.

Les précieuses doses acheminées par Aurore Bouthier, la pharmacienne locale, ont été administrées sereinement sur toute la journée avant que le centre éphémère ne ferme ses portes. Les vaccinations quant à elles se poursuivent sur les divers centres de vaccination du département de Haute-Marne.

JPEG - 100.7 ko
Ce centre de vaccination éphémère a permis vendredi 4 juin 2021 de vacciner 231 personnes issues principalement du secteur grâce à la présence du Dr Tissot, médecin référent.

Publié dans le journal de la Haute-Marne n° 9786 du jeudi 10 juin 2021 en page 14

JPEG - 94.9 ko
Publié par Dominique PIOT dans le journal de la Haute-Marne n° 9786 du jeudi 10 juin 2021 en page 14

JPEG - 48.7 ko
Une surveillance accrue des patients jusqu’à leur départ avec une prise des constantes qui a été assurée par deux infirmières. (Photo : Christophe Juppin)
JPEG - 36.9 ko
L’attestation de vaccination certifiée contre la Covid-19 est remise à la personne vaccinée, après chaque injection. (Ici, Christophe Juppin pris en photo vendredi 4 juin 2021 par une infirmière complaisante)

Après avoir reçu, il est bon de donner

Les réserves de sang sont dangereusement basses. Voici le constat de l’Etablissement français du sang qui lance un appel. Et il n’y a pas de contre-indications si vous êtes déjà vacciné contre le Covid-19. L’après-midi même, vendredi 4 juin 2021, toujours à Nogent (52800), l’Etablissement français du sang organisait une collecte de sang, salle Minelle.

JPEG - 40.2 ko
Ici, Christophe Juppin pris en photo par une infirmière complaisante. Don de sang l’après-midi même, vendredi 4 juin 2021, toujours à Nogent

Odile Ricour, médecin à l’Etablissement français du sang à Chaumont, insiste sur la nécessité de poursuivre ce geste solidaire, même en cette période de Covid.

Le Journal de la Haute-Marne : A combien estime-t-on les besoins en dons de sang chaque jour en France ?
Odile Ricour :
« On estime que 10 000 produits sanguins labiles sont transfusés chaque jour en France, et environ 1 500 dans le Grand Est. On parle de produits sanguins car, dans une poche de sang prélevée, il y a trois composants : les globules rouges, les plaquettes et le plasma. Chacun va pouvoir servir différemment. Avec un don, on peut donc sauver trois vies. »

JHM : La crise du Covid et les confinements successifs ont-ils eu un impact sur les dons ?
Odile Ricour :
« Nous avons essayé de faire en sorte que, justement, cela ne coince pas. Donner son sang faisait partie des exceptions dans les attestations de déplacements éditées pendant le confinement et le couvre-feu. Il y a le Covid, certes, mais les autres maladies ne s’arrêtent pas. Les besoins ne faiblissent pas et il fallait donc continuer à collecter. »

JHM : Le don du sang en Haute-Marne est-il plus ou moins généreux qu’ailleurs ?
Odile Ricour
 : « La Haute-Marne fait partie des bons élèves. En France, il y a un peu moins de 4 % de donneurs pour une moyenne de 1,67 dons par an par donneur. Dans notre département, on en compte plus du double et une moyenne qui approche les 1,9 dons. »

JHM : A quoi cela tient-il ?
Odile Ricour
 : « Aux modes de vie peut-être. Il est plus difficile de collecter dans les grandes villes. Les gens courent, prennent moins le temps. Il y a une vraie solidarité en Haute-Marne. L’Etablissement français du sang est également très présent dans tout le département pour effectuer des collectes dans les entreprises, salles des fêtes ou lycées. C’est de toute façon une stratégie nécessaire, surtout en Haute-Marne. »

JHM : Pour quelle raison ?
Odile Ricour
 : « La population vieillit dans notre département. Il faut sans cesse renouveler le vivier de donneurs. Je rappelle qu’on ne peut donner son sang qu’à partir de 18 ans et jusqu’à 70 ans révolus. »

JHM : Avez-vous prévu des opérations spécifiques pour la Journée mondiale des donneurs de sang, le lundi 14 juin 2021, Journée mondiale des donneurs de sang. ?
Odile Ricour
 : « Pour ce jour-là, nous avons choisi d’élargir nos horaires d’ouverture à l’ensemble de la journée (8 h 30 – 16 h). Généralement, nous ne sommes accessibles que le matin, les lundi, mardi, vendredi et samedi. Plus largement, du 9 juin au 9 juillet 2021, l’Etablissement français du sang lance la 4e édition de l’opération #PrenezLeRelais. L’objectif est de faire un maximum de buzz autour du don du sang pour donner de la visibilité à ce beau geste solidaire. »

Propos recueillis par Delphine Catalifaud
d.catalifaud@jhm.fr

Publié dans le journal de la Haute-Marne n° 9788 du samedi 12 juin 2021 en page 14

JPEG - 36.4 ko
Il n’y a pas de contre-indications pour un don de sang, si vous êtes déjà vacciné contre le Covid-19.

Pour en savoir plus :

- Sanofi casse sa tirelire pour acquérir la biotech Synthorx pour 2,5 milliards de dollars le 09 décembre 2019
- Il faut tirer les conséquences de la dépendance de l’approvisionnement chinois en mars 2020
- Covid-19 : les Français font des relocalisations la priorité de l’après-crise le 13 avril 2020
- Covid-19 : Pour le « jour d’après », Jean Rottner souhaite valoriser les productions de proximité, le « Grand Est inside » le 03 avril 2020
- Covid-19 : La course pour faire renaître de ses cendres l’industrie française des masques le 04 avril 2020
- Covid-19 : faut-il relocaliser en France des usines de secteurs stratégiques ? le 05 mai 2020
- Covid-19 : Relocalisation et Made In France : utopie ou réalité économique ? le 09 mai 2020
- Covid-19 : Médicaments, industries... Relocaliser, c’est possible ? le 29 mai 2020
- Covid-19 : Vaccin français : Un échec, des questions le 21 janvier 2021.
- Covid-19 : « Je crois que d’ici à cet été nous aurons vaincu le virus » annonce Katalin Kariko le 29 janvier 2021
- Covid-19 : Partenaire de BioNTech pour le vaccin anti-Covid Pfizer, RD-Biotech investit 7 millions d’euros dans une usine d’ADN à Besançon le 18 février 2021
- Covid-19 : Merck crée 350 emplois en Alsace et investit 25 millions d’€ pour emballer les vaccins anti-Covid le 18 mars 2021
- Covid-19 : Vaccination : fin du centre éphémère à Nogent en Haute-Marne le 04 juin 2021