Covid-19 : Une ligne de fabrication de masques sur le site PSA de Mulhouse La crise sanitaire a amené le constructeur automobile à décider de produire des masques de protection sur le site PSA de Mulhouse

, dans le réseau de Philippe Thoquenne

Le Groupe PSA annonce qu’il produira des masques chirurgicaux à partir d’août 2020 sur son site de Mulhouse (68). La crise sanitaire a amené le constructeur automobile à déployer un protocole de mesures sanitaires renforcées sur chacun de ses sites pour protéger ses salariés. Ce protocole prévoit notamment la distribution de 2 à 4 masques par jour et par salarié. Pour soutenir sa mise en œuvre, le groupe a décidé d’être autonome en produisant des masques en France. Les machines sont fabriquées par un industriel français sur le territoire national. La production s’organisera en deux phases concomitantes :


L’industrie automobile pèse lourd en Grand Est. Un pan considérable de son économie repose sur les épaules de ce secteur aujourd’hui un peu plus fragilisé par la crise économique découlant de l’épidémie de coronavirus. Première région de France par le nombre d’emplois et d’entreprises liées à cette filière, le Grand Est concentre quelques-uns des mastodontes de la branche avec, entre autres, les groupe PSA et Mercedes-Benz-Smart en Moselle, Renault Sovab à Batilly en Meurthe-et-Moselle ou Bugatti à Molsheim (67), fleuron français du segment des « hypercars » (Lamborghini, McLaren, Ferrari…). La région accueille aussi des équipementiers de premier rang comme Faurecia dans les Vosges, Punch Powerglide à Strasbourg ou Continental à Sarreguemines (57). Une économie tentaculaire qui va même au-delà des limites régionales et fournit du travail aux zones frontalières de Moselle et d’Alsace.

Une ligne de fabrication de masques sur le site PSA de Mulhouse

Dans un communiqué publié le jeudi 28 mai 2020, le groupe PSA vient d’annoncer sa volonté de produire des masques de protection sur le site PSA de Mulhouse, qui assemble actuellement la DS7 Crossback et la Peugeot 508, en attendant la remplaçante de la 308, courant 2021.

« Il s’agit d’être autonome »

Cette capacité de production sera de 10 millions de masques par mois, pour couvrir les besoins d’équipement des salariés du groupe « et soutenir les organismes qui luttent contre le virus et l’exclusion  ». « Il s’agit d’être autonome car on pense que la nécessité de porter un masque, pour nos employés, sera malheureusement pérenne  », précise Yann Vincent, le directeur industriel de PSA.

La formation des équipes dédiées à ce projet s’organisera à partir de juin et la production démarrera probablement fin août 2020. « Une ligne automatisée sera installée sur le site de Mulhouse et une douzaine de salariés du groupe sera dédiée à la production des masques. Parallèlement, une seconde ligne automatisée sera mise en exploitation chez notre partenaire français qui produira des masques pour le groupe et continuera cette production pendant un an. À partir d’août 2021, cette seconde ligne sera transférée à Mulhouse et les équipes du groupe assureront, dans ce scénario, la totalité de la production. À terme, 10 millions de masques pourront être produits par mois à Mulhouse » précise le communiqué, sans dévoiler le nom du partenaire qui fournira les machines de production.

«  On aurait pu acheter une machine en Asie, moins chère. Mais comme on n’y connaît rien dans cette technologie, on préfère avoir le fabricant pas loin  », poursuit le directeur industriel. Peut-être que l’expérience compliquée de la ligne de montage mulhousienne achetée en Asie a aussi refroidi les « cost killers » de PSA… Cette ligne de production de masques sera installée dans l’usine de peinture, pour des raisons évidentes de contraintes sanitaires et Mulhouse a été choisi «  parce que le site est très central en Europe pour approvisionner les autres sites de production ». Les unités chinoises seront, en revanche, équipées de masques locaux.

Publié le jeudi 28 mai 2020 sur https://c.estrepublicain.fr/


Pour en savoir plus :

- Tour de France de la French Tech : l’Alsace, comme un coq en pâte en septembre 2014
- LORnTECH Philippe Hénaux : Conjuguer le présent au futur...
- 11 novembre 2016, Le Paddock , bâtiment totem à Nancy, exemple à suivre
- Les bâtiments-totem de la French Tech dans le Grand Est
- Les bâtiments totem de la French Tech
- Alsace et Lorraine main dans la main le 11 février 2019 pour décrocher le sésame "Capitale French Tech"
- Le KM0 à Mulhouse rapproche les mondes de l’industrie et du numérique en février 2020
- Covid-19 : 6e semaine, L’activité est toujours soutenue à Mulhouse le 30 mars 2020
- Covid-19 : Une ligne de fabrication de masques sur le site PSA de Mulhouse le 28 mai 2020