Covid-19 : Une entreprise du Japon développe une feuille de fils de cuivre tressés qui accélère l’inactivation des particules virales Le cuivre est un métal naturellement antiviral et antibactérien.

, dans le réseau de Christophe Juppin

Le cuivre est un anti-infectieux et un anti-inflammatoire très puissant. L’Université de Gunma, au Japon oriental, propose d’associer aux masques une feuille de fils de cuivre tressés aux masques afin d’avoir un effet bactéricide-virucide.


Une mince feuille de fils de cuivre tressés qui peut accélérer le processus d’inactivation des particules virales, les empêchant potentiellement de provoquer des infections, a été développée par une startup universitaire en collaboration avec un fabricant de textile local.

L’entreprise Gunma University, basée à Gunma University Development & Innovation (GUDi), dans la ville préfectorale de Gunma à Kiryu au Japon, et Meisei Industry Co., un fabricant de fils de clinquant dans la capitale de la préfecture, Maebashi, se sont réunies pour créer un produit polyvalent. On espère qu’il sera bientôt commercialisé et adapté à une variété de produits existants.

La feuille de de cuivre a un effet de stérilisation semi-permanent qui rend les particules virales inactives, ce qui signifie qu’elles perdent leur capacité à provoquer des infections et est en même temps, sont rendues inoffensive pour le corps humain. Parmi ses utilisations préventives contre le coronavirus, il peut être incorporé à des masques faciaux ou utilisé pour couvrir des interrupteurs électriques.

JPEG - 54.6 ko
Un masque facial avec une feuille de fils de cuivre tressés antibactérienne appliquée est montré sur cette photo prise le 8 avril 2020. (Mainichi / Minami Michioka)

Selon des études menées aux États-Unis, le coronavirus peut vivre et rester actif sur une surface de cuivre pendant quatre heures. La recherche montre que c’est considérablement plus court que les 48 à 72 heures pendant lesquelles le virus peut vivre sur des surfaces en plastique ou en acier inoxydable.

La feuille développée par les innovateurs de la préfecture de Gunma, dans l’est du Japon, a un photocatalyseur sensible à la lumière visible appliqué sur sa surface en cuivre. Chaque fois que la feuille est exposée à la lumière, elle active des substances à haut pouvoir oxydant qui décomposent les particules virales et les bactéries. Une expérience utilisant E. coli a révélé qu’une feuille de fibre de cuivre est 1000 fois plus efficace pour combattre les bactéries que le cuivre seul.

Hideyuki Itabashi, président exécutif de GUDi et professeur à l’Université Gunma, a commenté : "Le matériel utilisé est innovant pour prévenir les épidémies massives de virus, et nous aimerions la produire bientôt." L’entreprise recherche également des fabricants qui peuvent incorporer une feuille de fils de cuivre dans des produits tels que des masques et des gants.


Publié par Minami Michioka, Maebashi Japan le 10 avril 2020 sur https://mainichi.jp


Pour en savoir plus :

- Un hôpital teste le cuivre pour lutter contre les infections en juillet 2011
- Les alliages de titane pour le médical
- Un guide sur l’aptitude à l’utilisation des DM co-signé Cetim et Snitem
- Symposium « Matériaux antimicrobiens », 19 septembre 2018, à Reims
- Covid-19 : Les poignées en cuivre expérimentées dans la Marne sont un « moyen supplémentaire » de se protéger du coronavirus le 24 mars 2020
- Covid-19 : Une entreprise du Japon développe une feuille de fils de cuivre tressés qui accélère l’inactivation des particules virales le 10 avril 2020