Covid-19 : Trois projets d’usines de fabrication de masques lancés dans la région Bretagne Trois projets d’usines fabricant des masques sont actuellement engagés en Bretagne.

, dans le réseau de Frédéric Nicolas

Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat à l’Economie, confirme que les pouvoirs publics sont prêts à soutenir la relance de l’usine de masques sanitaires FFP2 de Plaintel, fermée en 2018 par le groupe Honeywell. De son côté, Celluloses de Brocéliande (groupe Intermarché) s’apprête à installer cinq lignes de production à Ploërmel, quand l’homme d’affaires suisse Abdallah Chatila souhaite créer une usine à Ploufragan, dans les ex-locaux de Chaffoteaux & Maury.


La production de l’usine de masques sanitaires FFP2 sera-t-elle relancée à Plaintel (Côtes d’Armor) ? Le gouvernement souhaite "faire aboutir" ce projet, indique Agnès Pannier-Runacher, la secrétaire d’Etat à l’économie. Cette fabrication avait été stoppée en 2018 par le groupe Honeywell qui était, depuis plusieurs années, le propriétaire du site de Plaintel. Suite à la baisse des commandes de l’Etat, une partie des activités de l’usine ont été transférées en Tunisie et plusieurs machines de production ont été détruites.

Avec le soutien du Conseil régional de Bretagne et du Conseil départemental des Côtes d’Armor, un projet de relance de cette production est en cours. Il est officiellement conduit par Guy Hascoët, ex-secrétaire d’Etat à l’économie solidaire du gouvernement de Lionel Jospin, dans le cadre d’un contrat de mission. Il envisage "la création d’une Société coopérative d’intérêt collectif -SCIC- à laquelle pourraient être associées des entreprises, mais aussi des collectivités", indique-t-il. Son tour de table est en cours d’élaboration.

JPEG - 31.4 ko
Ancien élu écologiste, secrétaire d’État à l’Économie solidaire sous Lionel Jospin, Guy Hascoët est à l’origine de la création des Sociétés coopératives d’intérêt collectif (SCIC). C’est lui qui a été chargé de piloter la mission d’étude sur la relance de la production de masques et vêtements de protection, près de Saint-Brieuc. https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-usines-de-masques-dans-le-pays-de-saint-brieuc-la-mission-de-guy-hascoet-6803712

Appel à d’anciens salariés

Si le Conseil régional de Bretagne est à la manœuvre, il souhaite, avant d’engager des fonds financiers, que l’Etat donne de réelles garanties et signe des contrats d’achats de masques, si possible sur le long terme, afin de pérenniser le site bien au delà la période de l’épidémie de Covid-19. Ce projet porte sur un investissement de plus de 10 millions d’euros. Il est parfois évoqué une enveloppe nécessaire pouvant aller jusqu’à 20 millions d’euros. Cette relance pourra se faire avec d’anciens salariés de l’usine de Plaintel prêts à reprendre du service. En 2018, le site employait encore une quarantaine de collaborateurs, contre 300 en 2010 pour une production de plus de 200 millions de masques. Des compétences se disent disponibles.

L’ex-usine de Plaintel est actuellement occupée par d’autres activités. Il faudra donc aux protagonistes de la relance - ils misent sur un redémarrage en octobre ou novembre prochain -, trouver un nouveau site. Tandis que deux autres projets de fabrication de masques émergent dans la région.

5 lignes de production pour Les Celluloses de Brocéliande

Agromousquetaires (Intermarché) possède à Ploërmel (Morbihan) la société Celluloses de Brocéliande, spécialisée dans la fabrication notamment de changes pour bébés. Elle se lance dans celle de masques FFP2 et chirurgicaux. Elle installe cinq lignes de production pour une capacité annuelle de 135 millions de masques. Des pré-commandes ont été effectuées par l’Etat. D’après Loïg Chesnais-Girard, le président du Conseil régional de Bretagne, "la production démarrera en juillet 2020 avec une équipe de 50 salariés".

Un homme d’affaires suisse à la manœuvre

S’ajoute à ces deux vastes projets, un troisième porté cette fois par l’homme d’affaires genevois Abdallah Chatila. Il annonce travailler à la création d’une usine en Bretagne d’une capacité de 250 millions de masques par an, moyennant un investissement de 15 millions d’euros. Il aurait signé une lettre d’intention afin d’acquérir les 25 000 m² de l’ex-usine Chaffoteaux & Maury située à Ploufragan près de Saint-Brieuc (Côtes d’Armor). S’il aboutit, ce projet devrait générer la création de 120 emplois.

"Je suis étonné, indique dans un communiqué Loïg Chesnais-Girard, de la capacité d’engagement de cet industriel qui aurait signé la reprise de Chaffoteaux sans prendre aucun contact avec nous. Mais bien entendu si ce projet est viable et qu’il permet le développement de l’emploi en Côtes d’Armor, il sera regardé positivement."

Publié par Stanislas DU GUERNY Côtes-d’Armor , Bretagne, le mercredi 29 avril 2020
https://www.usinenouvelle.com


Pour en savoir plus :

- Covid-19 : La France en pénurie de masques : aux origines des décisions d’État
- Coronavirus. « J’ai été moquée, mais la solution, c’est la réponse maximale », confie Roselyne Bachelot le 20 mars 2020
- Covid-19 : En 2018, on pouvait fabriquer 200 millions de masques par an en France en Côtes-d’Armor
- Covid-19 : Une usine de masques fermée dans les Côtes d’Armor en 2018 : un crève-coeur pour l’ex-directeur
- Covid-19 : Fermée il y a deux ans, une usine bretonne produisait des millions de masques
- Covid-19 : Comment la France a sacrifié sa principale usine de masques basée en Bretagne, enquête de Radio France le 03 avril 2020
- Covid-19 : Fermée par Honeywell, l’usine bretonne de fabrication de masques en phase de relance le 10 avril 2020
- Covid-19 : Déconfinement : quel masque pour quelle protection ? le 20 avril 2020
- Covid-19 : Le projet d’usine de masques en Côtes-d’Armor prend une tournure politique le 29 avril 2020
- Covid-19 : Trois projets d’usines de fabrication de masques lancés dans la région Bretagne le 29 avril 2020
- Covid-19 : Qui sont les quatre producteurs de masques sanitaires que l’Etat va soutenir en France ?
- Covid-19 : en Bretagne et en Anjou, ces PME qui se diversifient dans les masques le 18 mai 2020