Covid-19 : Spartha Medical invente un spray anti-Covid Les applications potentielles sont multiples, des implants médicaux jusqu’au spray nasal.

, dans le réseau de Guillaume Facchi, Guillaume Hert

L’approche du chimiste qui consiste à casser les protéines de surface est un process générique et reconnu. C’est devenu l’exercice favori de l’équipe emmenée par Philippe Lavalle, directeur de recherches à l’Inserm et co-fondateur de Spartha Medical, qui procède depuis 2016 à la mise au point d’un revêtement antibactérien à base de biopolymères. Son objectif initial : le traitement des implants orthopédiques.


Les applications potentielles sont multiples, des implants médicaux jusqu’au spray nasal.

Philippe Lavalle, directeur de recherches à l’Inserm et co-fondateur de Spartha Medical procède depuis 2016 à la mise au point d’un revêtement antibactérien à base de biopolymères. Son objectif initial : le traitement des implants orthopédiques.

Mais Spartha Medical s’est réorientée dans l’urgence en mars 2020. La jeune entreprise focalise désormais ses recherches sur le coronavirus. "Nous nous sommes rendus compte que nos revêtements possédaient aussi des propriétés antivirales", déclare Philippe Lavalle.

L’attribution par l’Agence nationale de recherche (ANR) d’une aide de 200 000 euros, versée immédiatement, permettra d’accélérer cette nouvelle orientation. En association avec un second laboratoire de l’Inserm spécialisé en virologie, Spartha Medical aura validé cet été les capacités antivirales de son process baptisé TerminAmid. Les travaux seront accompagnés par l’institut Carnot MICA, un réseau de recherche publique spécialisé dans applications des matériaux pour divers secteurs dont l’automobile, le spatial, l’environnement et la santé.

JPEG - 40.7 ko
Le chercheur strasbourgeois Philippe Lavalle, dans son laboratoire de l’Inserm. (Crédits : O.Mirguet)

Soutiens publics

Spartha Medical n’a démarré son existence juridique qu’en novembre 2019, accueillie par l’incubateur public régional Semia avec les concours de la BPI (250 000 euros) et de la bourse régionale des start-ups (30 000 euros). "Entre 5 % et 10 % des implants vont s’infecter. Nous proposons une solution préventive, cela reste le coeur de notre métier", indique Philippe Lavalle. Les industriels fabricants d’implants dentaires ou orthopédiques seront les premiers clients adressés. Spartha Medical ciblera aussi des groupes pharmaceutiques (Hartmann, Urgo, Fabre) spécialistes du traitement des plaies. "Les canules de trachéotomie constituent des portes d’entrée pour les infections", rappelle Philippe Lavalle.

Le coronavirus ouvre à cette start-up strasbourgeoise (6 salariés) des débouchés supplémentaires inattendus. "Les responsables de la réanimation des hôpitaux de Strasbourg nous demandé ce que nous pouvions faire face au problème des antibiotiques qui ne fonctionnent plus. Nos revêtements biopolymères ne sont pas des antibiotiques. Nous ne serons peut-être pas prêts pour le Covid 19, mais nous serons sur le marché d’ici deux ou trois ans si la crise sanitaire doit prolonger ou se renouveler", prévoit Philippe Lavalle.

Vers un partenariat industriel

Pour permettre à l’entreprise de se développer, la stratégie consiste à réussir une première levée de fonds pour un financement d’1,5 million d’euros en fin d’année 2020 ou début 2021.

"Nous abordons une phase réglementaire qui pourrait durer plusieurs années. Les essais pré-cliniques viennent d’être réalisés avec succès sur petit animal. Nous passons immédiatement aux tests sur gros animal. Puis nous préparerons l’industrialisation en partenariat éventuel avec un grand groupe pharmaceutique. J’espère terminer ces tests très rapidement, en-dehors des phases réglementaires, parce qu’il y a urgence sur le Covid. On pourrait obtenir des passe-droit", espère Philippe Lavalle, qui présente son projet comme une réponse à certains problèmes sanitaires actuels. "Nos biopolymères déposés par spray peuvent servir à prolonger la durée d’utilisation des consommables, comme les masques de protection, ou en voie nasale pour protéger les muqueuses des personnels soignants. La commercialisation sera possible aussi dans le grand public", espère-t-il.

Spartha Medical a fixé son objectif à 300.000 euros de chiffre d’affaires en 2021. L’activité ne décollera pas avant la fin des procédures réglementaires, en 2022, avec une prévision à 7,7 millions d’euros de chiffre d’affaires.


Publié par Olivier Mirguet le lundi 27 avril 2020 sur Les Dernières Nouvelles d’Alsace https://www.latribune.fr/


JPEG - 97.9 ko
COVID Innovation @COVID_Innov · 02 avril 2020
un membre de @BioValleyFrance, @SparthaMedical développe un spray antiviral destiné à lutter contre le #COVID19 via @POCMediaNews
http://www.pocmedia.fr/spartha-medical-developpe-un-spray-antiviral-contre-le-covid-19/

Spartha Medical :

Nihal Engin Vrana, CEO - 06 59 08 17 24 - evrana@sparthamedical.eu - sparthamedical.eu


Philippe Lavalle, cofondateur

JPEG - 29.1 ko
Philippe Lavalle, cofondateur

Angela Mutschler, cofondateur

JPEG - 5.1 ko
Angela Mutschler, cofondateur

JPEG - 97 ko
Institut Carnot MICA @CarnotMica · 28 avril 2020
La start-up strasbourgeoise Spartha Medical invente un spray anti-Covid avec le soutien de l’institut @CarnotMica ! #COVID19
https://latribune.fr/regions/grand-est/spartha-medical-invente-un-spray-anti-covid-846282.html
via @latribune

Pour en savoir plus :

- CinéTech N°29 : Résistance aux antibiotiques - A la recherche de nouvelles molécules le 11 octobre 2017 à Nogent (52)
- Intelligence artificielle et santé en juillet 2018
- De nouveaux antibiotiques mis au point par un laboratoire de l’Inserm et l’Université de Rennes 1 le 9 juillet 2019
- Covid-19 : Spartha Medical développe un spray antiviral contre le Covid-19 le 02 avril 2020
- Covid-19 : Un spray anti Covid-19 développé par la start-up strasbourgeoise Spartha Medical le 21 avril 2020
- Covid-19 : Lancement d’un essai clinique pour prédire l’état des patients Covid-19 développé à Strasbourg le 25 avril 2020
- Covid-19 : Spartha Medical invente un spray anti-Covid le 27 avril 2020