Covid-19 : "On arrive au bout de nos possibilités" : au bord de la saturation, l’hôpital de Metz-Thionville tire la sonnette d’alarme le 31 mars 2020 L’appel à l’aide de Marie-Odile Saillard, directrice générale du CHR Metz-Thionville.

, dans le réseau de Philippe HENAUX, Victoria Di CARLO

La région Grand Est est l’une des plus touchées par l’épidémie de coronavirus, avec déjà 919 décès (ARS) et près de 4.000 (3.950) personnes actuellement hospitalisées.

Au moins 40 soignants de l’hôpital Mercy, de Metz-Thionville sont touchés par le coronavirus.

Certains sont même actuellement en réanimation obligeant Marie-Odile Saillard, directrice générale du centre hospitalier, à tirer la sonnette d’alarme.

La situation est critique depuis déjà 10 jours. Et nous là, on arrive au bout de nos possibilités. Il nous faut absolument arriver à transférer des patients. C’est vital”, indique-t-elle.

Selon ses calculs, il faudrait transférer 12 patients par jour pour désengorger le centre hospitalier. Mais pour le moment, seul un TGV a permis d’envoyer 11 malades dans le Sud. Marie-Odile Saillard compte donc aussi sur l’Allemagne. "Nous avons depuis le début de la semaine dernière des transferts réguliers vers l’Allemagne. Un patient, deux patients, régulièrement depuis lundi dernier", explique-t-elle.

JPEG - 55.2 ko
La situation du nord de la Lorraine est critique au matin du mardi 30 mars 2020. On savait que la région Grand Est était l’une des plus touchées par l’épidémie de covid-19, mais cela s’est encore aggravé ces dernières 24 heures. L’hôpital de Metz-Thionville est particulièrement touché, les patients continuent d’affluer et de nombreux soignants ont contracté le virus. Un médecin a même succombé à la maladie hier.
Au moins 40 soignants de l’hôpital Mercy, de Metz-Thionville sont touchés par le coronavirus. Certains sont même actuellement en réanimation obligeant Marie-Odile Saillard, directrice générale du centre hospitalier, à tirer la sonnette d’alarme.
“La situation est critique depuis déjà 10 jours. Et nous là, on arrive au bout de nos possibilités. Il nous faut absolument arriver à transférer des patients. C’est vital”, indique-t-elle.

Vers l’impossibilité d’ouvrir de nouveaux lits ?

Mais les patients affluent toujours. L’hôpital n’aura bientôt plus la capacité d’ouvrir des lits selon Sébastien Gette, chef du service réanimation.

On est au bout de la stratégie d’augmentation de lits sur le territoire. On ne pourra pas ouvrir beaucoup plus de lits dans les jours à venir. Il faut les locaux et le matériel et les ressources humaines”, affirme-t-il.

Très inquiète, la direction de l’hôpital redoute l’engorgement dans les jours à venir.

Publié par Rémi dos Santos avec Guillaume Descours le 31 mars 2020 sur https://rmc.bfmtv.com/

Coronavirus : situation très critique en Moselle, le CHR Metz-Thionville lance l’alerte

Le CHR Metz-Thionville n’aura bientôt plus de lit de réanimation disponible sur ses sites. Sa directrice Marie-Odile Saillard demande le transfert de 12 patients chaque jour.

JPEG - 83.1 ko
Le CHR Metz-Thionville n’aura bientôt plus les ressources suffisances en lits de réanimation pour faire face à la crise liée au coronavirus. (©Nicolas Zaugra/Lorraine Actu)

« Si on ne se bouge pas, dans trois ou quatre jours, ce sera Mulhouse ici ». Par ces mots, Marie-Odile Saillard, la directrice du centre hospitalier régional (CHR) Metz-Thionville, en Moselle, a exprimé son inquiétude face aux moyens restants du groupement hospitalier pour la prise en charge de patients atteints du coronavirus.

Lors d’une téléconférence de presse donnée lundi 30 mars 2020, elle a demandé « 12 transferts de patients par jour aux autorités nationales au nom des territoires de la Lorraine-nord et de la Moselle-est ».

Les lits de réanimation bientôt saturés

Pour le moment, selon Marie-Odile Saillard, « ce lundi matin 30 mars 2020, à 8h, sur les 100 lits de réanimation ouverts dans tous les établissements du CHR, ils étaient occupés par 90 patients  », soit six de plus que la veille. Elle ajoute qu’«  il y a une extrême inquiétude pour les heures qui viennent  ».

Dans la région Grand Est, plusieurs évacuations de patients vers d’autres régions, en particulier la Nouvelle-Aquitaine, les Pays de la Loire et la Bretagne, et même en Allemagne ont déjà eu lieu, notamment par le biais de TGV médicalisés.

« Nous avons toujours essayé d’avoir un coup d’avance, mais nous ne pourrons plus augmenter le nombre de lits. Nous n’avons plus le choix que de demander le transfert hors du Grand Est. »

JPEG - 60 ko
Marie-Odile Saillard, directrice du groupement hospitalier. (©Nicolas Zaugra/Lorraine Actu)

« Nous n’avons pas été pris totalement au sérieux »

De plus, pour Marie-Odile Saillard, il est urgent de désengorger le département de la Moselle, en particulier le CHR Metz-Thionville, déjà frappé par 58 décès liés au Covid-19. Les évacuations doivent se faire en dehors de la région Grand Est :

« On nous propose d’envoyer des patients à Nancy. C’est une chose, mais ça ne fait que déplacer le problème. On n’osait pas trop parler à côté de l’Alsace, mais nous n’avons pas été totalement pris au sérieux par rapport à la réalité de notre situation. Nous sommes au bout de nos réserves et cela a été pris en compte de manière trop légère. Les besoins sont ici. L’Allemagne a fait presque plus d’efforts que la France pour accueillir nos patients. »

La directrice, affirmant « être sortie de sa réserve », assure qu’«  il est grand temps qu’on sorte du silence. Il faut s’occuper de l’Alsace en premier lieu et de la Moselle ensuite, bien avant tout le reste  ». Pour mener à bien les évacuations de patients, elle dit être entrée en contact avec le directeur de l’Agence régionale de santé (ARS) du Grand Est, Christophe Lannelongue.

Publié le 30 Mars 2020 sur https://actu.fr/


JPEG - 102.3 ko
CNEWS @CNEWS · 31 mars 2020
« Là, nous sommes au bout. Je n’ai plus de possibilités d’ouverture de lits », explique la directrice du CHR de Metz-Thionville, Marie-Odile Saillard, qui lance un cri d’alarme sur les capacités de son hôpital, arrivé aujourd’hui à saturation face à l’épidémie de coronavirus.

JPEG - 75.7 ko
Info France 2 @infofrance2 · 31 mars 2020
"Nous sommes au bout de ce que nous pouvons faire."
L’appel à l’aide de Marie-Odile Saillard, directrice générale du CHR Metz-Thionville.
#covid_19 #confinementjour15

JPEG - 123.1 ko
Jean ROTTNER @JeanROTTNER · 31 mars 2020 #Covid19
Il faut entendre Marie-Odile Saillard.
Les hôpitaux de la Moselle doivent bénéficier d’un support logistique et d’évacuations sanitaires. C’est la seule possibilité pour continuer à accueillir de nouveaux patients sans perte de chance

JPEG - 91.4 ko
Gauthier MARTINEZ @gauthierpro · 31 mars 2020
#COVIDー19 | Appel à l’aide de Marie-Odile Saillard, DG du @CHR_Metz_Thion
qui explique que son #hôpital ne dispose plus de #lits de #réanimation "Il faut qu’on ait de l’aide de l’extérieur ou alors accepter d’envoyer nos patients vers des régions plus préservées". #FranceUnie

JPEG - 62.5 ko
Lorraine-Actu @LorraineActu · 30 mars 2020
#Coronavirus : la situation en #Moselle est "critique", alerte la directrice du CHR de #Metz-#Thionville Marie-Odile Saillard https://actu.fr/?p=32659907 via @actufr
https://actu.fr/societe/coronavirus/coronavirus-situation-tres-critique-moselle-chr-metz-thionville-lance-lalerte_32659907.html

JPEG - 91.8 ko
Nicolas Meilhan
@NicolasMeilhan· 8 avril 2020
L’Île-de-France & le Grand-Est restent les 2 principaux clusters avec 223 & 107 décès en 24h. Si la situation s’améliore sur les réanimations dans le Grand-Est, le pic des réanimations en Île-de-France n’est toujours pas atteint alors qu’il semble passé sur le reste de la France

Pour en savoir plus :

- Alsace et Lorraine main dans la main le 11 février 2019 pour décrocher le sésame "Capitale French Tech"
- Le KM0 à Mulhouse rapproche les mondes de l’industrie et du numérique en février 2020
- Covid-19 : Solidarité de l’Union européenne, de l’Allemagne et de la France, pour soulager les hôpitaux du Grand-Est surchargés de patients COVID19 le 22 mars 2020
- Covid-19 : Jean Rottner : « C’est un rouleau compresseur qui nous est arrivé dessus » le 23 mars 2020
- Covid-19 : « Au CHU de Nancy, la digue tient » le 23 mars 2020
- Covid-19 : Les Hôpitaux de Paris craignent une pénurie de médicaments en réanimation le 27 mars 2020
- Covid-19 : 6e semaine, L’activité est toujours soutenue à Mulhouse le 30 mars 2020
- Covid-19 : En Haute-Marne, le nombre de cas continue d’augmenter : « Le confinement doit être respecté » le 11 avril 2020