Covid-19 : Les Vosges à jamais une terre de textile La fabrication vosgienne résiste à la concurrence brutale de certains pays de l’Est ou d’Asie.

, dans le réseau de Arounie Tavenet

Malgré les fermetures de nombreuses usines, le textile et les Vosges demeurent étroitement liés. Dans le département, plusieurs acteurs continuent de se battre pour faire vivre la fabrication locale. « Vosges Terre Textile », « made in Hautes-Vosges », « fabriqué dans les Vosges », « Je vois la vie en Vosges ». Et ça marche.


Le « 100 % Vosges », ou même « 100 % Hautes-Vosges » pour certains, n’est pas seulement une philosophie. C’est un vrai cheval de bataille industriel qui rassemble des amoureux du massif vosgien, de son savoir-faire et de cette fabrication qui fit autrefois sa gloire, bien au-delà des frontières de la Lorraine. Grâce notamment au label « Vosges Terre Textile », la fabrication vosgienne a encore de beaux jours devant elle et résiste à la concurrence brutale de certains pays de l’Est ou d’Asie. Et les consommateurs ne s’y trompent pas…

L’une des dernières sociétés à avoir rejoint la bataille du « 100 % Vosges  », en 2016, est Le Drap Français, dont la production est ainsi répartie : tissage au Thillot, ennoblissement à Gérardmer et confection à La Bresse. Son patron, Eddy Chevrier, qui aime parler de « made in Hautes-Vosges », affiche fièrement cette fabrication locale.

« Le consommateur est friand de produits français. Le problème est que, face à nous, un panel de gens disent faire du made in France mais n’en font pas. C’est très compliqué de se démarquer parce qu’à partir du moment où les gens voient un drapeau bleu blanc rouge ou ‘’Fabriqué en France’’, ils pensent que c’est made in France. Un doute s’est installé dans la tête des gens. Alors quand on nous demande, je propose de venir visiter le tissage, l’ennoblissement et la confection. Nous, ce que l’on sait faire, est entièrement made in Vosges. Mais on ne pourra pas être 100 % made in France, car la matière première ne l’est pas », explique-t-il. Chez lui, on fabrique du linge de lit haut de gamme. Avec des prix bien au-delà de celui de produits d’importation, mais « qui restent accessibles car on travaille uniquement sur Internet  », précise Tiffanie Michel, responsable du digital.

JPEG - 85.7 ko
Paul de Montclos, PDG de Garnier-Thiebaut à Gérardmer et président du label « Vosges Terre Textile », est un des défenseurs du « fabriqué dans les Vosges ». Une philosophie qu’il porte au quotidien. (Photo Jérôme Humbrecht)

Une vingtaine d’entreprises labélisées

À l’image du Drap Français, les Vosges regorgent de belles entreprises qui produisent sur place. Garnier-Thiebaut, Bleuforêt, Berjac, Blanc des Vosges, Maille Verte des Vosges, Valrupt, Tissus Gisèle ou encore Tenthorey. Le label « Vosges Terre Textile » regroupe une vingtaine de sociétés. « Les entreprises qui ont le label se portent mieux globalement, ce qui ne veut pas dire qu’elles vont toutes bien. Elles ont toutes un projet, ont retrouvé un dynamisme et réussi à redonner une bonne image de leur filière. Avec parfois des manières détournées comme la Route du textile ou les mini-films qui font que les consommateurs se disent que cette filière n’est pas poussiéreuse mais plutôt moderne  », explique Paul de Montclos, l’emblématique PDG de Garnier-Thiebaut et président du label. Lui a été l’un des premiers à porter haut le drapeau du « 100 % Vosges  ». Beaucoup le suivent dans cette idéologie.

Dernièrement, c’est le conseil départemental des Vosges qui a marqué le coup en mettant son « Je vois la vie en Vosges » à disposition de certaines entreprises avec une licence de marque. Une collection de produits de qualité fabriqués dans le département (ou ailleurs en France pour quelques-uns quand les Vosges ne disposaient plus de fabriques) est née.

Les responsables de la marque ont enregistré des ventes records dès les premières semaines et remis en production des bonnets et autres objets de la gamme. Preuve que le consommateur, comme les industriels, jouent le jeu et font résister la filière du textile vosgien. Leur fierté.

Publié par Anthony RIVAT le 03 mai 2020 sur https://c.estrepublicain.fr/

JPEG - 112.1 ko
Vosges terre textile @VosgesTT · 1 avril 2020 [ A lire dans @LesEchos ]
Extrait de l’interview de notre Président, Paul de Montclos :
"Défenseur de longue date de la production en circuit court (les #Vosges), il voit dans la crise actuelle l’occasion de repartir enfin sur des bases plus saines"
Paul de Montclos porte le masque « made in Vosges » le 02 avril 2020

Pour en savoir plus :

- Il faut tirer les conséquences de la dépendance de l’approvisionnement chinois en mars 2020
- Covid-19 : le jour d’après : Couper le cordon avec l’Asie pour éviter la pénurie de médicaments
- Covid-19 : Le gouvernement veut accélérer la production de masques, l’industrie sous pression le 30 mars 2020
- Covid-19 : Emmanuel Macron veut « rebâtir » l’indépendance économique de la France le 31 mars 2020
- Covid-19 : Deux entreprises vosgiennes s’unissent pour fabriquer des masques le 30 mars 2020
- Covid-19 : la filière textile enclenche la production de masques à grande vitesse
- Covid-19 : Pour le « jour d’après », Jean Rottner souhaite valoriser les productions de proximité, le « Grand Est inside » le 03 avril 2020
- Covid-19 : Paul de Montclos porte le masque « made in Vosges » le 02 avril 2020
- Covid-19 : Mobilisée pour fabriquer des masques, la filière textile vosgienne espère un retour d’ascenseur le 08 avril 2020
- Covid-19 : Le textile vosgien peut-il se relancer après la crise sanitaire ? le 25 avril 2020
- Covid-19 : Les Vosges à jamais une terre de textile le 03 mai 2020
- Covid-19 : BB Distribe, dans les Vosges, va signer un contrat avec l’Etat pour la production de masques de protection le 11 mai 2020
- Covid-19 : Blanc des Vosges mise sur l’attrait pour le textile français le 14 mai 2020