Covid-19 : Le groupe parisien Adova produit des masques dans ses usines de Mer, Saint-Amand-les-Eaux, Roanne et Bar-sur-Aube 1 800 masques par jour à Bar-sur-Aube

, dans le réseau de Alice GILBERT , Améry LAVAIRE

Les salariés Adova (Simmons, Treca, Diva) mobilisés pour produire des masques. Adova a soumis, pour approbation, des masques conçus par ses bureaux d’étude à la DGA, en vue d’une production de ces modèles afin de pallier les besoins du grand public. L’usine de literie Simmons de Bar-sur-Aube produit actuellement 1 800 masques par jour.


Dans ce contexte de crise sanitaire, l’usine de literie Simmons à Bar-sur-Aube (10) du département de l’Aube en région Grand Est, s’est lancée début avril 2020 dans la production de masques à l’usage des professionnels. La bonneterie troyenne Chanteclair (10) fournit les matières et collecte ensuite les équipements réalisés dans l’usine auboise et les distribue à l’administration locale en charge de les répartir entre les organismes prioritaires.

Le groupe Adova (Paris, 75) a en outre mobilisé depuis mi avril 2020 ses sites Treca, Simmons et Diva-de-Mer (41) située dans le département de Loir-et-Cher en région Centre-Val de Loire, Saint-Amand-les-Eaux (59) située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France et Roanne (42) dans le département de la Loire, en région Auvergne-Rhône-Alpes, pour augmenter rapidement la production.

L’usine de literie Simmons de Bar-sur-Aube produit actuellement 1 800 masques par jour, depuis le 7 avril 2020. Trois autres sites du groupe (Treca et Diva, ainsi qu’une autre usine Simmons) sont mobilisés pour augmenter rapidement la production.

C’est en association avec la bonneterie Chanteclair, entreprise historique de textile située à Troyes, que le groupe Adova a développé plusieurs lignes de production de masques dans son usine de Bar-sur-Aube : les matières sont fournies par la première, qui collecte ensuite les équipements réalisés par le groupe Adova, et les distribue à l’administration locale en charge de les répartir entre les organismes prioritaires.

JPEG - 88.6 ko
Le groupe parisien Adova produit des masques dans ses usines de Mer, Saint-Amand-les-Eaux, Roanne et Bar-sur-Aube, où elle s’est associée à la bonneterie troyenne Chanteclair

Un effort collectif

Les salariés de l’usine de Bar-sur-Aube, qui produit habituellement des sommiers et matelas estampillés Simmons, se sont mobilisés très rapidement pour s’impliquer dans ce projet et participer à l’effort collectif… Les premières pré-séries des masques ont été réalisées il y a quelques jours, début avril. Aujourd’hui, deux équipes de 9 personnes travaillent de 5 h à 21 h, afin de produire chaque jour 1 800 masques homologués de catégorie 1, à usage des professionnels en contact avec le public.

Depuis le 16 avril 2020, Adova Group mobilise 3 autres sites – Mer, Saint-Amand-les-Eaux et Roanne – qui produisent pour Treca, Simmons et Diva. En parallèle, le groupe a soumis, pour approbation, des masques conçus par ses bureaux d’étude à la DGA, en vue d’une production de ces modèles afin de pallier les besoins du grand public.

Publié le 17 avril 2020 dans le Courrier du Meuble

Contact :
http://adova-group.com/fr

N°1 de la literie en Europe, ADOVA veut réveiller le marché des matelas et des canapés dépliables à grand renfort de technologies. Jacques Schaffnit (Polytech Clermont Ferrand 86, IAE 87), Président du Directoire du groupe, dévoile les coulisses de cette transformation aussi bien numérique que managériale.

JPEG - 8.7 ko
Jacques Schaffnit Président du Directoire du groupe ADOVA.

Pour être le leader dans son secteur, Jacques Schaffnit n’a pas hésité à secouer les habitudes de collaborateurs… et ses habitudes de managers ! Son objectif : développer une culture d’entreprise mêlant diversité et la communication. « L’intergénérationnel est un élément clé de nos équipes car il est essentiel pour une société d’être le reflet de la France. La communication est aussi un de nos piliers. En tant que top manager, je souhaite partager clairement notre stratégie et offrir un regard concret sur notre situation. C’est essentiel pour atteindre les objectifs commerciaux et industriels que nous nous sommes fixés. Ici, pas de non-dits, nous pouvons tout nous dire. » Le collaborateur occupe ainsi une place centrale chez ADOVA. «  Une entreprise, ce n’est pas que des produits, c’est aussi ceux qui les fabriquent.  » Jacques Schaffnit met un point d’honneur à mettre en avant ses équipes. « Nous avons à cœur d’accompagner nos équipes pour se développer professionnellement et personnellement avec nous. Les aider à trouver cet équilibre, voilà notre ambition. »

Au cœur de l’industrie du futur

La proximité est donc le maitre-mot d’ADOVA. Son Président du Directoire s’illustre ainsi comme un fervent défenseur du made in France, un objectif qu’il entend atteindre grâce à la technologie. « Nous avons développé un plan très ambitieux qui se traduit par la refonte de nos bâtiments pour créer les premières usines 4.0. Nous impliquons les étudiants et les jeunes diplômés dans ce projet, car ils représentent le savoir-faire français. » Grâce à un partenariat avec l’Université de Technologie de Troyes, ADOVA entend d’ailleurs rendre à l’industrie française ses lettres de noblesse. « La France possède le savoir-faire intellectuel et manuel. Avec la refonte de nos sites de productions, nous restons compétitifs. » Digitalisation des process, prévention des risques et des pannes, commande automatique des pièces de remplacement lorsqu’une machine est défectueuse… Qu’on se le dise, travailler pour ADOVA, c’est être acteur de la révolution industrielle !


Pour en savoir plus :

- Il faut tirer les conséquences de la dépendance de l’approvisionnement chinois en mars 2020
- Covid-19 : Le gouvernement veut accélérer la production de masques, l’industrie sous pression le 30 mars 2020
- Covid-19 : Emmanuel Macron veut « rebâtir » l’indépendance économique de la France le 31 mars 2020
- Covid-19 : la filière textile enclenche la production de masques à grande vitesse
- Covid-19 : Pour le « jour d’après », Jean Rottner souhaite valoriser les productions de proximité, le « Grand Est inside » le 03 avril 2020
- Covid-19 : La course pour faire renaître de ses cendres l’industrie française des masques le 04 avril 2020
- Covid-19 : Déconfinement : quel masque pour quelle protection ? le 20 avril 2020
- Covid-19 : Bugis tricote une filtration à 90% le 28 avril 2020
- Covid-19 : Compositex colle trois matériaux le 28 avril 2020
- Covid-19 : Avec Bugis et Compositex, des masques aubois innnovants pour lutter contre l’épidémie
- Covid-19 : la bonneterie Chanteclair confectionne exclusivement des masques le 09 avril 2020
- Covid-19 : Le masque du Président a été fabriqué par la bonneterie Chanteclair, basée à Saint-Pouange, dans l’Aube, le 05 mai 2020.
- Covid-19 : En visite à Poissy, Emmanuel Macron portait un masque Chanteclair made in Aube, le 05 mai 2020
- Covid-19 : Tekyn produira bientôt 3 millions de masques par mois à Saint-Denis le 07 mai 2020
- Covid-19 : Le groupe parisien Adova produit des masques dans ses usines de Mer, Saint-Amand-les-Eaux, Roanne et Bar-sur-Aube le 17 avril 2020