Covid-19 : Le gouvernement veut accélérer la production de masques, l’industrie sous pression le 30 mars 2020 Les années de délocalisations d’industries lourdes et de transferts de technologies à l’étranger ont laissé la place à une économie du tertiaire.

, dans le réseau de Christophe Juppin

Face à la pénurie de masques, le gouvernement veut mobiliser l’appareil productif français pour accroître la production. L’objectif est de passer d’une production de 15 millions de "FFP2" par mois à 40 millions en avril. Mais avec les mesures de confinement, une industrie fragilisée et des travailleurs sous tension, la mobilisation pourrait être plus complexe que prévu. Les années de délocalisations d’industries lourdes et de transferts de technologies à l’étranger ont laissé la place à une économie du tertiaire.


L’urgence sanitaire s’amplifie. Alors que le bilan humain s’alourdit de jour en jour sur le territoire français et partout en Europe, le gouvernement veut accélérer la production de masques et gel hyrdroalcoolique. Lors d’un point presse ce lundi 30 mars 2020, la secrétaire d’Etat Agnès Pannier-Runacher a précisé le plan de bataille de l’exécutif.

"L’objectif est de mobiliser l’appareil productif français sur les masques. Nous assistons à une multiplication des volumes de consommation très élevée. Des défis ont été lancés à l’industrie textile de la filière mode pour produire des masques. Il s’agit de mobiliser des grandes entreprises mais aussi des entreprises d’insertion, le ministère de la Santé et le ministère des Armées. Le but est une massification de la production de masques. La mobilisation se fait main dans la main entre le secteur public et le secteur privé".

De son côté, le Premier ministre Edouard Philippe avait réuni ce lundi matin 30 mars 2020 de nombreux acteurs économiques pour faire le point "sur le fonctionnement de l’outil industriel et sur la mobilisation de l’industrie française au service de notre dispositif sanitaire". Malgré l’effort du gouvernement pour s’expliquer sur la gestion de la crise sanitaire, avec une conférence de presse fleuve samedi du chef du gouvernement et du ministre de la Santé, le niveau de confiance dans l’exécutif est en nette baisse, selon un sondage OpinionWay diffusé lundi 30 mars 2020.

La France compte actuellement quatre principaux sites de production de masques FFP2 sur le territoire français. Il s’agit de Valmy (Segetex-EIF), Macopharma, Paul Boyé Technologies et Kolmi Hopen (Medicom).

L’objectif du gouvernement est de passer d’une production de 15 millions de masques FFP2 par mois à 40 millions en avril 2020, selon des documents communiqués par Bercy. Cette catégorie est réservée aux professionnels de santé a rappelé Agnès Pannier-Runacher. "Il faut assurer l’acheminement des matières premières"a-t-elle ajouté.


JPEG - 119.6 ko
Manuel Bompard @mbompard · 31 mars 2020
Jusqu’à sa fermeture il y’a 2 ans, l’entreprise Sperian à Plaintel (22) pouvait produire presque 1 million de masques par jour. Elle a été rachetée par l’américain Honeywell puis délocalisée. Les machines ont été détruites. Alertés à l’époque, #Macron et #Lemaire n’ont rien fait.
Covid-19 : Une usine de masques fermée dans les Côtes d’Armor en 2018 : un crève-coeur pour l’ex-directeur

Plus de 150 entreprises et groupements d’entreprises ont d’ores et déjà proposé des solutions de masques alternatifs.

La seconde catégorie qualifiée de masques alternatifs a pour but de protéger les salariés employés dans le monde du travail. "L’Agence de sécurité des médicaments et des produits de santé et le ministère de la Défense ont mis en oeuvre un nouveau cahier des charges pour un usage professionnel en contact avec le public comme les forces de l’ordre, les hôtesses de caisse". A l’intérieur de cette catégorie, figure un dernier modèle de masque. Il s’agit des masques de protection à visée collective pour protéger l’ensemble d’un groupe, relativement moins efficaces que les deux autres modèles.


JPEG - 111.6 ko
Brice Bachon @BriceBachon · 31 mars 2020
Depuis le 24 mars 2020 l’usine historique de @LACOSTE à #Troyes produit et distribue gratuitement 4000 masques par jour, aux commerçants et entreprises de l’agglomération. #Reportage #LeCroco @France3CA

<clear1

Un appel à propositions

Pour tenter de faire face à la pénurie, la direction générale des entreprises implantée au ministère de l’Economie a lancé un appel à proposition. "Plus de 150 entreprises et groupements d’entreprises ont d’ores et déjà proposé des solutions alternatives. Ces propositions ont fait l’objet de tests conduits par la direction générale des armées, conduisant au 30 mars 2020 à la validation de 85 prototypes proposés par 45 entreprises répondant aux exigences respectives de ces deux catégories", souligne le dossier de presse.

Des ponts aériens

La France multiplie les ponts aériens pour tenter de pallier la pénurie de masques. Encore ce lundi, un avion cargo transportant une dizaine de millions de masques médicaux a atterri à l’aéroport de Paris-Vatry (Marne) dans le cadre du "pont aérien" entre la Chine et la France pour faire face à l’épidémie de Covid-19, a constaté un photographe de l’AFP. Il fait suite à la livraison dimanche 29 mars 2020 d’un autre avion cargo d’Air France, affrété par le logisticien Bolloré. Il a atterri à l’aéroport de Roissy, lui aussi en provenance de Chine et convoyant 5,5 millions de masques médicaux.

Des risques sanitaires

Reste que la mobilisation lancée par le gouvernement devrait se confronter à plusieurs difficultés. Le renforcement des mesures de confinement depuis 15 jours exacerbe les tensions sur le marché du travail. Plusieurs secteurs sont confrontés à des droits de retrait des salariés. Ces dernières semaines, les craintes dans le secteur du bâtiment et de la grande distribution ont mis en exergue toutes les difficultés pour les employeurs à faire appliquer des règles de sécurité sanitaire strictes. En outre, de nombreux salariés dans l’industrie redoutent de se rendre sur leur lieu de travail par peur d’être contaminés. Enfin, la fermeture des établissements scolaires rend difficilement compatible la vie professionnelle et la garde et l’éducation des enfants.

Des années de désindustrialisation

Au final, les facteurs de retard pris par la France sont multiples et les responsabilités partagées. Sur la question du retard, la ministre a évoqué "le temps nécessaire de bouclage de la recherche et développement pour les nouveaux prototypes". En outre, le tissu économique tricolore s’est considérablement transformé ces dernières années. Le poids de l’industrie dans la valeur ajoutée a considérablement diminué au profit des services. Les années de délocalisations d’industries lourdes et de transferts de technologies à l’étranger ont laissé la place à une économie du tertiaire. Les sites de production textiles ont déménagé dans dans des pays à bas coûts. Pour répondre aux besoins urgents de la population, l’outil productif hexagonal paraît donc bien désarmé.

Publié par Grégoire Normand le 30 mars 2020 sur https://www.latribune.fr/

JPEG - 113.8 ko
Lionel COSTES @COSTESLionelEr · 1 avril 2020
"L’histoire retiendra que c’est depuis la filiale d’un groupe canadien qu’@EmmanuelMacron a battu le rappel, mardi 31 mars 2020, pour « rebâtir notre souveraineté nationale et européenne »" :
https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/04/01/emmanuel-macron-veut-rebatir-l-independance-economique-de-la-france_6035160_3234.html
Covid-19 : Emmanuel Macron veut « rebâtir » l’indépendance économique de la France le 31 mars 2020


JPEG - 101.6 ko
BioValley France @BioValleyFrance · 07 avril 2020
I #COVID19 I Polymix propose des matières premières thermoplastiques et élastomères dédiées à la fabrication de matériel médical (masques, gants, thermomètres, appareils respiratoires, appareils 3D...). https://www.biovalley-france.com/wp-content/uploads/2020/04/matires-premires-covid-19-1.pdf
#solidarité #soutien #santé #BioValleyFranceMember
JPEG - 50.2 ko
Courvoisier Avocat @JuliaCourvoizzz · 7 avril 2020
Notre système de santé, financé par des taxes et impôts parmi les plus élevés du monde, dépend donc de la Chine à 80%. Que ce soit pour les masques ou les médicaments. Et j’en passe ! Je vous assure qu’après le confinement, ça va valser à l’Elysée. #DehorsLesRomano #Voyous
JPEG - 87.6 ko
Vosges terre textile @VosgesTT · 2 avril 2020 [ Fantastique Chaîne de #Solidarité ]
Dans les #Vosges, ce sont 13 ateliers de confection qui se sont organisés pour confectionner des #masques anti-émissions
Bravo et Merci aux couturier(e)s qui se #mobilisent quotidiennement et #bravent leur peur du #virus !!


Pour en savoir plus :

- Y a-t-il un risque pour l’approvisionnement en médicaments en février 2020 ?
- Il faut tirer les conséquences de la dépendance de l’approvisionnement chinois en mars 2020
- Covid-19 : le jour d’après : Couper le cordon avec l’Asie pour éviter la pénurie de médicaments
- Covid-19 : Le gouvernement veut accélérer la production de masques, l’industrie sous pression le 30 mars 2020
- Covid-19 : « Produire en France » : le virage souverainiste de Macron suscite l’ironie des oppositions le 31 mars 2020
- Covid-19 : Emmanuel Macron veut « rebâtir » l’indépendance économique de la France le 31 mars 2020
- Covid-19 : la filière textile enclenche la production de masques à grande vitesse
- Covid-19 : Paul de Montclos porte le masque « made in Vosges » le 02 avril 2020
- Covid-19 : La course pour faire renaître de ses cendres l’industrie française des masques le 04 avril 2020
- Covid-19 : Déconfinement : quel masque pour quelle protection ? le 20 avril 2020