Covid-19 : Le fabricant de masques de protection Valmy croule sous les commandes Cette crise aura un impact fort sur les décideurs

, dans le réseau de Adrien Poggetti

Valmy (Segetex-EIF), le fabricant roannais de masques à particules a enregistré un an de commandes en une semaine et a doublé dans le même temps le nombre de demandes qui arrivent actuellement du monde entier. Face à la crise du coronavirus, le recrutement d’une cinquantaine de personnes est prévu pour assurer la production.


Un an de commandes en une semaine.

Nicolas Brillat est un directeur d’exploitation heureux. A la tête de Valmy, fabricant d’équipements de protection individuelle, il exporte une fabrication française de masques de protection respiratoire. Et force est de constater, que le coronavirus qui frappe la Chine, et principalement la région de Wuhan, fait les affaires de l’entreprise dont l’usine de fabrication a été créée en 2005, à Mably.

Si la demande explose côté chinois, elle est principalement liée à la période du Nouvel an où les usines sont traditionnellement fermées dans le pays. Un contexte qui amène donc la Chine à se tourner vers d’autres fournisseurs pour être en capacité de livrer sa propre population. A raison d’un besoin par personne de deux à quatre masques par jour, Valmy a enregistré en une semaine, un an de commandes, « et le double en demandes », précise le dirigeant qui a repris l’entreprise familiale en septembre 2016 et qui reste suspendu à l’activation du plan de pandémie par l’Angleterre. Avec de nouvelles demandes possibles.

Pour répondre à l’afflux de commandes, Nicolas Brillat recrute d’ores et déjà une cinquantaine d’opérateurs en CDD d’une durée de trois à six mois. Douze missions d’immersion ont eu lieu la semaine dernière donnant lieu à trois contrats signés. Si actuellement deux équipes couvrent la plage horaire de 5 h à 21 h, deux nouvelles équipes sont attendues les nuits et les week-ends pour répondre à la demande en premier lieu européenne et chinoise, mais en provenance aussi de l’Inde, de l’Algérie, du Canada et de l’Egypte. Des investissements en matériels de l’ordre de 80 000 € sont dès maintenant prévus.

« Cette crise aura un impact fort sur les décideurs, confie Nicolas Brillat. Ils devront changer de stratégie et diversifier leurs sources d’approvisionnement. »

Un programme d’investissements en réflexion

Avec 2 000 m2 d’atelier et autant de stockage, un programme d’investissements est en cours de chiffrage. Dans un environnement qu’il sait mouvant, le jeune dirigeant ne s’interdit rien. Ni de faire des travaux pour s’agrandir, ni de se développer en favorisant une croissance externe, «  l’objectif étant de passer de vingt salariés actuellement, à 35 - 40 à moyen terme.  » Valmy, qui est détenue depuis octobre 2017 par la famille Suissa, qui dirige également Segetex, fabricant et distributeur de produits non-tissés à usage unique, a misé sur son service recherche et développement pour conquérir des parts de marché. Récemment elle a remporté un appel d’offres de trois ans auprès de la centrale UniHA, une coopérative d’acheteurs hospitaliers publics français.

En poursuivant l’objectif d’offrir des masques avec la protection la plus haute et la résistance respiratoire la plus faible, pour ne pas dépasser un certain seuil de difficulté respiratoire, l’entreprise alimente habituellement le marché européen dans le secteur de l’industrie, et du médical qui représente 40 % de son chiffre d’affaires. Des masques de protection contre les particules ainsi que contre diverses maladies transmissibles dans l’air, et dont la norme EN149 définit trois classes d’efficacité FFP1, FFP2 et FFP3. En 2019, l’entreprise a réalisé 3 M€ de chiffre d’affaires. 2020, s’annonce d’ores et déjà extraordinaire.

Stéphanie Véron

JPEG - 77 ko
Face à la crise du coronavirus, le recrutement d’une cinquantaine de personnes est prévu pour assurer la production.

En bref

En 2003, Vianney Brillat, père du dirigeant actuel rachète Delta Industrie, puis crée en 2005 une usine de fabrication. En mai 2017, le tribunal de commerce de Roanne place Valmy-Deltalyo en redressement judiciaire, une décision assortie d’une période d’observation de six mois. En septembre de la même année, Segetex-EIF rachète l’entreprise familiale. Nicolas Brillat la dirige depuis septembre 2016.


Publié par Stéphanie Véron le 04 février 2020 dans https://www.lessor42.fr


JPEG - 132.9 ko
Emmanuel Macron @EmmanuelMacron · 3 mars 2020
Nous réquisitionnons tous les stocks et la production de masques de protection. Nous les distribuerons aux professionnels de santé et aux Français atteints par le Coronavirus.

JPEG - 79 ko
L’entreprise Valmy SAS située dans la Loire est l’une des rares en France à produire des masques de protection, un objet qui suscite toutes les convoitises depuis l’apparition du Covid-19.
Le directeur de la société Nicolas Brillat a dû prendre des mesures pour faire face à une demande extrêmement forte. "On a triplé les effectifs, on est passé de 17 personnes à bientôt 55" indique-t-il, alors que sa production est désormais "dix à onze fois supérieure" à ce qui se fait en temps normal. Des machines à l’arrêt depuis 2013 ont été remises en service pour subvenir à la demande.(06 mars 2020)
https://fr.euronews.com/2020/03/05/covid-19-face-a-la-requisition-de-masques-les-fabricants-s-adaptent
JPEG - 100 ko
French Tex Officiel @FrenchTexOff · 05 mai 2020 #Lefildactu
« Le savoir-faire des couturières avait presque disparu, mais certaines usines ont dû embaucher massivement à cause de la crise sanitaire.(…) »
#Textile #Masque #Protection #Solidarité #Industrie #COVID19
https://www.lci.fr/emploi/video-production-de-masques-les-couturieres-a-la-rescousse-2152803.html

Pour en savoir plus :

- Y a-t-il un risque pour l’approvisionnement en médicaments en février 2020 ?
- Il faut tirer les conséquences de la dépendance de l’approvisionnement chinois en mars 2020
- Covid-19 : le jour d’après : Couper le cordon avec l’Asie pour éviter la pénurie de médicaments
- Covid-19 : Le fabricant de masques de protection Valmy croule sous les commandes le 04 février 2020
- Covid-19 : pour le PDG de Kolmi-Hopen, « la demande de masques va durer » le le 01 mars 2020
- Covid-19 : Les fabricants de masques sanitaires retrouvent (provisoirement) le sourire le 2 mars 2020
- Covid-19 : La société Valmy, dans la Loire, croule sous les commandes de masques le 3 mars 2020
- Covid-19 : la filière textile alsacienne se mobilise pour fabriquer des masques le 24 mars 2020
- Covid-19 : Le gouvernement veut accélérer la production de masques, l’industrie sous pression le 30 mars 2020
- Covid-19 : masques, des entreprises du Grand Est se fédèrent pour les fabriquer le 30 mars 2020
- Covid-19 : Emmanuel Macron veut « rebâtir » l’indépendance économique de la France le 31 mars 2020
- Covid-19 : « Produire en France » : le virage souverainiste de Macron suscite l’ironie des oppositions le 31 mars 2020
- Covid-19 : la filière textile enclenche la production de masques à grande vitesse
- Covid-19 : Pour le « jour d’après », Jean Rottner souhaite valoriser les productions de proximité, le « Grand Est inside » le 03 avril 2020
- Covid-19 : La PME lyonnaise Ouvry produit un masque réutilisable 100 fois et vise 1 million d’unités par semaine, le 10 avril 2020
- Covid-19 : Déconfinement : quel masque pour quelle protection ? le 20 avril 2020