Covid-19 : Lancement d’un essai clinique pour un test salivaire de dépistage rapide à Montpellier Un test salivaire de dépistage rapide nécessitant un besoin très faible en réactifs.

, dans le réseau de Sandrine Jullien-Rouquié, Valérie RANDÉ

Depuis le 11 avril 2020, une étude clinique pour tester la performance du nouveau test de dépistage EasyCov a démarré au CHU de Montpellier. Ce test salivaire, ne nécessitant pas de matériel lourd et promettant des résultats rapides, pourrait faire l’objet du développement d’une version grand public. La sportech montpellier Vogo pourrait aussi avoir un rôle à jouer. Explications.


Un consortium français, composé de scientifiques du CNRS travaillant au laboratoire Sys2Diag (alliance CNRS et Alcediag/Alcen), de la société de biotechnologie SkillCell (filiale d’Alcen), de la société Vogo et du CHU de Montpellier, se lance lui aussi dans la course au dépistage du Covid-19.

Depuis le 11 avril 2020, une étude clinique pour tester la performance du nouveau test de dépistage EasyCov a été lancée au CHU de Montpellier. L’objectif : mettre sur le marché un test salivaire de diagnostic du virus Covid-19 simple d’utilisation et ne nécessitant pas l’emploi de matériel lourd, permettant donc un dépistage rapide et massif. Autre atout : un besoin très faible en réactifs.

Le test salivaire a déjà été testé et validé avec de l’ARN viral isolé au laboratoire Sys2Diag (CNRS/Alcen) et avec du virus actif au Centre d’études des maladies infectieuses et pharmacologie anti-infectieuse (CNRS/Université de Montpellier).

Résultats attendus fin avril 2020

L’étude clinique en double aveugle va permettre de tester 180 personnes, des patients testés positifs au Covid-19 et du personnel soignant hospitalier supposé négatif.

« Le test EasyCov est réalisable simplement, sans laboratoire : il suffit de prélever de la salive, l’un des principaux vecteurs du virus, et de la placer avec les réactifs à 65°C pendant 30 minutes, explique le consortium sur le site du CNRS. Le personnel soignant peut alors lire le résultat à l’œil nu. A la différence de la méthode de test de référence qui demande plusieurs heures de traitement en laboratoire et nécessite des équipements et réactifs importants... Les analyses de présence d’ARN viral spécifique du SARS-CoV-2 seront faites en parallèle avec une méthode conventionnelle. La sensibilité et la spécificité d’EasyCov pourront aussi être optimisées grâce aux résultats de l’étude qui sont attendus pour la fin avril. »

Si les résultats de cette étude clinique s’avèrent concluants, le consortium prévoit la mise en place rapide d’une chaîne de production qui, selon le consortium, pourrait être prête pour un déploiement auprès des personnels soignants dès le mois de mai.

Via une application smartphone

Le consortium ambitionne le développement d’une version grand public d’Easycov, avec l’industrialisation d’un dispositif nomade de chauffe si le test nécessitait toujours une incubation à 65°C.

Parce qu’il s’agirait alors de répondre aux exigences d’un dépistage massif de la population, la société montpelliéraine Vogo, spécialisée dans les systèmes de communication audio et vidéo en environnement à forte densité humaine pour l’univers du sport (enceintes sportives par exemple), est en charge du développement et du lancement de l’outil technologique (une application smartphone) qui permettrait d’automatiser l’analyse des résultats par la lecture colorimétrique du test EasyCov, exploitant ses technologies propriétaires de traitement d’images, des réseaux et de l’intelligence artificielle.

Ce projet mobilise actuellement environ 25 % de ses équipes R&D.

« Nous sommes en ordre de marche pour apporter notre contribution à ce projet stratégique tout en maintenant le cap dans notre feuille de route R&D sur notre cœur de métier, déclare Christophe Carniel, co-fondateur et P-dg de Vogo. La mise à disposition à grande échelle de ce test jouerait également un rôle important dans le retour à une situation normale permettant de ré-envisager la tenue d’événements sportifs et culturels à forte densité humaine aujourd’hui impossible. Et c’est là aussi un enjeu important pour notre industrie et notre entreprise. »

Publié par Cécile Chaigneau le 14 avril 2020 sur https://objectif-languedoc-roussillon.latribune.fr


JPEG - 59.2 ko
Valerie Randé @ValRANDE · 16 avril 2020
Covid-19 : une étude clinique pour un test salivaire de dépistage rapide à Montpellier
https://objectif-languedoc-roussillon.latribune.fr/innovation/innovation-medicale/2020-04-14/covid-19-une-etude-clinique-pour-un-test-salivaire-de-depistage-rapide-a-montpellier-845094.html via @LaTribuneMtp

Pour en savoir plus :

- Covid-19 : Mais qui est le professeur Raoult, possible vainqueur du Coronavirus fin février 2020 ?
- 5 choses à savoir sur le covid-19 avec l’expert des virus à Reims le 10 mars 2020
- Covid-19 : à Marseille, les résultats prometteurs des essais cliniques à l’hydroxychloroquine le 21 mars 2020
- Covid-19 : Lancement d’un essai clinique européen, baptisé Discovery, contre le Covid-19 le 22 mars 2020
- Covid-19 : Lancement d’un essai clinique baptisé Hycovid, contre le Covid-19 le 31 mars 2020
- Covid-19 : Spartha Medical développe un spray antiviral contre le Covid-19 le 02 avril 2020
- Covid-19 : Lancement d’un essai clinique baptisé "Coviplasm" pour tester l’efficacité de la transfusion de plasma de patients le 7 avril 2020
- Covid-19 : un essai clinique "Monaco" avec du sang de ver marin démarre en France
- Covid-19 : Lancement d’un essai clinique pour un test salivaire de dépistage rapide à Montpellier le 11 avril 2020
- Covid-19 : Lancement d’un essai clinique pour prédire l’état des patients Covid-19 développé à Strasbourg le 25 avril 2020