Covid-19 : L’industrie textile vosgienne produit 250.000 masques par semaine Depuis la fin mars 2020, les industries du textile vosgien se consacrent uniquement à la production de masques de protection

, dans le réseau de Arounie Tavenet

La décision sur un éventuel port du masque obligatoire après le 11 mai 2020 sera prise mardi 28 mars 2020. Les entreprises textiles des Vosges ont commencé à en produire dès la fin mars.


Depuis la fin mars 2020, les industries du textile vosgien se consacrent uniquement à la production de masques de protection. Toute la filière a en ligne de mire le déconfinement et la probable obligation de port du masque. Tous les industriels avancent main dans la main et trois chargés de mission ont été nommés pour tout coordonner.

Chaque semaine, jusqu’à 250.000 masques sortent des ateliers vosgiens mais, malgré la hausse des cadences, cela ne sera pas suffisant pour répondre à la demande. « Ni la filière vosgienne, ni la filière française ne sont en mesure de répondre dans un délai aussi court aux attentes de la population et des pouvoirs publics. Il y a deux solutions, soit l’import, soit le décalage dans le temps », assure Paul de Montclos.

Des initiatives voient donc le jour. Pour équiper les particuliers via les collectivités. « Comme la demande est énorme et qu’on ne peut pas suivre, je fabrique des kits qui sont ensuite montés par des bénévoles  », explique Eddy Chevrier, le patron du « Drap Français ». « Je propose aux communes du Grand Est d’acheter ces kits et de trouver des bénévoles. Les masques reviennent moins cher  » En l’occurrence, 2,50 € par masque lavable «  made in Vosges ».

JPEG - 211.2 ko
L’entreprise Erneste à Vagney produit 700 masques en tissu réutilisables par jour. L’objectif serait de doubler sa production. (Photo VM /Eric THIÉBAUT)
JPEG - 273.1 ko
Depuis plusieurs jours, les couturières de Erneste Vagney mettent leurs compétences au service de la fabrication de masques indispensables au personnel qui soutient la communauté médicale surchargée, luttant ainsi contre l’épidémie qui touche toute la France et plus particulièrement la région Grand-Est.

Une production en hausse

Les commandes explosent. A « l’atelier Erneste » à Vagney , les couturières ont stoppé la fabrication de vestes de cuisine pour les masques. « Des masques destinés au grand public avec aussi de la vente aux particuliers. L’idée est de fournir tout le monde car l’obligation, on sait que ça va arriver. Ce qui est important pour nous est de réussir à produire suffisamment, à trouver la matière première. Nous avons recruté des intérimaires pour passer de 700 à 1.500 masques fabriqués par jour », confie Guillaume Hubert, le directeur général.

Idem chez « Blanc de Gérardmer » qui fut à l’arrêt pendant la première semaine du confinement. Désormais, cet atelier de confection tourne à plein régime. La dizaine de couturières a délaissé le linge de maison pour la production de masques de protection en tissu. « L’objectif est que 20.000 pièces soient prêtes pour le 5 mai  », détaille Nathalie Doridant, la directrice. Ces masques 100 % vosgienspeuvent être commandés (confectiondavid@orange.fr). Une partie est destinée aux foyers gérômoi, la mairie en a commandé 5.000 pièces.

Des masques bientôt vendus en pharmacie

Reste maintenant à trancher les lieux de vente. Si Paul de Montclos assure que « la problématique n’est pas de chercher des points de vente mais de produire car la demande est largement supérieure à l’offre », les consommateurs s’interrogent. Ce devrait être dans les pharmacies , selon un arrêté publié le samedi 25 avril 2020 au Journal officiel. Mais déjà, plusieurs sociétés ont mis en vente des masques en tissu sur leur site Internet. Avec un souhait de « ne pas faire de business » dans un premier temps, sans que cela ne soit exclu par la suite. Avec des masques plus esthétiques, des tailles ou des matériaux variés. Mais l’heure est à la production de masse. Le 11 mai au matin, un maximum de Français voudra sortir équipé. Les industriels vont tâcher de les satisfaire.


GIF - 168.1 ko
Publié par Anthony RIVAT le dim 26 avril 2020 dans https://c.estrepublicain.fr/

Publié par Anthony RIVAT le dim 26 avril 2020 dans https://c.estrepublicain.fr/


Pour en savoir plus :

- Y a-t-il un risque pour l’approvisionnement en médicaments en février 2020 ?
- Il faut tirer les conséquences de la dépendance de l’approvisionnement chinois en mars 2020
- Covid-19 : le jour d’après : Couper le cordon avec l’Asie pour éviter la pénurie de médicaments
- Covid-19 : la filière textile alsacienne se mobilise pour fabriquer des masques le 24 mars 2020
- Covid-19 : Le gouvernement veut accélérer la production de masques, l’industrie sous pression le 30 mars 2020
- Covid-19 : « Produire en France » : le virage souverainiste de Macron suscite l’ironie des oppositions le 31 mars 2020
- Covid-19 : Emmanuel Macron veut « rebâtir » l’indépendance économique de la France le 31 mars 2020
- Covid-19 : Deux entreprises vosgiennes s’unissent pour fabriquer des masques le 30 mars 2020
- Covid-19 : la filière textile enclenche la production de masques à grande vitesse
- Covid-19 : Pour le « jour d’après », Jean Rottner souhaite valoriser les productions de proximité, le « Grand Est inside » le 03 avril 2020
- Covid-19 : Paul de Montclos porte le masque « made in Vosges » le 02 avril 2020
- Covid-19 : Mobilisée pour fabriquer des masques, la filière textile vosgienne espère un retour d’ascenseur le 08 avril 2020
- Covid-19 : L’industrie textile vosgienne produit 250.000 masques par semaine le 26 avril 2020