Covid-19 : En Ariège, bioMérieux produit des tests à échelle industrielle Les outils de détection sur lesquels travaillent laboratoires et industriels dans le monde entier, permettent aussi de préparer le déconfinement.

, dans le réseau de Sandrine Jullien-Rouquié, Valérie RANDÉ

Le groupe bioMérieux a lancé en Ariège, dans son usine de Verniolle, en région Occitanie, la production du premier de ses trois tests de dépistage du Covid-19. Essentiels pour suivre la propagation de l’épidémie mais encore insuffisants, les outils de détection sur lesquels travaillent laboratoires et industriels dans le monde entier, permettent aussi de préparer le déconfinement.


Le 28 mars 2020, le ministre de la Santé, Olivier Véran, promettait la fabrication en France de 50.000 tests de dépistage du coronavirus par jour d’ici la fin du mois d’avril 2020. Acteur clé de cette production à grande échelle, le groupe bioMérieux a commencé mi-mars à industrialiser le premier de ses trois tests de diagnostic dans son usine de Verniolle, en Ariège.

Ce test PCR spécifique au Sars-CoV-2, le virus responsable du Covid-19, a été validé par le Centre national de références des virus des infections respiratoires, à Lyon, dans l’attente de son marquage CE. Il est réalisé à partir d’un prélèvement dans les fosses nasales des patients à l’aide d’un grand coton-tige appelé écouvillon. La détection du virus se fait en amplifiant son matériel génétique, par une technique appelée RT-PCR quantitative. Son point fort est d’être compatible avec un grand nombre de systèmes de biologie moléculaire déjà installés dans les laboratoires hospitaliers ou de ville et de permettre de tester un grand nombre de patients à la fois, avec un résultat en quatre à cinq heures.

«  Nous avons déjà travaillé sur le virus Ebola et le Mers-CoV, d’où notre agilité pour créer des tests industrialisés très rapidement. Nous avons commencé à nous pencher sur le virus du Covid-19 dès le mois de janvier 2020, alors que l’épidémie semblait encore assez lointaine  », explique-t-on chez bioMérieux. « Nous avons mis en place des mesures extraordinaires pour amener notre outil de production à son maximum et grâce à l’engagement de nos équipes, nous avons été capables, en mars, de garantir une performance et une qualité équivalente, quel que soit le nombre de tests à produire. »

Montée en puissance prévue en mai 2020

Spécialiste du diagnostic in vitro depuis plus de cinquante-cinq ans et présent dans quarante-quatre pays, le groupe français au chiffre d’affaires de 2,7 milliards d’euros, a annoncé une production de « plusieurs centaines de milliers de tests » pour le mois d’avril 2020. « Le mois suivant, nous continuerons à monter en puissance. On assiste à une demande mondiale et simultanée. Toutes les chaînes de fabrication sont sous tension mais nous avons l’habitude de produire à grande échelle  », précise l’industriel. « Aujourd’hui bioMérieux sert quelque 160 pays pour différents tests de diagnostic de maladies infectieuses. »

En complément de ce test français, bioMérieux a développé avec le département de la Défense américain un autre outil de diagnostic du Sars-CoV-2 pour les situations critiques. Baptisé Biofire, ce test qui donne des résultats en quarante-cinq minutes, est totalement automatisé mais utilisable uniquement sur des instruments bioMérieux.

Produit à Salt Lake City, il a été mis sur le marché américain fin mars 2020, après avoir obtenu une autorisation d’utilisation en urgence auprès de la Food and Drug Administration américaine. Un troisième test, utilisant la même technologie et les mêmes équipements que la solution Biofire mais capable de détecter vingt-et-un autres pathogènes en plus du virus du Covid-19, devrait être industrialisé au troisième trimestre 2020.

Johanna Decorse

JPEG - 43.4 ko
Produit exclusivement par l’usine de Verniolle de bioMérieux, le test de dépistage du virus du Covid-19 R-Gene de type PCR s’adresse aux laboratoires hospitaliers et laboratoires de ville. (Crédits : bioMerieux.)

Publié par Johanna Decorse le mardi 7 avril 2020 sur https://www.touleco.fr


Pour en savoir plus :

- Toulouse labellisée Capitale French Tech le 03 avril 2019
- L’atout de l’intelligence artificielle pour traiter la prostate en juin 2019
- Covid-19 : le Cnes toulousain innove pour optimiser l’utilisation des respirateurs médicaux
- Covid-19 : Sauver des vies avec des masques Decathlon : le pouvoir de l’innovation frugale
- Covid-19 : le fabricant de masques toulousain Paul Boyé Technologies recrute le 19 mars 2020
- Covid-19 : L’atelier Le Fil d’Ariane assemble des masques à Lannemezan le 28 mars 2020
- Covid-19 : L’Aveyronnais Bleu de chauffe se lance dans la production de masques en coton le 31 mars 2020
- Covid-19 : En Ariège, bioMérieux produit des tests à échelle industrielle le 7 avril 2020
- Covid-19 : la région Occitanie (re)lance une filière locale de production de masques le 20 avril 2020