Covid-19 : Déconfinement : quel masque pour quelle protection ? les spécificités des différents masques de protection et leurs usages.

, dans le réseau de Caroline Auberger

Encore rationnés pour le personnel soignant, les masques de protection contre le Covid-19 vont devenir un bien de première nécessité pour tous avec le déconfinement. Mais il en existe de multiples catégories, avec des performances de filtration très diverses et, partant, des usages très différents. Alors que les communications officielles restent floues sur les chiffre clés, Industrie & Technologies fait le point, avec l’aide de l’Institut français du textile et de l’habillement (IFTH), sur les spécificités des différents masques et leurs usages.


Alors que des premiers indices sur les stratégies de déconfinement ont été dévoilés par le Premier ministre, Edouard Philippe, et le ministre de la Santé Olivier Véran Le dimanche 19 avril 2020, la question des masques reste entière. Ou plutôt les questions : quand est-ce que le personnel soignant aura assez de masques pour être protégés ? Les entreprises auront-elles suffisamment de masques pour que leurs salariés travaillent en sécurité ? La population en général pourra-t-elle être équipée afin de permettre un déconfinement dans de bonnes conditions ?

Les réponses passeraient par la connaissance précise des besoins et des capacités de production. Ce qui ne s’avère guère possible, tant les chiffres varient selon les sources et, pour ceux fournis par le gouvernement, selon le porte-parole et le moment.

La dernière estimation des stocks, donnée le 21 mars 2020 par Olivier Véran, était de 86 millions de masques dont 81 millions de chirurgicaux et 5 millions de FFP2 (contre 117 millions au total avant la crise). Du côté des besoins, le ministre de la Santé avait lancé un chiffre de 24 millions de masques par semaine sans distinguer les types. Un mois plus tard, ce dimanche 19 avril, Edouard Philippe a, lui, parlé d’un besoin actuel de 45 millions de masques par semaine, toujours en mélangeant les catégories.

JPEG - 90.2 ko
Gouvernement @gouvernementFR . 19 avril 2020
Point de situation d’ Edouard Philippe @EPhilippePM et Olivier Véran @OlivierVeran sur la stratégie de la France face au #COVID19.

Plusieurs collectifs de médecins et autres personnels des blocs opératoires pointent des besoins bien plus importants pour les seuls masques FFP2 : il en faudrait 105 millions par semaine, « afin de prévenir l’hécatombe de la communauté soignante qui se profile si cette pénurie se perpétue », peut-on lire dans un communiqué publié le 21 mars 2020.

Du côté des capacités de production, difficile là aussi d’y voir clair pour chaque catégorie : ce 19 avril, le Premier ministre n’a donné qu’une capacité de production confondant masques chirurgicaux et FFP2 : 8 millions par semaine en moyenne actuellement. Qui devrait atteindre 10 millions hebdomadaires fin avril selon les annonces d’Emmanuel Macron le 31 mars 2020.

JPEG - 113.8 ko
Lionel COSTES @COSTESLionelEr · 1 avril 2020
"L’histoire retiendra que c’est depuis la filiale d’un groupe canadien qu’@EmmanuelMacron a battu le rappel, mardi 31 mars 2020, pour « rebâtir notre souveraineté nationale et européenne »" :
https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/04/01/emmanuel-macron-veut-rebatir-l-independance-economique-de-la-france_6035160_3234.html
Covid-19 : Emmanuel Macron veut « rebâtir » l’indépendance économique de la France le 31 mars 2020

Le distingo entre les différents types de masques est pourtant essentiel tant leurs peformances et leurs usages diffèrent. D’autant que de nouvelles catégories ont été créées. Pour y voir plus clair, Industrie & Technologies a interrogé Carole Garbowski, en charge de la réglementation des équipements de protection individuelle (EPI) au sein de l’Institut français du textile et de l’habillement (IFTH). « Jusqu’à présent, sur le marché, il n’y avait que deux familles, commence-t-elle. Les masques de protection et les masques chirurgicaux. »

JPEG - 126.2 ko
Olivier Véran @olivierveran · 19 avril 2020
Les défis que nous avons relevés, relevons et devrons relever sont majeurs, à hauteur de la crise inédite que nous vivons.
Ils sont de plusieurs ordres : équipements, médicaments, accompagnement des personnes âgées et handicapées, accès aux soins pour tous.
https://www.pscp.tv/w/1mrGmQYRMgBGy?t=30m

Les masques de protection (FFP1, FFP2 et FFP3) pour « protéger le porteur »

Les premiers, les masques de protection, «  servent à protéger ceux qui les portent d’un contaminant, de l’extérieur vers l’intérieur, poursuit Carole Garbowski. Ils sont notamment utilisés dans le monde industriel, pour protéger les opérateurs de poussières d’amiante ou encore de gaz ou de fumées toxiques ». Dans le cas d’un virus très contagieux comme le SARS-CoV-2, les FFP2 sont cruciaux pour le personnel de santé en contact avec les patients contaminés. Mais il en existe deux autres catégories, pour des usages différents.

Pour qu’un masque soit certifié FFP, on s’assure d’un certain degré de filtration du filtre pour des particules envoyées de 0,6 microns. Un test additionnel est réalisé, non plus avec le filtre seul mais avec l’ensemble du masque, au cours duquel on évalue, sur un masque porté, la « fuite totale vers l’intérieur », soit le degré de filtration de l’ensemble du dispositif.

Filtering facepiece de catégorie 1 (FFP1) – élastique jaune :

- Usages : environnements de travail dans lesquels aucun aérosol ni aucune poussière fibrogène ou toxique n’est présent (bâtiment, agro-alimentaire)
- Norme : NF EN 149:2001
- Performances : filtration > 80 % pour 0,6 microns, fuite totale vers l’intérieur < 22 %

Filtering facepiece catégorie 2 (FFP2)- élastique blanc ou bleu :

- Usages : personnel médical en contact avec les patients (médecins, urgentistes, infirmiers…), médecine de ville pour les soins prioritaires (kinésithérapeutes, chirurgiens-dentistes…) et environnements de travail exposés à des aérosols, vapeurs et fumées (métallurgie, exploitation minière…)
- Norme : NF EN 149:2001
- Performances : filtration > 94 % pour 0,6 microns, fuite totale vers l’intérieur< 8 %
- Qui produit en France : 3M, Kolmi Hopen (Medicom), Valmy (Segetex-EIF), Paul Boyé Technologies, Macopharma
- Besoin : 105 millions de masques FFP2 par semaine, selon plusieurs collectifs de médecins et autres personnels des blocs opératoires

Filtering facepiece catégorie 3 (FFP3) – élastique rouge :

- Usages : personnel médical en contact avec les patients et environnements de travail fortement exposés à des aérosols, vapeurs et fumées (industrie chimique…)
- Norme : NF EN 149:2001
- Performances : filtration > 99 % pour 0,6 microns, fuite totale vers l’intérieur < 2 %
- Qui produit en France : 3M, Kolmi Hopen (Medicom), Valmy (Segetex-EIF), Paul Boyé Technologies, Macopharma

Les masques FFP1, FFP2 et FFP3 sont des masques jetables mais des équivalents réutilisables existent, appelés FMP1, FMP2 et FMP3. Ils sont davantage utilisés dans l’industrie. Un masque FMP1, dont le design a été conçu par le CEA à Grenoble et par Michelin, est en production dans l’usine d’Ouvry, une PME lyonnaise.

Attention, les masques FFP1, « développé dans l’industrie pour protéger des poussières non toxiques » sont «  des masques de protection bas-de-gamme », alerte la spécialiste, qui recommande plutôt un masque chirurgical, «  plus filtrant », dans le cadre d’un usage médical et d’une pénurie de FFP2.

Les masques médicaux ou chirurgicaux (types 1, 2 et 2R) pour « protéger les autres »

« A l’origine, les masques chirurgicaux servaient à protéger le patient ausculté ou opéré par le médecin, porteur du masque  », rappelle Carole Garbowski. Ils ne protègent donc pas ceux qui le portent. Là encore, il existe trois catégories.

Masque chirurgical type 1 :

- Usages : patients
- Norme : NF EN 14683:2019
- Performances : filtration > 95 %
- Qui produit en France : 3M, Kolmi Hopen (Medicom), Valmy (Segetex-EIF), Paul Boyé Technologies, Macopharma

Masque chirurgical type 2 :

- Usages : personnel soignant si pas de risque de projection, prestataires de services et distributeurs de matériel médical
- Norme : NF EN 14683:2019
- Performances : filtration > 98 %
- Qui produit en France : 3M, Kolmi Hopen (Medicom),Valmy (Segetex-EIF), Paul Boyé Technologies, Macopharma

Masque chirurgical type 2R :

- Usages : personnel soignant si risque de projection (sages-femmes, soignants dans les Ehpad, aides à domicile, transporteurs sanitaires, professionnels de centres de secours, pharmaciens …)
- Norme : NF EN 14683:2019
- Performances : filtration > 98 % et résistant aux éclaboussures
- Qui produit en France : 3M, Kolmi Hopen (Medicom), Valmy (Segetex-EIF), Paul Boyé Technologies, Macopharma

Les masques barrières (UNS1 et UNS2) pour un usage non sanitaire

« Avec l’épidémie de Covid-19, les autorités se sont rendues compte qu’il n’y avait plus assez de disponibilité pour les deux premiers types de masques sur le territoire français et européen, indique Carole Garbowski. Mais il y avait aussi un autre besoin d’un masque pour stopper la propagation de l’épidémie, un masque anti-postillon porté par les citoyens dans la vie courante.  »

La filiale textile française, dont la majeure partie de l’activité a été suspendue, s’est donc mise au travail – « en un temps record  », considérait la PDG de l’entreprise poitevine PliM dans nos colonnes – pour concevoir des masques alternatifs. Rapidement, le Comité de filière (CSF) Mode & Luxe a créé le groupement CSF, aujourd’hui renommé «  Savoir faire ensemble » afin de centraliser la production et les besoins de matière. Le 29 mars 2020, le gouvernement a créé deux nouvelles catégories de masques, les « masques à usage non sanitaire » 1 et 2.

A l’heure d’écrire ces lignes, « Savoir faire ensemble » compte pas moins de 669 entreprises textiles mobilisées contre le Covid-19 en France . La Direction générale des entreprises (DGE) tient à jour un registre des modèles homologués par la Direction générale de l’armement (DGA), en fonction de la filtration mais aussi «  de la perméabilité à l’air », c’est-à-dire sa respirabilité.

Masques à usage non sanitaire catégorie 1 (UNS1) :

- Usages : professionnels en contact régulier avec le public (caissiers, commerçants, fonctionnaires de mairie, livreurs…)
- Création : note interministérielle du 29 mars 2020
- Spécification : AFNOR SPEC S76-001
- Performances : filtration > 90% pour 3 microns, respirabilité > 96%
- Homologation : Direction générale de l’armement (DGA), Institut français du textile et de l’habillement (IFTH) ou APAVE
- Qui produit en France : voir liste de la Direction générale des entreprises (DGE)
- Capacité de production : 889 000 par jour UNS 1 et 2 confondus, selon « Savoir faire ensemble »

Masques à usage non sanitaire catégorie 2 (UNS2)

- Usages : personnel d’entreprise sans contact avec le public et usage individuel
- Création : note interministérielle du 29 mars 2020
- Spécification : AFNOR SPEC S76-001
- Performance : filtration > 70% pour 3 microns, respirabilité > 96%
- Homologation : Direction générale de l’armement (DGA), Institut français du textile et de l’habillement (IFTH) ou APAVE
- Qui produit : voir liste de la Direction générale des entreprises (DGE)
- Capacité de production : 889 000 par jour UNS 1 et 2 confondus, selon « Savoir faire ensemble »

Des importations en cours, mais pour quels types de masques ?

Face à la pénurie de masques, Olivier Véran avait annoncé le 28 mars 2020 que la France avait commandé un milliard de masques, en particulier venus de Chine.

Le 4 avril, le même ministre annonce que les commandes françaises à la Chine atteindraient désormais deux milliards de masques. Mais, selon deux enquêtes de Mediapart, ces commandes n’ont pas toujours été bien orchestrées et les masques arriveraient au compte-goutte. En outre, sur le premier milliard de masques commandés, seuls 74 millions seraient des FFP2, selon une source anonyme à la Direction générale de la santé citée par France Info.

A ces incertitudes s’ajoute celles de la certification : «  Les deux premières catégories, les masques de protection et les masques chirurgicaux, sont censés être munis du marquage CE pour circuler librement sur le territoire européen », précise Carole Garbowski. Afin de s’affranchir de cette restriction, le ministère français du Travail a publié, dans son bulletin officiel du 7 avril 2020, un tableau de correspondance entre les normes européennes pour les masques FFP2 et celles d’autres pays.

Les masques à usage non sanitaire «  sont une pure invention de la France pour faire face à la crise  » et « ne sont pas soumis à ses certifications », rappelle le spécialiste de l’IFTH.

Publié par Kevin Poireault le 20 avril 2020 sur https://www.industrie-techno.com/


JPEG - 81.7 ko
Marquis de Seignelay @FauteuilColbert · 24 mars 2020
Valmy (groupe Segetex-EIF) Production (70% basée en Chine ; chiffres production France) :
- 0,166 millions masques/jour avant crise (02/2020)
- 0,75 MM/jour début crise
- 2020 : 80 millions masques/an à terme, soit 0,22 millions MM.jour.
JPEG - 66.2 ko
Karine Wallois @KWallois · 4 juin 2019
⁦@CLUBTEX_TexTech ⁩ pour son 12/14 CLUBTEX Carole Garbowski #ifth en pleine présentation de l’évolution des normes dans les ÉPISODES ⁦@hautsdefrance ⁩ ⁦@up_tex ⁩ ⁦@EuraMaterials
JPEG - 111.9 ko
Ville de Troyes @VilledeTroyes · 15 avril 2020 Covid-19
Nous sommes fier de nos fabricants locaux :
- Adova,
- L’Atelier d’Ariane,
- Bonneterie Chanteclair
- @Bugis_Groupe
- EMO
- @LACOSTE
- @lecoqsportif
- @petitbateau
- Lafitte Textile
— 
MERCI
— 
#FierdeTroyes #FierdenosEntreprises #MadeinAube #MadeinFrance #Troyes #masques
https://poletechno52.fr/Covid-19-Le-textile-troyen-va-produire-des-milliers-de.html
JPEG - 87.6 ko
Vosges terre textile @VosgesTT · 2 avril 2020 [ Fantastique Chaîne de #Solidarité ]
Dans les #Vosges, ce sont 13 ateliers de confection qui se sont organisés pour confectionner des #masques anti-émissions
Bravo et Merci aux couturier(e)s qui se #mobilisent quotidiennement et #bravent leur peur du #virus !!
JPEG - 104 ko
Agence France-Presse @afpfr · 19 avril 2020
La France va produire "17 millions" de masques "grand public" par semaine, avec pour objectif de pouvoir "équiper les Français qui le souhaiteront", a affirmé le ministre de la Santé Olivier Véran. "8 millions de masques ont été produits la semaine écoulée", a-t-il déclaré #AFP
JPEG - 81.1 ko
Marie Lebec @MarieLebec78 · 19 avril 2020
Grâce à la mobilisation solidaire des centaines de #PME, grands groupes et salariés du #textile, près de 15 millions de masques seront désormais produits en une semaine, autant que la production mensuelle avant crise.
JPEG - 73.2 ko
L’Usine Nouvelle @usinenouvelle · 12 mai 2020
Qui sont les quatre producteurs de #masques sanitaires que l’Etat va soutenir en #France ?
https://usinenouvelle.com/article/qui-sont-les-quatre-producteurs-de-masques-sanitaires-que-l-etat-va-soutenir-en-france.N963241
via @usinenouvelle #MadeinFrance
JPEG - 107 ko
Marquis de Seignelay Drapeau pirate @FauteuilColbert · 24 mars 2020
Société Paul Boyé Technologie, spécialisée dans les produits et équipements NRBC.
Production :
- 0,2 millions masques/jour avant crise
- 0,6 MM/jour début crise
- 6 MM/jour en juillet 2020
- 10 MM/jour en septembre 2020
JPEG - 91.8 ko
Marquis de Seignelay Drapeau pirate @FauteuilColbert · 24 mars 2020
Valmy (groupe Segetex-EIF)
Production (70% basée en Chine ; chiffres production France) :
- 0,166 millions masques/jour avant crise (02/2020)
- 0,75 MM/jour début crise
- 2020 : 80 millions masques/an à terme, soit 0,22 millions MM.jour.
JPEG - 82.3 ko
Marquis de Seignelay @FauteuilColbert · 24 mars 2020
Kolmi-Hopen (groupe canadien Medicom)
Production :
- 1 millions masques/jour avant crise (02/2020)
- 1,4 MM/jour à terme en 2020
JPEG - 73.7 ko
Marquis de Seignelay Drapeau pirate @FauteuilColbert
- La société américaine est présente en France par une siègle social et non par un outil de production. Elle reçoit aussi des commandes françaises.
- Mako Pharma produisaient des masques en France avant de délocaliser sa production en Chine dans les années 2010.
JPEG - 66.3 ko
Marquis de Seignelay @FauteuilColbert · 24 mars 2020
ALLTEX
Production : ?

Pour en savoir plus :

- Y a-t-il un risque pour l’approvisionnement en médicaments en février 2020 ?
- Il faut tirer les conséquences de la dépendance de l’approvisionnement chinois en mars 2020
- Covid-19 : le jour d’après : Couper le cordon avec l’Asie pour éviter la pénurie de médicaments
- Covid-19 : pour le PDG de Kolmi-Hopen, « la demande de masques va durer » le le 01 mars 2020
- Covid-19 : La société Valmy, dans la Loire, croule sous les commandes de masques le 3 mars 2020
- Covid-19 : la filière textile alsacienne se mobilise pour fabriquer des masques le 24 mars 2020
- Covid-19 : Le gouvernement veut accélérer la production de masques, l’industrie sous pression le 30 mars 2020
- Covid-19 : masques, des entreprises du Grand Est se fédèrent pour les fabriquer le 30 mars 2020
- Covid-19 : Emmanuel Macron veut « rebâtir » l’indépendance économique de la France le 31 mars 2020
- Covid-19 : « Produire en France » : le virage souverainiste de Macron suscite l’ironie des oppositions le 31 mars 2020
- Covid-19 : la filière textile enclenche la production de masques à grande vitesse
- Covid-19 : Pour le « jour d’après », Jean Rottner souhaite valoriser les productions de proximité, le « Grand Est inside » le 03 avril 2020
- Covid-19 : La course pour faire renaître de ses cendres l’industrie française des masques le 04 avril 2020
- Covid-19 : La PME lyonnaise Ouvry produit un masque réutilisable 100 fois et vise 1 million d’unités par semaine, le 10 avril 2020
- Covid-19 : Déconfinement : quel masque pour quelle protection ? le 20 avril 2020
- Covid-19 : la région Occitanie (re)lance une filière locale de production de masques le 20 avril 2020
- Covid-19 : Thuasne élargit sa gamme de masques le 24 avril 2020