Covid-19 : Comment le groupe Lemoine est devenu le seul fabricant d’écouvillons en France en un mois seulement La fabrication d’écouvillons rhino-pharyngés de dépistage du COVID-19

, dans le réseau de Laure Lehaut

Spécialiste mondial des produits d’hygiène et de soins à base de coton, le groupe Lemoine est aujourd’hui le seul producteur en France d’écouvillons, ces dispositifs essentiels pour les prélèvements des tests virologiques du Covid-19. Cette aventure industrielle s’est mise en place en un mois seulement et va perdurer.


Qu’importe la décrue des hospitalisations ou l’entame du déconfinement : les tensions perdurent sur le marché des tests de dépistage du Covid-19. Le 22 mai 2020 encore, un porte-parole de la Direction générale de la Santé (DGS) attestait que des tensions d’approvisionnement "existent depuis plusieurs mois sur les automates, réactifs et consommables", et que ces "tensions se maintiendront probablement tant que la demande mondiale restera importante dans un contexte de pandémie".

Face à cette situation, le groupe Lemoine s’est engagé dès le 25 mars 2020 dans une nouvelle aventure industrielle : les écouvillons, dispositifs médicaux indispensables aux prélèvements pour les tests virologiques du Covid-19.

JPEG - 27.9 ko
Le groupe Lemoine a installé une ligne de production inédite d’écouvillons dans son usine de Caligny. (© Groupe Lemoine)

Une ligne de production en un mois

Basé à Caligny, dans l’Orne, ce groupe de 900 salariés, dont 250 en France, et qui a généré 140 millions de chiffre d’affaires en 2019, se présente comme le leader européen et le numéro deux mondial des produits d’hygiène et de soins à base de coton. Spécialiste des cotons tiges et des disques démaquillants, le groupe français s’est lancé en un petit mois seulement sur le créneau des écouvillons.

"Nous avons mis une semaine à mettre au point un prototype de dispositif rhino-pharyngé nécessaire aux tests de dépistage virologique, puis nous l’avons soumis au Service de santé des armées et l’AP-HP pour validation", raconte Jeanne Lemoine. La co-fondatrice et directrice générale du groupe ajoute ensuite que le "travail en étroite collaboration avec ces services de santé a rendu possible le dépôt d’un dossier auprès de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM)", puis l’obtention d’un accord dérogatoire le 21 avril 2020 qui a "permis de commencer à livrer dès les 23-24 avril 2020".

1 million d’écouvillons par semaine

Ce projet d’écouvillons n’a été implanté que dans son usine de Caligny. Il n’a pas été dupliqué dans les sept autres usines du groupe, établies en Allemagne, Pays-Bas, Estonie, Espagne (deux sites), Mexique et Philippines, ni dans les deux autres sites français, dans l’Orne, à Tinchebray (fabrication de tiges) et à Athis de L’Orne (injection plastique).

Cette nouvelle production ne vise qu’à répondre aux besoins d’écouvillons en France. Pour le moment du moins. Aujourd’hui, le groupe Lemoine dispose d’une ligne de production dédiée, d’une capacité de 1 million d’écouvillons par semaine. Le projet a conduit au recrutement de 15 collaborateurs supplémentaires sur ce site d’environ 200 salariés.

L’industrialisation a été très rapide car, relève Jeanne Lemoine, "nous maîtrisons tout le process industriel. Nous fabriquons nous-mêmes nos tiges, nous avons modifié une extrudeuse et créé une machine d’assemblage pour les spécificités des tiges et des embouts". Techniquement, les écouvillons sont des longs bâtonnets en polypropylène de 15 centimètres, dont la tige est sécable à 7 cm de l’embout cotonné pour faciliter les transports vers les laboratoires une fois le prélèvement effectué sur un patient. Après production des dispositifs, suivent les opérations d’ensachage et de stérilisation.

Produire au-delà de la crise sanitaire

Le projet a nécessité au moins 430 000 euros d’investissement, ainsi qu’une forte mobilisation pour adapter et créer les procédés industriels de cette ligne inédite dans l’usine. Laquelle produit en flux tendu en raison des besoins actuels, en particulier avec la forte montée en puissance des tests virologiques en France. Malgré ce projet mis en place en urgence, le maintien de cette ligne de production d’écouvillons à Caligny est désormais prévu. Jeanne Lemoine précise que "nous continuerons de produire au-delà de cette crise sanitaire, pour que désormais reste fabriqué en France un tel dispositif. Nous travaillons aussi avec des partenaires pour l’associer à un liquide de transport et nous étudions des compléments de gamme".

Publié par Julien Cottineau le 25 mai 2020 sur https://www.usinenouvelle.com/

JPEG - 58.7 ko
De gauche à droire : Philippe et Jeanne Cluzet-Lemoine, les fondateurs du groupe Lemoine et leur fils, Alexandre, directeur général depuis 2006. © Ouest-France 2011

JPEG - 68.1 ko
L’Usine Nouvelle @usinenouvelle · 25 mai 2020
Le groupe Lemoine a lancé la production d’écouvillons (indispensables aux tests #Covid19) en moins d’un mois
https://www.usinenouvelle.com/article/commet-le-groupe-lemoine-est-devenu-le-seul-fabricant-d-ecouvillons-en-france-en-un-mois-seulement.N967561

Pour en savoir plus :

- Covid-19 : la filière textile alsacienne se mobilise pour fabriquer des masques le 24 mars 2020
- Covid-19 : Le gouvernement veut accélérer la production de masques, l’industrie sous pression le 30 mars 2020
- Covid-19 : « Produire en France » : le virage souverainiste de Macron suscite l’ironie des oppositions le 31 mars 2020
- Covid-19 : Emmanuel Macron veut « rebâtir » l’indépendance économique de la France le 31 mars 2020
- Covid-19 : la filière textile enclenche la production de masques à grande vitesse
- Covid-19 : le groupe Lemoine, en Normandie, est le seul fabricant français à produire des écouvillons
- Covid-19 : Ces industriels normands qui innovent pour servir la lutte contre le Covid-19 le 12 avril 2020
- Covid-19 : Comment Saint James a réussi sa conversion dans la production massive de masques 16 avril 2020
- Covid-19 : Segula Technologies, Intersurgical et des PME normandes ont monté en 15 jours une production de filtres pour respirateurs artificiels le 16 avril 2020
- Covid-19 : la Normandie compte relocaliser des productions industrielles le 30 avril 2020
- Covid-19 : Comment le groupe Lemoine est devenu le seul fabricant d’écouvillons en France en un mois seulement le 25 mai 2020