Covid-19 : A Bitche, Car-Ita cherche du renfort pour faire face à la demande soutenue de masques La production de masques devrait être pérennisée à Bitche. Et donc relocalisée en France.

, dans le réseau de Guillaume Facchi, Guillaume Hert

Implantée en zone industrielle de Bitche, l’entreprise Car-Ita croule sous les commandes de masques. Elle recherche rapidement 28 couturiers. La communauté de communes du Pays de Bitche a commandé 60 000 masques. La livraison est décalée de quelques jours.


Le contexte économique est morose, la croissance est en chute libre, le chômage s’apprête à battre de nouveaux records. Mais aussi étonnant que cela puisse paraître dans le monde d’aujourd’hui, l’entreprise Car-Ita cherche aujourd’hui 28 couturiers , en CDD de deux mois, avec embauche immédiate.

Car-Ita est spécialisée dans la production de tissus haut de gamme , notamment pour l’industrie automobile ou aéronautique. Ces marchés sont en berne aujourd’hui, pandémie oblige. Mais l’entreprise franco-allemande s’est lancée dans la fabrication de masques, de différentes sortes. La production a débuté avec les 20 salariés en place.

JPEG - 75.3 ko
Les 20 salariés de Car-Ita sont entièrement redéployés dans la fabrication de masques. Ils auront bientôt du renfort tant la demande est grande.

Afflux de commandes

Le problème (ou pas !), l’entreprise croule sous les commandes. Des collectivités (la communauté de communes du Pays de Bitche a commandé 60 000 masques, la communauté d’agglomération de Sarreguemines 70 000 , etc.). Ou des entreprises, qui préparent la reprise après le confinement et veulent doter leurs salariés de protections. « L’entreprise ne s’attendait pas à un tel afflux de commandes », révèle une source. Elle a dû en refuser, de sociétés et même de grandes collectivités.

JPEG - 186.2 ko
Andrea Cordella, PDG de Car-Ita, a investi dans de nouvelles machines et de nouveaux ateliers pour fabriquer les masques.

Machines en plus

Car-Ita doit aussi subir, exactement comme Gaïatrend, devenu fabricant de gel hydroalcoolique , qui a du mal à trouver des contenants en plastique, des difficultés d’approvisionnement de certaines matières premières. Ce problème est aujourd’hui réglé. 200 000 € ont été investis dans de nouvelles machines d’assemblage. Les trois quarts des équipements ont été acheminés il y a un mois, les autres viennent d’arriver.

La production de masques devrait être pérennisée à Bitche. Et donc relocalisée en France.

Désormais organisée sur trois postes, l’usine monte en puissance. À long terme, puisque l’entreprise bitchoise a reçu déjà des commandes à honorer pendant 18 mois. « L’activité génère de l’emploi , complète Francis Vogt, président de la communauté de communes. La production de masques devrait être pérennisée à Bitche. Et donc relocalisée en France.  »

JPEG - 128.2 ko
Les tissus sont coupés automatiquement sur cette machine. Ils sont ensuite pliés. Mais l’assemblage demande de la main-d’œuvre.

Livraison décalée

Les 60 000 masques commandés par la communauté de communes (qui seront ensuite redistribués aux communes et aux habitants) seront livrés avec quelques jours de retard. La livraison devait se faire cette semaine encore. «  Elle est décalée au 7 mai, bien avant le déconfinement, donc nous serons dans les temps », rassure Francis Vogt.

La ville de Bitche attend aussi ses masques. « Nous recevons de nombreuses demandes, légitimes, de nos habitants, confie Mathieu Muller, directeur général des services. Tout est mis en œuvre pour que la distribution puisse s’organiser avant le 11 mai. Le calendrier précis et les modalités de distribution seront communiqués dans les prochains jours. »

JPEG - 51.1 ko
« Nous recevons de nombreuses demandes, légitimes, de nos habitants, confie Mathieu Muller, directeur général des services. Tout est mis en œuvre pour que la distribution puisse s’organiser avant le 11 mai 2020. »

Publié par Par Jonathan BREUER le 30 avril 2020 sur https://www.republicain-lorrain.fr


JPEG - 98.5 ko
AGEME @enMoselleEst · 4 sept. 2014
Temps forts en Moselle-Est | Déjà 22 embauches chez Car-Ita à Bitche
(Source : Républicain Lorrain 31.08.2014)


Pour en savoir plus :

- Covid-19 : Mobilisation du Pôle textile d’Alsace pour produire des masques protecteurs le 17 mars 2020
- Covid-19 : Dépassés par la pandémie de Covid-19, les hôpitaux alsaciens au bord de la rupture le 19 mars 2020
- Covid-19 : Opération "Masques" dans le Grand Est le 21 mars 2020.
- Covid-19 : Textile, chimie, impression 3D… Comment l’économie alsacienne s’adapte à la crise sanitaire le 23 mars 2020
- Covid-19 : la filière textile alsacienne se mobilise pour fabriquer des masques le 24 mars 2020
- Covid-19 : Le gouvernement veut accélérer la production de masques, l’industrie sous pression le 30 mars 2020
- Covid-19 : « Produire en France » : le virage souverainiste de Macron suscite l’ironie des oppositions le 31 mars 2020
- Covid-19 : Emmanuel Macron veut « rebâtir » l’indépendance économique de la France le 31 mars 2020
- Covid-19 : la filière textile enclenche la production de masques à grande vitesse
- Covid-19 : 770 000 masques commandés pour les Haut-Rhinois le 15 avril 2020
- Covid-19 : l’usine de fabrication de masques Barral voit le jour en Alsace le 4 mai 2020
- Covid-19 : A Bitche, Car-Ita cherche du renfort pour faire face à la demande soutenue de masques le 30 avril 2020