Bone 3D lève 1,4 million d’euros pour ses dispositifs médicaux imprimés en 3D le 16 décembre 2019 Bone 3D a tissé des partenariats avec des hôpitaux français.

, dans le réseau de Christelle Ayache

Après un peu plus d’un an d’activité, la jeune pousse française Bone 3D effectue sa première levée de fonds, d’un montant d’1,4 million d’euros auprès de Karot Capital. Cette opération, annoncée le 16 décembre 2019, devrait lui permettre d’augmenter ses capacités industrielles et commerciales ainsi que d’accélérer son développement français et international. "Notre objectif est d’être présents sur les cinq continents d’ici 2024", se projette Jérémy Adam, président de Bone 3D.

Bone 3D, qui développe un simulateur de chirurgie et imprime en 3D des dispositifs médicaux, lève 1,4 million d’euros auprès notamment de Karot Capital. Il s’agit pour la startup parisienne de sa première levée de fonds.

Lancé en 2018 par Jérémy Adam et Benoit Perrin, Bone 3D développe une imprimante 3D produisant des dispositifs médicaux, tels que des implants, prothèses, attelles ou encore plâtres sur mesure à destination des patients. La startup développe également un simulateur de chirurgie destiné à la formation médicale des nouveaux chirurgiens.

Sur ce marché, on retrouve la startup française Biomodex qui développe des maquettes de simulation chirurgicale imprimées en 3D à partir de l’imagerie médicale, cette fois-ci exclusivement pour entraîner les chirurgiens à traiter les organes complexes. La startup a levé 12 millions d’euros en mai 2018.

Bone 3D prévoit désormais d’étendre son activité en développant son équipe et en investissant dans de nouveaux équipements. « Cela nous permettra de développer des solutions encore plus performantes, plus accessibles et s’adressant à plus de pathologies. Notre objectif est d’être présents sur les cinq continents d’ici 2024 ! », commente Jérémy Adam.

JPEG - 42.7 ko
Jérémy Adam (président de Bone 3D) et Jonas Kosior (responsable de production). Crédit : Bone 3D. Bone 3D lève 1,4 million d’euros pour ses dispositifs médicaux imprimés en 3D le 16 décembre 2019

Signature d’un contrat avec l’AP-HP

Bone 3D a tissé des partenariats avec des hôpitaux français. Le dernier date d’octobre 2019 où l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a signé une licence de développement avec la jeune pousse pour l’exploitation de prothèses nasales pour les enfants atteints de fente labio-palatine (bec-de-lièvre).

Bone 3D : les données clés

Fondateurs : Jérémy Adam et Benoit Perrin
Création : 2018
Siège social : Paris
Secteur : MedTech
Activité : impression 3D de dispositifs médicaux

Financement : 1,4 million d’euros auprès notamment de Karot Capital.
Publié le 17 décembre 2019 sur https://www.frenchweb.fr


JPEG - 108.7 ko
Damien Licata Caruso @DamienLicata · 03 avril 2020
Vue grand angle de 44 des 60 imprimantes 3D installées à Cochin et qui vont tourner 24h/24 pendant 4 mois pour fournir des pièces sur mesure pour tous les appareils des hôpitaux parisiens. Commandes sur http://covid3d.org #3Dprinting #COVID19.

JPEG - 104.8 ko
Ilroy Plowright @IlroyPlowright 04 avril 2020
Hier 3 avril, à @HopitalCochin, ce qui peut être qualifié de véritable usine s’est constituée.
Ces imprimantes, visiblement des @Stratasys, produiront en ABS des DM allant des consommables pour respirateurs aux adaptateurs en passant par des montures de lunettes.

JPEG - 108.3 ko
Ilroy Plowright @IlroyPlowright· 04 avril 2020
Sur une période pour le moment portée à quatre mois, des ingénieurs de Bone3D lanceront et monitoreront les impressions. Des prototypes seraient déjà en cours de qualification et - fonction des modèles - une capacité de production de 300u/jrs à 3000u/semaine est annoncée.

JPEG - 91.7 ko
Ilroy Plowright @IlroyPlowright · 04 avril 2020
Nommée 3D COVID, cette initiative de l’@APHP est rendue possible grâce au solide appui financier de @KeringGroup
http://3dcovid.org accueille les demandes et permet également de se tenir informé des stocks disponibles.
Les 60 imprimantes Stratasys ont été livrées au petit matin le 1er avril 2020 et installée avec Bone3D, CADVision et les équipes de l’hôpital Cochin. Notre nouveau lieu de travail : la magnifique salle capitulaire de l’Abbaye de Port-Royal !

Pour en savoir plus :

- Bone 3D lève 1,4 million d’euros pour ses dispositifs médicaux imprimés en 3D le 16 décembre 2019
- Covid-19 : A Grenoble, chercheurs et industriels s’unissent pour monter une filière de production éphémère depuis le 16 mars 2020
- Covid-19 : le monde de la fabrication additive et de l’impression 3D s’engage
- Covid-19 : À Paris, une batterie d’imprimantes 3D pour endiguer le coronavirus le 02 avril 2020