À Besançon et à Lausanne, Dixi Medical prépare une nouvelle génération d’électrodes pour traiter l’épilepsie Dixi Medical fabrique des électrodes intracraniennes pour le traitement de l’épilepsie

, dans le réseau de Céline Bouafia

Leader mondial d’une catégorie d’électrodes intra-cérébrales dont le marché est en plein boom, Dixi Medical vient de s’associer à une start-up de Lausanne pour développer les électrodes de demain. Avec ce dispositif de détection et traitement de l’épilepsie, Adept Neuro SA, la co-entreprise qu’ils ont bâtie ensemble, vise les neurochirurgiens français et américains.


Dans ses nouveaux locaux de Chaudefontaine, en périphérie de Besançon, où Dixi Medical a fini de s’installer courant 2018, les équipes sont déjà un peu à l’étroit. Dans la salle blanche de plus de 300 m2 qui tourne désormais en 3X8, avec une équipe de nuit de 10 personnes qui s’ajoute depuis peu aux deux équipes de jour de 25 personnes chacune, des opératrices tout de bleu vêtues assemblent des électrodes intracraniennes pour le traitement de l’épilepsie.

Plus précisément des électrodes profondes de Stéréo-électro-encéphalographie (SEEG) permettant la localisation puis la thermo-coagulation des zones épileptogènes. Un produit pour lequel Dixi Medical est leader mondial, avec cette année 40% de sa production destinée au vaste marché américain. Un vrai décollage sur ce marché XXL, boosté par la création d’une filiale de commercialisation début 2018 dans la région de Detroit (Michigan).

Alors, pour rester en pole position, Dixi Medical vient de s’associer avec Aleva Neurotherapeutics, une spin-off du laboratoire de microsystèmes de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). Les deux entités ont donné naissance à une une co-entreprise baptisée Adept Neuro SA qui, attachée à l’EPFL, développera une nouvelle génération d’électrodes de SEEG (mise en place d’électrodes intra-cérébrales dans le cadre du bilan pré-opératoire de certaines épilepsies) basées sur la technologie des Mems (Microelectromechanical systems) en exploitant un brevet d’Aleva.

«  En introduisant des Mems dans un dispositif médical, nous allons pouvoir rajouter de l’intelligence, des fonctions, piloter à distance, c’est une porte ouverte intéressante », explique Jean-Pierre Darnis, directeur général de Dixi Medical. « Nous sommes en contact avec les meilleurs experts, des neurochirurgiens français et américains, et ils ne demandent que ça, de meilleurs outils. »

Prendre une nouvelle longueur d’avance technologique

JPEG - 71.7 ko
Dixi connaît une croissance exponentielle : les effectifs sont passés de 35 personnes en 2017 à 120. © Dixi.

L’idée de Frédéric Koehn, PDG du holding franco-suisse Dixi et cheville ouvrière de la création de ce joint-venture franco-suisse, c’était de prendre une nouvelle longueur d’avance technologique sur la concurrence qui ne va pas tarder à talonner la PME du Grand Besançon. « Notre activité médicale a vivoté pendant de nombreuses années, jusqu’à ce que le milieu médical fasse le constat que notre dispositif de détection et traitement de l’épilepsie est plus sûr que les autres. Maintenant, la demande explose et nous sommes confrontés à des problèmes de capacité de production. »

Ces électrodes profondes, dont le diamètre n’est que de 0,8 millimètres, sont montées à la main. Des mains agiles qui assemblent, en atmosphère stérile, les composants réalisés par des sous-traitants. Pour répondre à la demande mondiale, exponentielle – après le marché américain, d’autres suivront – et augmenter les cadences, il faut donc recruter et faire de la place.

Le déménagement progressif de Thise à Chaudefontaine, entre 2017 et 2018, était déjà destiné à cette montée en charge. Mais depuis la création de la filiale commerciale américaine, le potentiel de développement s’annonce plus vaste que prévu, d’où ce virage technologique. Frédéric Koehn, qui vient du milieu des start-up, a activé son réseau pour dénicher le bon partenaire.

En l’occurrence Aleva Neurotherapeutics, une grosse start-up détenant 22 familles de brevets dont celle portant sur le traitement de l’épilepsie. Le groupe Dixi a pris 34% du capital de la nouvelle entité, Adept Neuro, créée début juin 2019 à Lausanne. Mais en finançant ses travaux, il va peu à peu devenir majoritaire. Et, à terme, la commercialisation et le développement des électrodes de nouvelle génération seront réalisés à Chaudefontaine.


Dans le Grand Besançon, les filiales qui montent, qui montent…

Créée en 1988, Dixi Microtechniques a scindé ses deux activités, défense et médical, au moment de son installation dans ses locaux propres à Chaudefontaine, en 2017. Ainsi étaient nées Dixi Medical et Dixi Microtechniques, deux des cinq filiales du groupe familial suisse Dixi. Les deux entités se partagent les locaux de Chaudefontaine mais dans des zones bien distinctes.

Ainsi, en cette fin du mois de juin 2019, tandis que la production d’électrodes intracraniennes bat son plein dans la salle blanche de Dixi Médical, Dixi Microtechniques accueille une délégation vietnamienne d’une dizaine de techniciens venus apprendre à réaliser un dispositif de défense développé pour cet État par l’entreprise franc-comtoise. Un contrat « exotique » qui contribue grandement au fort développement de l’activité.

Le chiffre d’affaires 2018 de Dixi Microtechniques s’est ainsi hissé à 10 millions d’€, à la même hauteur que celui de Dixi Medical, en hausse lui aussi. Quant à l’effectif, il est passé de 35 personnes avant le déménagement de Thise à Chaudefontaine, en 2017, à 120 personnes aujourd’hui au total, services supports compris. « Et ce n’est pas fini  », indiquent les dirigeants.


Publié par Monique Clémens, le 24 juin 2019 dans http://www.tracesecritesnews.fr


Pour en savoir plus :

- La Franche-Comté se refait une santé dans le médical en octobre 2013
- Innov’Health : nouveau cluster de la santé en Bourgogne Franche-Comté
- Innov’Health, la dynamique Santé du Pôle des Microtechniques
- Médecine du futur : le Grand Besançon rejoint le réseau « French Tech » le 25 juillet 2016
- Propulseur : un nouvel accélérateur d’innovation en Bourgogne-Franche-Comté le 17 avril 2018
- Tour d’horizon des nounous des start-up en Bourgogne-Franche-Comté
- À Dijon, NVH Medicinal prépare la bombe anti-crevaison du système sanguin avec un collagène de synthèse 14 mars 2019
- À Besançon et à Lausanne, Dixi Medical prépare une nouvelle génération d’électrodes pour traiter l’épilepsie