5 choses à savoir sur le covid-19 avec l’expert des virus à Reims le 10 mars 2020 Conférence : « Des virus et des hommes » le 10 mars 2020, à la Faculté de médecine de Reims

, dans le réseau de Christophe Juppin

Laurent Andreoletti, professeur de virologie à l’université de médecine de Reims, a répondu, lors d’une Conférence : « Des virus et des hommes » le 10 mars 2020, à la Faculté de médecine de Reims, aux principales questions que l’on peut se poser sur la maladie.

Responsable du laboratoire de virologie du CHU, Laurent Andreoletti tenait une Conférence : « Des virus et des hommes » sur le coronavirus mardi soir 10 mars 2020, à la faculté de médecine de Reims, devant près de 150 personnes.

Une audience deux fois plus importante que d’habitude, preuve que le sujet intrigue autant qu’il inquiète. Après quelques mots sur la variole, « le seul virus qu’on a réussi à éradiquer de la surface de la Terre » ou la polio, en voie d’éradication, Laurent Andreoletti a évoqué l’apparition des « coronavirus saisonniers » en 2004, qui « tuent chaque année 600 personnes, sans qu’on en parle » forcément.

Comment s’appelle le virus et d’où vient-il ?

« Le covid-19 est le nom de la maladie, et le coronavirus, celui de la famille de virus. Le nouveau virus, lui, s’appelle le SARS-CoV-2  », précise le virologue. Son origine ? Moins farfelue que ce qu’on peut lire sur Internet. « Contrairement à certaines fake news qu’on peut lire, les virus ne viennent pas des extraterrestres, de la CIA ou des yakusas ! Ce virus n’a pas non plus été créé en laboratoire. Il est d’origine animale. L’épicentre est le marché de Wuhan, en Chine, où des animaux vivants sont vendus. Le virus vient de la chauve-souris, “l’animal-réservoir”, et a probablement été transmis par un autre animal, “l’hôte intermédiaire”, le pangolin. » Il s’agit d’un petit mammifère à écailles, protégé mais braconné et consommé. Paradoxalement, il devra peut-être sa survie à la maladie.

JPEG - 101.1 ko
Bien que protégées, ses quatre espèces sont en effet victimes d’un intense braconnage en Afrique et en Asie. « Le pangolin est recherché à la fois pour sa chair, son sang, ses écailles et même ses fœtus. On prête aux produits issus de cet animal de multiples vertus anti-inflammatoires, anticoagulantes ou détoxifiantes », explique Charlotte Nithart, rédactrice en chef du trimestriel A la trace

À quel point le virus est-il contagieux et dangereux ?

« Il faut relativiser, assure le virologue. La pire maladie, c’est la rougeole, avec un cas pouvant contaminer 15 à 20 personnes, et 180 000 morts dans le monde en 2018 (3 en France) ».

JPEG - 113.8 ko
Les maladies les plus contagieuses. « Il faut relativiser, assure le virologue. La pire maladie, c’est la rougeole, avec un cas pouvant contaminer 15 à 20 personnes, et 180 000 morts dans le monde en 2018 (3 en France au 10 mars 2020) ».

« Avec le coronavirus, un patient peut infecter entre 1,4 et 3,8 personnes.  » Les signes cliniques sont la fièvre, les maux de tête, la fatigue ou encore la diarrhée. « Mais des personnes vont l’avoir et ne s’en rendront même pas compte. Entre 40 et 60 % des patients n’auront aucun symptôme ; 30 % auront les symptômes de la grippe ; 10 % auront ceux d’une pneumopathie. Le taux de létalité est de 2 à 3 %, pour des problèmes respiratoires. Les sujets les plus touchés sont les personnes âgées, pas les jeunes, qui semblent avoir une immunité contre les coronavirus saisonniers. » Enfin, Laurent Andreoletti précise : « On peut freiner l’épidémie, mais on ne peut pas l’arrêter. Par contre, plus le virus circule, moins il est virulent. En se propageant, le SARS-Cov-2 s’affaiblit et perd en dangerosité. »

JPEG - 29.5 ko
Covid-19 : les premieres personnes malades guéris ou décédés dans le monde le 05 mars 2020.

JPEG - 91.2 ko
Covid-19 : les premiers foyers de contamination en France : 423 cas diagnostiqués contaminés , 7 morts en France le 05 mars 2020.

JPEG - 90.2 ko
Covid-19 : 2881 cas diagnostiqués contaminés, 61 morts en France le 12 mars 2020.

Y a-t-il des pays épargnés ?

Difficile à dire. Il s’agit officiellement d’une pandémie, une épidémie touchant toute la planète, mais des pays n’apparaissent pas sur les écrans radars. Le virologue met en garde : «  On voit des pays où il n’y aurait pas de cas, en Afrique par exemple. Ce sont surtout des pays pauvres, qui n’ont pas les moyens de faire les dépistages, et surtout qui font face à des maladies beaucoup plus meurtrières, comme le choléra ou le paludisme. » Autrement dit, le nouveau virus pourrait être partout, même là où on ne l’a pas trouvé.

Comment se protéger ?

Ne rêvez pas d’un vaccin. «  Il n’y en aura pas avant deux ans, le temps de faire les tests  », assure Laurent Andreoletti. Il évoque des « expériences en cours ». Mais le plus efficace est de mettre en place «  des mesures barrières individuelles. » «  Le premier mode de transmission humaine, ce sont les mains, raison pour laquelle il faut tousser dans son coude, ne pas se faire la bise ou se serrer la main, et se laver les mains régulièrement et correctement, comme les chirurgiens, pendant au moins 30 secondes. »

JPEG - 40.8 ko
«  Le premier mode de transmission humaine, ce sont les mains, raison pour laquelle il faut tousser dans son coude, ne pas se faire la bise ou se serrer la main, et se laver les mains régulièrement et correctement, comme les chirurgiens, pendant au moins 30 secondes. »

Que peut faire le CHU de Reims ?

« Depuis lundi 09 mars 2020, on peut faire les dépistages au CHU. C’est très important, notamment pour la qualité de la prise en charge des patients. Jusqu’à présent, ils étaient envoyés à Nancy. On a d’ailleurs repris des patients qui avaient été envoyés là-bas, car l’hôpital de Nancy était saturé.  » Parmi eux, un homme de 38 ans décédé dans la journée de mercredi 11 mars 2020, seule victime à ce jour parmi les sept Marnais contaminés.

Publié par Guillaume Levy le 12 mars 2020 sur https://www.lunion.fr/


JPEG - 75 ko
Conférence : Des virus et des hommes le 10 mars 2020, à18h - Reims - Faculté de médecine, amphi 5, rue Cognacq Jay.
L’humanité a toujours cohabité avec des virus capables de l’infecter. Ce monde viral n’est connu que par quelques-uns de ses représentants, responsables d’épidémies parfois ravageuses. Pourtant, seule une petite fraction des virus connus est pathogène pour les humains. Apprenez-en un peu plus sur un monde encore méconnu et mystérieux.
Organisé par : Pôle santé URCA Intervenant : Pr Laurent Andreoletti, virologue, CHU Reims, directeur de l’équipe de recherche Cardiovir EA 4684

Conférence :« Des virus et des hommes » le 10 mars 2020

à la Faculté de médecine de Reims

À votre santé ! permet de dépasser les idées préconçues et de poser toutes vos questions aux scientifiques.

L’humanité a toujours cohabité avec des virus capables de l’infecter. Ce monde viral n’est connu que par quelques-uns de ses représentants, responsables d’épidémies parfois ravageuses. Pourtant, seule une petite fraction des virus connus est pathogène pour les humains. Apprenez-en un peu plus sur un monde encore méconnu et mystérieux.
Organisé par : Pôle santé URCAIntervenant : Pr Laurent Andréoletti, virologue, CHU Reims, directeur de l’équipe de recherche Cardiovir EA 4684

Retrouvez l’intégralité du programme À votre santé ! sur :
https://www.accustica.org/evenements/a-votre-sante/programme/

JPEG - 95.7 ko
Programme À votre santé ! permet de dépasser les idées préconçues et de poser toutes vos questions aux scientifiques. https://www.accustica.org/evenements/a-votre-sante/programme/

JPEG - 72.7 ko
Coronavirus : gestes à adopter. Toutes les informations sur www.gouvernement.fr/info-coronavirus

JPEG - 25.5 ko
Si vous êtes malade, portez un masque "chirurgical" jetable pour protéger vos proches.

Pour en savoir plus :

- Réseaux thématiques French Tech : Reims veut bâtir une dream team autour du sport
- La Fabrik du Sport : Améliorez votre santé grâce au sport, jeudi 26 novembre 2015
- La Fabrik du Sport qualifiée le 25 juillet 2016, bientôt médaillée ?
- La Fabrik du Sport en quête d’un nouveau souffle
- Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat au numérique en visite à l’Université Technologique de Troyes le 23 mars 2018
- Courlancy-Bezannes, la clinique des superlatifs, démarre son activité à Reims-Bezannes le mardi 22 mai 2018.
- Christophe Lambert ambassadeur de la start-up rémoise InnovSanté le 29 mars 2018
- Interopérabilité : la clé de voûte de la e-santé
- Big data : l’explosion de la production de données
- Le PassCare accélère le 13 février 2019 à Reims
- French Tech Grand Reims labellisé communauté French Tech le 03 avril 2019
- Des chercheurs de l’université de Reims préparent un nouveau médicament contre les tumeurs cancéreuses le 11 décembre 2019 à Reims.
- 5 choses à savoir sur le covid-19 avec l’expert des virus à Reims le 10 mars 2020
- Cinétech n°42 « Réparer les vivants » Mercredi 25 mars 2020 à Nogent (52)
- « Voyage en Haute-Marne, au cœur de la Prosthesis Valley » le 30 mars 2020 à 15h30 à Châlons-en-Champagne
- Coronavirus COVID-19 : dispositifs d’appui aux entreprises
- Face au COVID-19 BioValley France est en recherche active de cahiers des charges pour la confection de masques (chirurgicaux , FFP1 et FFP2) le 16 mars 2020
- La France en pénurie de masques : aux origines des décisions d’État
- Covid-19 : éclairage du Pr Philippe Juvin, chef de service des urgences de l’hôpital Georges-Pompidou le 17 mars 2020